Procès à la Haye: Jean-Pierre Bemba risque 30 ans ou la prison à perpétuité

par -
0 543
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A cause de sa milice invitée par l’ancien chef d’Etat Ange-Félix Patassé en République Centrafricaine, l’ancien vice-président de la République est poursuivi  par le Procureur général de la CPI de 5 chefs d’accusations, notamment crime de guerre, contre l’humanité et crime sexuel sur la population civile. Ses avocats se battent pour arracher au moins la peine la plus basse possible, contrairement aux juges qui estiment si jamais l’extrême gravité des faits lui reprochés s’avèrent vraie, Jean-Pierre Bemba risque 30 ans ou la prison à perpétuité.

Poursuivi pour cinq chefs d’accusation dont, crime de guerre, crime contre l’humanité, crime sexuel, etc. entre 2002-2003 en République Centrafricaine, Jean-Pierre Bemba fait face à un procès qui a reconnu pour la première fois que les crimes sexuels sont considérés comme crime de guerre devant la CPI et la première fois où la responsabilité d’un chef de guerre a été démontrée.

En effet, ce sont ses milices qui ont commis des exactions sous son commandement, argumentent les trois juges qui, pendant 6 ans, ont fait défiler  les témoins à charges et à décharges. Bien que ses avocats au cours du procès du lundi 16 mai ont tentés d’arracher des circonstances atténuantes de crimes commis par sa milice en République Centrafricaine, en faisant convaincre la CPI de lui infliger la peine la plus basse possible.

Aux termes d’un long procès ouvert en novembre 2010, les trois juges de la CPI ont reconnu le 21 mars dernier que Jean-Pierre Bemba était reconnu coupable de 5 chefs d’accusations commis en République Centrafricaine et lui réserve, à en croire certaines sources, la peine la plus lourde entre 30 ans et/ou la prison à perpétuité.

C’est aujourd’hui mercredi 20 mai que le procès du sénateur Jean-Pierre Bemba, ancien vice-président de la République entre 2003 et 2006 prend fin après que les juges aient  entendu pendant trois audience des nouveaux témoins. Toutefois, le réquisitoire du Ministère public de la CPI entend convaincre ces trois juges de sanctions exemplaires pour tous ceux qui se compromettent à commettre le crime qui lèse les sensibilités humaines.

Par ailleurs du côté de la défense, l’Evêque catholique Fridolin Ambago a cherché à démontrer que Jean-Pierre Bemba et sa milice avaient joué un rôle dans le rétablissement de la paix et de la stabilité dans l’ancienne province de l’Equateur. Il affirme n’avoir pas compris ni pris conscience de ce qui s’était passé en RCA, en ajoutant que les forces du MLC ont permis à la population de se sentir libre parce que le MLC est venu reconstruire tout ce qui était détruit.

En outre, à en croire les sources, le Ministère public pourrait faire intervenir un expert pour établir les conséquences intergénérationnelles de ces viols et violences sexuelles. Et de ce fait, Jean-Pierre Bemba qui a déjà passé 8 ans à la CPI risque 30 ans de prison, voir même la perpétuité si le juge estime que l’extrême gravité des crimes le justifie. Disons que ce digne fils qui a eu à occuper l’un des plus grands postes de responsabilité au pays, ne mérite pas de finir sa carrière politique dans une maison d’arrêt, loin des siens.

(Pius Romain Rolland )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse