Processus électoral: Une année déjà pour la CIME

par -
0 557
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Commission d’Intégrité et Médiation Electorales (CIME) à l’écoute non pas des acteurs politiques de gauche comme de droite autour du processus électoral mais de Dieu tout en lui rendant grâce, mais aussi la force nécessaire de continuer sa mission jusqu’au bout. Ce samedi matin 5 septembre 2015 dans la Chapelle du Bureau du président national de l’Eglise du Christ au Congo (ECC), dans la commune de la Gombe, la CIME a été honorée par la présence des responsables de confessions religieuses, du Bureau de la CENI, des Membres de la CNDH et autres invités de marque.

Deux moments forts ont marqué la célébration de cette anniversaire, d’abord la prédication du Révérend Dominique Mukanya, Directeur national de l’ECC chargé des ministères des réfugiés et des urgences, précédée par la prière et quelques cantiques de la Chorale Le Jourdain ; suivi du discours de circonstance du président de la CIME, le Révérend Delphin Elebe Kapalay.

Le rôle et les qualités d’un bon médiateur

Prédication tirée de 1Timothée 2, 1-8 en s’appuyant sur les versets 5 et 6, le Révérend Mukanya a insisté sur le rôle du médiateur qui comme un pont,  un lien entre deux parties. Ce médiateur, comme c’est le cas des membres et des points focaux  de la CIME, se doit de revêtir les qualités suivantes : Une personne qui est appelée à dire la vérité dans l’amour ; une personne transparente, intègre et prêt à aller jusqu’au bout, c’est-à-dire se sacrifier pour défendre et instaurer la paix.

Le Révérend Delphin Elebe Kapalay, président de la CIME, qu’entouraient quelques membres de l’Assemblée Plénière et du Coordonnateur national de la CIME, Imam Moussa Rachid, a  accueilli avec joie les différentes personnalités invitées pour la circonstance, nous pouvons citer.

Dans son message de circonstance, le président de la CIME a rappelé que c’est depuis exactement une année,  soit le 6 septembre 2014, que huit Représentants Légaux et chefs des Confessions religieuses ont consacré par leurs signatures, la naissance de la Commission d’Intégrité et Médiation Electorales au Centre Interdiocésain de la Conférence Episcopale Nationale du Congo, à Kinshasa. Cet événement fait date dans l’histoire religieuse de notre pays dans la mesure où, pour la première fois, toutes les Confessions religieuses, tirant les leçons des élections de 2006 et 2011, décident ensemble de mettre sur pied une structure technique pouvant faire le suivi du processus électoral dans notre pays et s’assurer de la certitude des résultats pour une prise de position responsable et éclairée dans leur mission sociale d’accompagnement de la Société.

En même temps, la structure offre l’opportunité aux confessions religieuses à pouvoir peser de tous leurs poids par leurs bons offices pour une issue électorale paisible avec des cœurs apaisés en République Démocratique du Congo. Jamais les élections ne pourront continuer à apparaître comme un moment glané des ingrédients pouvant conduire à la division, à la séparation ou encore à la partition de notre peuple et de notre pays. Le peuple congolais a besoin des élections honnêtes, justes et crédibles, vecteurs de la légitimité, a soutenu le Révérend Elebe.

Et de poursuivre pour remercier l’Eternel Dieu des Armées et Père céleste en ces termes : « C’est ici le lieu de remercier, avant toute chose, l’Eternel Dieu des Armées et Père céleste qui a inspiré nos chefs Religieux et les a accompagné pendant une année pour qu’ils mettent en synergie tout leur savoir, faire que la Commission d’Intégrité et Médiation Electorales devienne une réalité qui fait déjà parler d’elle dans notre cher et beau pays comme il en est également de son rayonnement sur le plan international. C’est aussi l’occasion pour nous de pouvoir remercier de tout cœur tous les acteurs politiques, économiques et sociaux qui sont restés attentifs à l’avènement de la Commission d’Intégrité et Médiation Electorales ‘CIME’ et qui ont, sans atermoiement quelconque, accepté de nous accompagner.

C’est pour nous l’occasion ici d’exprimer, au nom des Chefs des Confessions religieuses, toute notre gratitude et marque de reconnaissance pour leur accompagnement. Les élections dans notre pays ne s’enracineront dans la conscience collective de notre peuple comme une culture démocratique que lorsque chacun des acteurs sus-évoqués aura intégré dans la vie de leur structure l’apprentissage des piliers de ces élections. En d’autres termes il nous faut intérioriser les vertus de tolérance, du respect de l’opinion de l’autre, de la modestie permettant l’acceptation des résultats des urnes, de la non-violence, de l’honnêteté et j’en passe. »

Les réalisations de la CIME

Le Président Elebe a par la suite présenté quelques réalisations de la CIME durant la première année de son existence : «  Une année passée, certes, c’est peu. Mais c’est décisive d’autant qu’elle a permis à la CIME d’asseoir sa fondation. En effet, en une année, la CIME a accompli quelques réalisations dont nous pouvons reprendre ici les plus essentiels.

La CIME poursuit son déploiement à travers les provinces de la RDC. En dépit des difficultés matérielles conjoncturelles, la CIME est présente à Kinshasa, au Kongo Central, au Maniema et au Nord Kivu.

La CIME a organisé un atelier de planification stratégique et opérationnel de ses activités quinquennales avec l’accompagnement de ses partenaires la CENI, l’EISA et l’ECES. Cet atelier a pu doter la CIME d’un plan Quinquennal couvrant la période allant de 2014 à 2018. Ce qui démontre à suffisance le sérieux et le sens de responsabilité de cette Structure interconfessionnelle.

En vue de renforcer les capacités de ses membres, la CIME a organisé plusieurs séminaires de formation de haut niveau au bénéfice de ses membres et de ses points focaux de Kinshasa, Kongo Central, etc. Les Médiateurs de la CIME sont hissés sur le standard international et ne souffrent d’aucun complexe. En marge des activités de formation et de renforcement des capacités, il y a lieu de noter que la CIME est active sur terrain pour la prévention et la résolution de conflits dans son volet médiation. La CIME mène des activités de plaidoyer auprès des instances dirigeantes du pays pour de questions d’intérêt général en vue d’obtenir l’apaisement des esprits et des cœurs sans lequel l’issue des scrutins ne sera pas apaisée mais plutôt agitée, » a affirmé le Révérend Kapalay.

Tout en reconnaissant les difficultés que rencontrent la CIME dans la réalisation notamment de son plan stratégique et opérationnel, le Président de la CIME a terminé son adresse en rappelant que : « les élections constituent le moment privilégié pendant lequel les compétiteurs politiques recourent au souverain primaire, c’est-à-dire au vote du citoyen. Mais, on oublie souvent Dieu, le Souverain céleste, le Maître des temps et des circonstances. Pour le processus électoral en cours, il faut beaucoup prier Dieu, rechercher sa présence. Que Dieu bénisse la CIME et que, par elle l’Eternel élève le peuple congolais à l’excellence, à la perfection et qu’il devienne la locomotive des Nations.» Tel a  été le souhait du  Président de la CIME en concluant son mot de circonstance.

Notons que le président Elebe a annoncé que : « La CIME, appuyée par le PNUD et accompagné par le FEC pour le lancement de la Campagne nationale dénommée ‘Investissons dans la paix en RDC’. Cette campagne de se donne l’ambition de couvrir toute la période du processus électoral en cours en RDC. Cette grande activité qui mérite d’être soutenue par tous aura lieu, le samedi 10 octobre 2015, à Béatrice Hôtel ».

C’est par la prière finale et la prise de photos souvenirs qu’a pris le culte d’action de grâce commémoratif de l’an 1 de la CIME.

 

(Yassa/Ceni)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse