Processus électoral

par -
0 567
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Chris Mukendi : « Le peuple doit découvrir et faire confiance à la nouvelle génération politique »

C’est une autre classe politique, très ambitieuse, qui  ne vient pas faire tabula rasa ; qui s’affiche plutôt en gros plan avec la volonté et la détermination de servir et non de se servir.  Elle veut insuffler une révolution, dans la manière de gérer la chose publique.   Et la population de Kinshasa qui va élire ses députés provinciaux, a toutes les raisons de croire et de faire confiance à la génération montante, qui a vu des erreurs  se commettre, avec tendance à se perpétuer. Le souverain primaire veut  maintenant apporter une nouvelle touche, en vue d’ajuster  le tir. « Car, lorsqu’on gère la chose publique, l’on doit être au service du peuple. Celui-ci doit découvrir et faire confiance à la nouvelle génération politique ». C’est ce que pense Christ Mukendi, vice-président  fédéral de la Lukunga II. Il est candidat député provincial à la circonscription de Ngaliema, pour le compte du Courant  des Démocrates Rénovateurs (CDER). 

Cet ancien membre du Mouvement de Libération du Congo (MLC),  qui se compte aujourd’hui parmi les cadres du CDER, après radiation de Jean- Lucien Busa, estime que c’est maintenant que la population congolaise devra se battre pour chercher à changer les choses. Car, affirme-t-il, le pays doit évoluer et décoller. Et ce décollage ; « c’est maintenant et non demain, parce que demain ne nous appartient pas », a-t-il affirmé.

C’est avec ce dynamisme et cette détermination que  Chris Mukendi, licencié en économie à l’Université Pédagogique Nationale (Upn),  est aligné parmi les cinq prétendants candidats sur la liste de son parti, à la course aux prochaines provinciales,  dans la circonscription de Ngaliema.   « Parmi les cinq candidats que le parti aligne, je suis  sélectionné à la tête de la liste, circonscription de Ngaliema. On n’attend plus que l’organisation des élections pour nous lancer dans la compétition », a-t-il indiqué. L’homme affiche serein, et  visiblement doux et apaisé. Il attend avec patience que la Commission électorale nationale indépendante (Ceni) arrête et publie le calendrier des provinciales, afin de lui permettre d’affûter ses armes.

Et donc, c’est avec ce tempérament que l’homme veut se mesurer, se positionner devant cet obstacle, avant de se mettre au service de la nation. Car Kinshasa mérite des acteurs qui la portent, affirme ce membre du Cder de Jean Lucien Busa.

Ainsi, précise-t-il, « une fois élu,  je ne compte  pas inventer la roue, parce que le rôle d’un député est bien connu dans la Constitution. C’est celui de légiférer, de  contrôler le gouvernement, de faire de bonnes propositions de loi afin de permettre à notre société de s’épanouir.  Il n’y a pas d’autres promesses à faire à la population, précise le candidat, si ce n’est de respecter les prérogatives qui reviennent à un député provincial. Donc, et tout ce que je peux faire comme promesse, c’est d’être un bon député, de les représenter valablement  et d’être proche de la population ».

Cet ancien du Mlc, parti dans  lequel il a évolué pendant six ans, affirme avoir quitté cette formation politique après la radiation de Jean-Lucien Bussa. C’était en 2012. « Car cela s’était avéré une décision allant à l’encontre de la procédure »a-t-il témoigné. Et d’ajouter : « La procédure s’était avérée irrégulière. Nous avons introduit un recours auprès du président du parti, celui-ci n’y a pas réservé de suite. Donc, l’on a considéré que c’était essentiellement la réponse.  Et nous nous sommes retrouvés avec Jean-Lucien Bussa au CDER, où j’exerce les fonctions de Vice-président  fédéral de la Lukunga II », conclut-il.

(Yassa)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse