Procès Chebeya en appel

par -
0 915
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La peine de servitude pénale à perpétuité requise contre Mukalay et consorts

La réplique du Collectif de la défense prévue ce jeudi 20 août au CPRK

*La Haute Cour Militaire a poursuivi hier jeudi le procès Chebeya en appel au Centre pénitentiaire de rééducation de Kinshasa (ex-prison de Makala). Ce sont les avocats des parties civiles des frères et sœurs de Chebeya qui ont plaidé, tandis que le Ministère public a fait son réquisitoire

*Dans ce long réquisitoire de plus de trois heures, le Ministère public a lourdement chargé les prévenus. Dans sa conclusion, il a requis la peine de servitude pénale à perpétuité contre Daniel Mukalay et consorts. Le jeudi 20 août prochain, les avocats du Collectif de la défense vont faire la réplique au profit de leurs clients

La salle d’audience du Centre pénitentiaire de rééducation de Kinshasa (ex-prison de Makala) était bondée de monde hier jeudi 13 août pour suivre le procès Chebeya en appel.

Rappelons que lundi dernier, la Haute Cour Militaire avait renvoyé l’audience à hier jeudi parce que son rapporteur était indisponible.

Terrorisme d’Etat

L’avocat qui défendait les intérêts des frères et sœurs de Chebeya a longuement rappelé les faits qui ont abouti à l’assassinat de Floribert Chebeya et de Fidèle Bazana. Pour lui, tous ces faits sont à ranger sous le vocable de terrorisme d’Etat  dans la  mesure où ceux qui ont commis ces crimes sont investis par le pouvoir d’Etat. L’Etat doit apprendre à arrêter l’Etat. Car, tout est parti de l’Inspection Générale de la Police où tout à été boutiqué pour traîner Floribert Chebeya dans un traquenard.

Il a vivement critiqué l’arrêt du premier juge qui a dit que l’infraction d’association des malfaiteurs n’était pas établie pendant qu’il retient celle du terrorisme. Et pourtant, tous les faits décortiqués dans leurs détails prouvent absolument qu’il y avait une association des malfaiteurs.

Pour conclure, il a dit que le chapeau de ces crimes pèsera longtemps sur la tête des prévenus que sont Mukalay et consorts ; il pèsera même sur leurs enfants, petits enfants, arrière petits enfants jusqu’à la 4è génération.

Le long réquisitoire du Ministère public

La parole fut ensuite donnée à l’organe de la loi qu’est le Ministère public. Il a parlé pendant plus de trois heures. Pour cette affaire, dit-il, le Gouvernement de la République a pris ses responsabilités en faisant mener une enquête impartiale et approfondie. Au regard de tous les faits, poursuit-il, la thèse de l’assassinat avec préméditation est établie.

Avec des preuves palpables à l’appui, il a détaillé le rôle qu’a joué chacun des prévenus dans leur association des malfaiteurs. Il s’agit de Daniel Mukalay, le cerveau moteur de l’opération qui, usant de sa position dans la hiérarchie de la Police nationale, a fait tout pour faire disparaître les traces. Il y a aussi M. Mwila qu’il a qualifié de « vilebrequin » qui fait tourner le moteur du crime. Il y a Georges Kitungwa Amisi, chargé de brouiller les pistes de l’enquête. Il y a Mulongoy, adjoint de Paul Mwilambwe en fuite, qui a aussi joué un rôle non moins important. Il y a enfin Blaise Mandiangu, un autre maillon de la chaîne infractionnelle de l’association des malfaiteurs, qui a savamment planifié l’assassinat de Floribert Chebeya et Fidèle Bazana. Notons que tous ces cinq prévenus sont des officiers de la Police nationale congolaise.

Servitude pénale à perpétuité pour les cinq prévenus

Dans sa conclusion, le Ministère public a requis la peine de servitude pénale à perpétuité pour Daniel Mukalay, Georges Kitungwa, Blaise Mandiangu, F. Mulongoy et M. Mwila. Il a retenu contre eux trois infractions, à savoir l’association des malfaiteurs, l’assassinat de Floribert Chebeya et l’assassinat de Fidèle Bazana.

Quant aux dommages-intérêts à verser aux parties civiles, le Ministère public a demandé à la Haute Cour Militaire de les évaluer compte tenu de la gravité des préjudices subis.

Le président de la Haute Cour Militaire a pris acte de la réquisition du Ministère public, tout en le priant de la déposer au greffe.

La réplique du Collectif de la défense prévue ce jeudi au CPRK

Après que le Ministère public ait prononcé le réquisitoire ci-dessus, le président de la Haute Cour Militaire a indiqué que les audiences du lundi 17 et jeudi 20 août seront consacrées à la réplique des avocats du Collectif de la défense.

Mais, les avocats du Collectif de la défense ont humblement demandé au président de la Haute Cour Militaire de leur accorder deux jours supplémentaires et faire leur réplique le jeudi 20 août et ils promettent d’être précis et concis. Cela va dans le sens de l’équité car, disent-ils, le Collectif des parties civiles a eu trois audiences pour s’exprimer et le Ministère public a eu plus de trois heures. Il leur faut du temps pour répliquer aux propos des uns et des autres.

Finalement, compréhensif, le président de la Haute Cour Militaire a accepté leur proposition. Ainsi donc, la prochaine audience est fixée au jeudi 20 août toujours au CPRK.

(Denis Lubindi)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse