Processus électoral: La Case prend acte du rapport final de la Mission internationale de l’Oif

par -
0 401
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La Commission africaine pour la supervision des élections (Case) dit prendre acte du rapport final de la Mission internationale sur l’audit du fichier électoral de la République démocratique du Congo, un rapport très critique.

Dans un communiqué publié hier, cette structure de la société civile s’est félicitée de la qualité du travail réalisé par les experts de l’Organisation internationale de la Francophonie (Oif), dont les résultats permettront à la République démocratique du Congo de se prendre en charge sur la problématique électorale.

Rappelons que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) affiche complet depuis hier après la publication de l’ordonnance présidentielle investissant trois membres du Bureau de la Ceni. A savoir : Corneille Nangaa, président, Norbert Basengezi, vice-président et Pierrette Mwenze comme questeur.

Par ailleurs rappelons que pendant les tractations des désignations du président de la Ceni par les communautés religieuses, la Case avait appelé toutes les composantes religieuses dans leur grande diversité sur la nécessité de se rassembler autour du seul et unique candidat choisi pour la présidence de la Ceni et d’éviter toute polémique contradictoire autour de cette affaire. C’était à l’issue des travaux organisés au Centre interdiocésain.

Les confessions religieuses avaient voté par consensus, Corneille Nangaa pour succéder à l’abbé Apollinaire Malumalu, ayant démissionné pour des raisons de santé.

Analysant la situation de près, la Case invite l’Assemblée nationale à accélérer la procédure d’entérinement du nouveau président de la Commission électorale nationale indépendante, conformément aux procès-verbaux dûment déposé par les Chefs des confessions religieuses le jeudi 22 octobre dernier.

« A ce sujet, les contradictions médiatiques observées ces derniers jours n’honorent nullement la parole de Dieu. Raison pour laquelle, les querelles interreligieuses n’ont aucune place dans le contexte électoral actuel qui exige beaucoup plus d’atouts de technicité par rapport à toute autre considération de positionnement politique », peut-on lire dans le communiqué de presse publié hier par la Case, qui par ailleurs, affirme avoir suivi avec intérêt la séance de présentation de la loi des finances 2016 par le premier ministre, chef du Gouvernement.

Dans ce projet de loi débattu en date du 26 octobre et défendu par le premier ministre   en séance plénière de l’Assemblée nationale, la Case indique que ce projet fait clairement état de l’allocation par le Gouvernement d’une somme de 580.536.081 Usd pour le financement des élections nationales.

Un effort qu’elle salue et estime que cette volonté doit être encadré et suivi par la conclusion d’un Plan de décaissement réaliste tenant compte effectivement des recettes réellement réalisables par le Gouvernement pour la prise en charge des activités et des opérations électorales prévues en 2016.

Ainsi, la Case recommande donc au Gouvernement de se rapprocher immédiatement de la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) afin de mettre en exergue la concrétisation urgente du plan de mobilisation des ressources de financement des élections. Il s’agit précisément, poursuit le communiqué signé par le président de la Case, Simaro Ngongo Mbayo, d’identifier les principales sources de financement des élections, leurs décideurs, les contributeurs nationaux et extérieurs ainsi que les délais de mise à disposition en tenant compte des défis électoraux du moment.

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse