Pretoria, Bruxelles…Genève, Opposition : Et si Lumumba avait tout prédit…

par -
0 318
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« Les morts ne sont pas sous la terre, ils sont dans l’arbre qui frémit… », a dit Birago Diop. Qui en République Démocratique du Congo ne se souvient pas de la lettre de l’ancien Premier ministre congolais et héros national, Patrice Emery Lumumba ? Dans son testament envoyé à sa tendre Pauline, l’homme tué par les colons belges avait déclaré : « l’histoire du Congo ne s’écrira ni à Bruxelles, ni à Londres, ni à Paris… ». Plusieurs années après sa mort, voilà la RD Congo son pays se trouve dans une étape importante de son histoire, où tout le monde pense à celui qui avait bravé la peur devant les impérialistes. Les paroles sont fortes ; sa puissance reste inébranlable.

L’Opposition politique congolaise est distraite et se confie à ceux qui ont tué la démocratie au pays de P.E Lumumba, pour prétendre diriger la RDC à l’issue des élections du 23 décembre 2018. Ils ont été partout ; en Belgique, en Afrique du Sud, aux Etats-Unis…toujours à la recherche du salut. Et voilà qu’après toutes ces rencontres vidées de leur sens, ils veulent encore se réunir à Genève du 7 au 10 novembre, alors qu’en Afrique du Sud, le risque d’une implosion avait pris corps. Une situation qui a défrayée la chronique, car l’absence de Félix Tshisekedi ne pouvait pas passer inaperçu. Tout a commencé par la marche vers la CENI où le fils Tshisekedi a fait comme son père ; donnant un mot d’ordre à ses combattants de ne pas prendre part à la manifestation d’autres plateformes de l’Opposition. Lui président du Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement/Limete, qui n’existe que de nom depuis la disparition du sphinx Etienne Tshisekedi, il s’est désolidarisé de sa troupe.

Des journalistes proches de l’Opposition, à l’exemple de l’éditeur de « Points saillants plus » n’ont pas pu se taire, face à ce retrait de Fatshi. Mais point n’est besoin de condamner Kabund. Si hier il pouvait recadrer Félix, aujourd’hui les choses ont changé. C’est Fatshi le Maître, bien qu’il soit entouré des gens que Safu qualifient des « traitres ».

Sera ou ne sera pas à Genève comme en Afrique du Sud ? C’est la question que tout le monde se pose, même s’il est évident que Félix Tshisekedi ne pourra plus demeurer dans la démarche de ses pairs, celle de boycotter les élections parce qu’il y a la machine à voter. Si Tshilombo a mis fin à l’unité dans les actions de l’opposition, que fera-t-il pour la suite ? L’on annonce que la réunion de Genève sera essentiellement consacrée sur le choix du candidat commun de l’Opposition et que le programme commun existerait déjà. Si l’unité règne, cela pourrait être une chose d’un seul jour, mais si le conclave doit prendre trois jours, il y a de quoi craindre !

Félix n’est plus avec eux, bien qu’il ait tenté de se sauver lors de sa dernière sortie médiatique, accusant les autres de vouloir mettre en péril l’unité de l’Opposition.

Au sujet du choix du candidat commun, disons que Genève ne saura faire quelque chose, car déjà à Kinshasa, ça ne marche plus. Des sondages contestés même dans l’Opposition qui mettent Fatshi en tête, des procès d’intentions contre certains candidats présidents de la même Opposition, des manipulations et agitations inutiles ; ce sont des comportements qui caractérisent l’Opposition ce jour. En face, un adversaire silencieux, et qui marque ses pas derrière la distraction de l’Opposition. Ça continuera comme ça, et la victoire viendra silencieusement. Le peuple, lui, observe et adhère à la cause du Front Commun pour le Congo (FCC).

La voix du Feu s’entend

Difficile d’écrire l’histoire de la RDC en dehors de la RDC. Etienne Tshisekedi avait essayé de comprendre ce testament de Patrice Lumumba, voilà pourquoi après Genval, il a accepté de venir négocier à Kinshasa. C’était le début des discussions du Centre Interdiocésain avec les évêques de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO). Après Tshitshi, ses acolytes ne parviennent pas à faire comme lui. Ils contestent sous silence à Kinshasa, et peaufinent des stratégies de déstabilisation à l’extérieur. Faibles en actions populaires ! Ils disent non à la machine à voter, mais la CENI accélère le processus électoral. Ils ne parviennent pas à convaincre, ils se rencontrent sans suite logique. L’Opposition en perte de vitesse ! Genève, rencontre de tous les enjeux, mais aussi de celui de tous les dangers. Enjeux, s’ils parviennent à trouver un seul candidat pour affronter Shadary. Echec, s’ils restent éparpillés sans rendre très compétitives les élections du 23 décembre 2018. L’âme de Lumumba pleure, son sang crie à l’exemple de celui d’Abel dans la Bible, sa voix s’entend et sa colère descend. Seuls ceux-là qui obéissent pourront être épargnés. Trahie par l’Opposition, la mémoire de Lumumba va sévir. A cet effet, l’échec de Genève se dessine bien avant. Rien de bon, il faut s’attendre à des messages de désistements. Seuls les distraits partiront. Tshilombo même s’il partait, un seul point ne va pas lui mettre d’accord avec ses amis ; la machine à voter boycottée.

L’ancienneté, l’âge ou le niveau intellectuel ?

Le feu embrasse l’Opposition. La malédiction de Lumumba sur tous ceux qui rejettent son testament frappe déjà. Ils acceptent les conseils des Reynders et compagnies ; les mêmes personnes qui massacrent la démocratie en RDC. Et les voilà aujourd’hui devant le mur. Si hier la candidature unique était une histoire de la méritocratie, aujourd’hui ils en font un champ de commerce. A l’Udps, Félix et rien que Félix. Les mécontentements apparaissent, ils rectifient. A quelques jours de la campagne électorale, ils montent encore les enchères. Augustin Kabuya, alors porte-parole de l’Udps évoque l’aspect ancienneté quant au choix du candidat commun de l’Opposition. Un bel observateur. Il sait que Bemba et Katumbi ne sont plus dans la course. Il minimise Fayulu, rejette le pasteur Ngoy, s’en moque de Kamerhe, transfuge de la MP, refoule Mokia et consorts, et brandi son leader Félix Tshisekedi. Ancien par rapport à quoi, lui qui, derrière son père jadis vivant, n’avait rien d’opposant. Habitué dans les messes noires, aujourd’hui il veut se faire ancien de tous. C’est la raison même qu’il a mis en quarantaine tous les compagnons de lutte de son père, pour se croire plus ancien que ceux qui sont restés avec lui. Félix Tshisekedi ne voit pas de l’Opposition dans son propre camp. Il se voit mal entouré ; peut-être entouré des traitres et opte pour l’hypocrisie. Derrière lui, les combattants qui croient en lui en souvenir du nom de son père, icône de Limete. Et si Kabuya évoque l’aspect ancienneté, dans la même Opposition, certains voient l’aspect intelligence. C’est là où l’Udps ne saura dire mot. Le combat ne fait que commencer, plus que question des jours. La campagne électorale approche, et les élections dans peu.

Bernetel Makambo

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse