Primature: Katebe et Katumbi à couteaux tirés, le Rassemblement au bord de l’implosion

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Engagé dans une logique de loin belliqueuse et visiblement conciliante face aux enjeux de l’heure, M. Katebe Katoto a dernièrement brisé le silence au moment où ses pairs du Rassemblement de l’opposition cherchent noise à la Majorité Présidentielle. Pour certains tendancieux, le richissime avait  semé la confusion et le doute au sein de l’opinion sur le choix du Premier ministre par le Rassemblement. En effet, selon lui, il n’y a pas de problème si le Rassemblement doit présenter des candidats au Chef de l’Etat qui doit en choisir un au poste de Premier ministre.

Dans cet argumentaire, c’est le lieu de reconnaitre que la plateforme ‘’genvaliste’’ ne s’est jamais réunie, démocratie oblige, pour désigner son ou ses candidats au poste de Premier ministre. Comme dans une jungle, les uns et les autres avancent en sourdine des noms tel pour un casting au sommet de l’Etat, à un moment aussi crucial, sans tenir compte de la République et d’environ 10 critères établissant le profil robot de celui qui doit aspirer à cette tâche. C’est d’ailleurs à cet effet qu’Eve Bazaïba du Front pour le respect de la constitution, FRC pense que même au portillon des évêques, c’est le partage de postes et non la République qui prime.

Curieusement, tapant comme dans ses habitudes à côté, Moïse Katumbi  pense recadrer le débat. Dans un tweet repris par plusieurs médias et acteurs politiques, il se veut plutôt catégorique, voire trop tranchant. L’autoproclamé candidat G7 à la présidentielle martèle que l’Accord de la Saint-Sylvestre ne parle pas d’une liste des candidats Premiers ministres, mais d’un seul candidat. Une vision gauche et étonnante qui ignore le fond dudit accord, les pratiques et les coutumes en rapport avec la constitution dans ce pays, et que la CENCO n’est pas la constituante en Rd Congo. A titre de rappel, l’Assemblée nationale garde toutes ses prérogatives constitutionnelles quant à ce. Ceux qui y siègent, ce ne sont pas des sacs vides ou des enfants de chœur ! A moins qu’au Rassemblement l’on revienne devant la face du monde affirmer que la Constitution est déjà caduque et qu’il urge de passer au référendum,… un argument qui semble du reste logique bien que souvent pris à partie. Mais à voir de près, la vision est celle du fameux régime spécial que l’on veut à tout prix imposer !

« C’est Félix Tshisekedi, tranche Katumbi via Twitter ». Et de renchérir : «  Il n’est pas dit que le Rassemblement présente une liste de candidats ». C’est tout dire. Pourtant, Katebe Katoto ne trouvait aucun inconvénient que le Rassemblement présente trois à cinq candidats, à soumettre au chef de l’État pour désignation. « Il avait même osé dire que c’était démocratique », ralle un leader de la jeunesse de l’Udps. La Majorité s’était raisonnablement approprié la déclaration de l’homme d’affaires. Selon un proche de Félix Tshisekedi, le pouvoir voulait démontrer qu’il y a une crise de leadership au Rassemblement. Qui peut prouver le contraire en pareilles circonstances ? D’ailleurs, Atundu Liongo, porte-parole de la MP avait martelé devant la presse que le Rassemblement est miné par le manque d’un leadership visionnaire. Il se demandait même si la plateforme n’avait pas 5 intelligences pour prétendre occuper ce poste.

Pour couper-court à cette polémique, Katumbi, dans son tweet, s’est limité à un seul candidat, pas 3 ou 5. Il relaie presque le radical Martin Fayulu pour qui accepter de proposer 3 ou 5 noms serait une violation grave de l’Accord du 31 décembre 2016. Par ailleurs, Moïse Katumbi s’est interrogé toujours dans le même tweet, « pourquoi le nom de Félix Tshisekedi gène? A bien lire sa pensée, c’est une manière pour lui d’affirmer clairement sa préférence sur Tshilombo, assure un leader G7 proche du président du TP Mazembe. Pour l’ex- gouverneur du Katanga, le choix est porté sur le fils Tshisekedi. Mais, il resterait au président du conseil des sages du Rassemblement, Tshisekedi père, d’avaliser le choix et le présenter à qui de droit.

A en croire les proches de Katumbi, cette mise au point est aussi une réponse à Aubin Minaku qui soutient que le blocage est dû à la mauvaise foi du Rassemblement. Toutefois, les Evêques qui renforcent leurs capacités en Europe ne manqueront pas de tirer l’épingle du jeu avec leur plan B, si jamais les violons ne s’accordaient. Quoi qu’il en soit, tout le temps profite à Kabila sans autre forme de procès.

(MB)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse