Processus électoral

par -
0 715
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Amgo plaide pour l’équilibre « Genre » dans le choix des acteurs  pour nouvelle équipe de la CENI

  • Par ailleurs, la Cime interpelle les acteurs politiques sur les réalités politiques actuelles

Le Mouvement africain des acteurs non étatiques de proximité plaide pour l’équilibre « Genre » dans le choix des membres pour la nouvelle équipe dirigeante de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Dans un communiqué de presse publié hier, cette structure citoyenne affirme avoir constaté avec amertume que l’ambiance  observée ces derniers jours au sein de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) réformée, augure une nouvelle zone de turbulences  dans le contexte électoral  avec le risque d’entrainer le pays  dans les conséquences fâcheuses de nature fondamentalement à compromettre son indépendance, gage de la crédibilité de ses actions  pour le grand bénéfice de 70 millions de Congolais et Congolaises.

Amgo constate que toutes les  tractations en vue du remplacement   des membres ayant consenti  leur démission au Bureau comme à la plénière de la CENI réformée, ne tiennent nullement pas  compte de l’équilibre du genre.  Elle invite les uns et les autres au bon sens  classique pour l’œuvre  à l’unisson dans la protection et défense des acquis  en matière du genre   lors des désignations des membres du Bureau et de la plénière de la Ceni.

Par ailleurs, la Commission africaine  pour la supervision des élections (Case)  exprime une fois de plus sa grave déception  de constater que  certains groupes et plateformes  politiques congolais  ne cessent d’évoluer en  contradiction avec les  réalités électorales de la République démocratique du Congo.  «  Les acteurs politiques ne mesurent toujours pas la gravité de la situation   et ne cessent de multiplier des ingrédients de blocage du processus électoral »,  peut-on lire dans un communiqué de presse publié hier.

«Les élections ne seront apaisées qu’avec des esprits apaisés et des cœurs en paix. Elles seront agitées si les esprits sont surchauffés et les cœurs troublés», indique un communiqué de la Commission d’intégrité et médiation électorale (Cime), publié par la Radio Okapi. Cette structure des confessions religieuses encourage la tenue du dialogue inclusif entre la classe politique et les forces vives de la nation.

Selon ce communiqué, la Cime plaide pour une définition claire des termes de référence de ce dialogue. Elle souhaite que cette rencontre aboutisse à un consensus national en vue des élections crédibles, démocratiques et apaisées.

La même source invite les leaders politiques et les activistes de la société civile à faire de l’amour patriotique et du sens de responsabilité leurs devoirs prioritaires.

Par ailleurs, les confessions religieuses rappellent aux acteurs politiques, toutes tendances confondues, le devoir non seulement de s’engager pour la réussite du processus électoral, mais aussi de veiller à ce que tout différend soit résolu par le dialogue; celui-ci étant la voie idéale pour protéger la nation, selon elles.

Créée samedi 6 septembre 2014, la Cime constitue un cadre d’échange d’informations électorales et de dialogue permanent qui vise à gérer par la médiation les tensions électorales, avant, pendant et après les élections. Les évêques catholiques se sont retirés de cette structure, trois semaines après sa création.

Yassa   

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse