Processus électoral

par -
0 627
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

1.000 nouveaux adhérents à la CASE mobilisés à l’observation électorale

La Maison des Elections de la Commission Electorale Nationale Indépendante (Ceni) accueille depuis lundi, un atelier d’information et d’échange sur l’observation électorale, en faveur d’un premier échantillon composé de 500 nouveaux membres de la Commission Africaine pour la Supervision des Elections (Case). C’est ce que renseigne une dépêche de la Ceni, publiée hier.

A en croire la source, ces travaux se sont déroulés pendant deux jours, soit du lundi 20 au mardi 21 juillet 2015. A la première journée, la séance était consacrée à la théorie avec les interventions des experts de la Ceni et le mardi, c’était des exercices pratiques.

L’atelier a débuté par une présentation de l’état des lieux du processus électoral en République Démocratique du Congo par le Conseiller Principal de la Ceni en charge de la Communication et relations publiques, Monsieur Délion Kimbulungu. Celui-ci  a, dans son exposé, rappelé les différentes péripéties de la nouvelle Ceni depuis son  installation jusqu’à la publication du calendrier global qui consacre l’organisation de 11 scrutins en tenant compte du respect de délais constitutionnels ; avant de détailler les différentes parties prenantes au processus électoral tout en insistant sur le rôle de la Société Civile et des jeunes en particulier.

La Société Civile est appelée à sensibiliser la population par une éducation civique et en faisant une observation impartiale  des élections pour qu’au finish, ils participent aisément à l’organisation des élections crédibles. Les jeunes peuvent apporter leurs contributions au processus électoral en se portant candidats, observateurs, témoins et ou électeurs.

Le Conseiller  Jean-Baptiste Assumani attaché au bureau du Vice-président de la Ceni, en sa qualité de coordonnateur de la cellule technique d’accréditation des observateurs électoraux, a fait part des « préalables et conditions pour une observation transparente et crédible ». Il a insisté sur l’éthique que doit avoir tout observateur pour que son travail aboutisse à un rapport qui soit crédible et contribuer ainsi à un processus électoral paisible.

Un débat très constructif a clôturé cette première journée

Le Président de la CASE, Monsieur Simaro Ngongo Mbayo, a précisé qu’ : « Avec la nouvelle configuration de notre pays qui passe de 11 à 26 provinces, la CASE a décidé qu’au niveau de notre structure, il fallait augmenter l’effectif des observateurs. En 2011, nous avons déployé plus de quatorze mille observateurs, mais cette fois-ci, nous nous sommes dit qu’il fallait tripler cet effectif. Raison pour laquelle nous avons ouvert aujourd’hui cet échange d’information et de formation des observateurs que nous allons continuer à former le vendredi prochain. Donc, La nécessité de cette formation est de former les observateurs complémentaires que nous allons utiliser pour les élections prochaines dans notre pays. Nous les formons parce que nous avons besoin d’avoir des observateurs bien formés ».

Au cours de la deuxième journée, trois exposés, plus pratiques ont été présentés. Premièrement, Maître Pacifique Nkunzi, Assistant technique au Comité de Liaison entre la CENI et les Partis politiques et membre du Secrétariat Technique Conjoint investi par les deux entités, a fait une présentation sur les innovations que l’on retrouve dans la nouvelle loi électorale publiée le 12 février 2015 par le Président de la République, après son vote au Parlement.

La CASE tient à une observation électorale de qualité, c’est pour elle, sa manière de contribuer à des élections crédibles, transparentes et démocratiques en République Démocratique du Congo.

 

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse