Processus électoral: Kinshasa entend enrôler 4.500.000 électeurs

par -
0 81

En raison du lancement du processus d’enrôlement des électeurs sur l’ensemble du territoire national, les statistiques indiquent à ce jour plus de 20 millions d’enrôlés depuis le lancement officiel le 31 juillet 2016 dans le Nord Ubangui, aire opérationnelle pilote. La quatrième Aire Opérationnelle qui comprend Kongo Central, Kwilu, Kwango, Maï Ndombe et Kinshasa s’apprête à cet exercice électoral.

A Kinshasa, la situation est toute particulière, et elle a mis face-à-face vendredi 17 mars 2017, dans un cadre d’échange entre le bureau de la Commission Electorale Nationale Indépendante, députés nationaux et sénateurs élus de la Ville province Kinshasa. Au menu, le lancement de la révision du fichier électoral à Kinshasa. Ville de près de 24 communes réparties dans les 4 districts (Tshangu, Lukunga, Mont Amba et Funa), elle avoisine à ce jour plus de 12 millions d’habitants, dont les routes sont en putréfaction très avancée.

Toutefois, le Président de la Commission Electorale Nationale Indépendante, Corneille Nangaa qui a réuni autour de lui, les élus nationaux et sénateurs de Kinshasa, les a exhortés à plus de mobilisation quant au prochain lancement de la révision du fichier électoral, à la sensibilisation, car Kinshasa attend quatre millions cinq cents milles électeurs, une projection certes qui peut aller au-delà des chiffres attendus.

A en croire Corneille Nangaa, Président de la Ceni qui en appelle à la mobilisation du fait du lancement de l’opération de la révision du fichier électoral de l’enrôlement à Kinshasa, la formation a pris fin et que le mois prochain, soit avril 2017, la première carte d’électeur de cette ville sera délivrée. « Il est question en termes de projection pour la Ville province de Kinshasa d’atteindre approximativement quatre millions cinq cents milles électeurs. Il faut donc, que tout le monde se prépare et que chacun se mobilise. Il était donc normal que nous recevions les députés nationaux et sénateurs de la Ville de Kinshasa pour lancer cette campagne de sensibilisation dans la Ville », a dit Corneille Nangaa.  

Il faut dire que les quatre millions cinq cents milles ne sont qu’une projection. Il est possible de dépasser ce chiffre, indique Corneille Nangaa, pourvu que la mobilisation soit effective. « On peut ne pas atteindre ce chiffre si nous dormons, mais l’enrôlement à travers les provinces et l’ensemble du pays, m’étonnerais qu’on n’atteigne pas ce chiffre. On peut donc dépasser le 4.500.000, c’est ça ce qui a justifié la rencontre que nous avons eue avec les députés nationaux et sénateurs qui nous ont promis un soutien, et qui se sont engagés à mobiliser davantage et faire en sorte que cet enrôlement soit une réussite dans la Ville de Kinshasa comme dans tout le pays », a-t-il encouragé. Contrairement aux autres provinces, la Ville province Kinshasa n’accuse pas le problème sécuritaire, a-t-il soutenu. Cependant, la Ceni sous la direction de Corneille Nanaga a augmenté le nombre de centres d’inscription contrairement en 2006 et 2011, en ce que la cartographie a été modifiée tenant compte de distance et communes rurales, telles que N’Selé et Maluku, dans le sens d’écourter la distance aux électeurs.

De leur part, les élus nationaux à travers la porte-parole, Marie-Ange Lukiana, ont exprimé leur satisfaction à travers l’échange qu’ils ont eu avec le bureau de la Ceni, sur le lancement de la révision du fichier électoral dans leur circonscription électorale, Kinshasa. Au stade actuel, la Ville de Kinshasa compte 51 députés nationaux contrairement en 2006 où elle avait 58 élus nationaux, et 8 sénateurs. Donc, Kinshasa avait perdu 7 sièges  à la législature de 2011, une situation que les élus nationaux ne veulent plus subir pour 2017. Pour y parvenir, il faut plus la mobilisation, la sensibilisation et l’engouement à se faire enrôler. C’est du moins ce qu’a dit la députée nationale élue de la Tshangu.

« Les élus nationaux de Kinshasa ainsi que les sénateurs élus de Kinshasa se sont mobilisés d’une manière déterminée pour soutenir la campagne d’enrôlement que la Ceni est en train de lancer. Comme vous le savez, en 2011, Kinshasa a perdu 7 sièges. C’est un manque à gagner pour cette nombreuse population de Kinshasa. Il est important que nous essayions de regagner ces 7 sièges et aller même au-delà. Et c’est cela la préoccupation. Comme vous le savez, Kinshasa est la plus grande province de la République en termes de population et sa représentation devrait être conséquente. Les réponses de la Ceni sont très techniques, très compétentes et nous ont satisfaites, et nous allons continuer le contact », a soutenu Marie-Ange Lukiana. A l’occasion, elle a félicité la Ceni pour avoir atteint le nombre de 20 millions d’enrôlés, qui représentent en toute modestie 4 à 5 pays du monde. « Et Donc, les choses avancent vers ce que notre population attend, c’est-à-dire la consolidation de la démocratie par les élections », a-t-elle argumenté.

L’occasion faisant le Larron, le mois de la femme implique la représentativité de cette dernière dans les instituions. Pour y parvenir, elles doivent se mobiliser, elles qui représentent plus de poids, qu’elles ne restent pas en reste quant à la question électorale. « Elles sont plus de la moitié de la population de notre pays ; en principe la question de gouvernance, de représentation, la clef est entre les mains de femmes, si elles se mobilisent suffisamment. C’est l’occasion de lancer un appel à toute notre population (homme, femme et jeune) de s’approprier le processus électoral en commençant par l’enrôlement massif », a-t-elle conclu.

(Pius Romain Rolland)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse