Prestation de serment de nouveaux avocats

par -
0 815
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Jérôme   Kitoko  pour le rajeunissement  du  Barreau  près la  cour suprême de justice   

Le vendredi dernier, une audience solennelle  s’est tenue en  la grande salle  de la Cour suprême  de justice  à l’occasion  de la prestation  de serment  de cinq  nouveaux  avocats inscrits  au Barreau  près la Cour  suprême  de justice.  Une cérémonie  qui a été  présidée   personnellement  par   le Premier président  de cette Cour,  Jérôme   Kitoko  Kimpele.

Il s’agissait des avocats ci-après : Nyabirungu   Muene  Songa, Vincent Kangulumba   Mbambi,  Dieudonné  Kaluba   Dibwa , Mukendi  Wa Fuana  et  Fataki   Augustin.

Trois interventions  importantes  sont à signaler. D’abord,  la lecture  du seul point inscrit à l’ordre du jour (extrait de rôle) qu’est la prestation de serment. Ensuite, c’était le  tour du Bâtonnier national, l’honorable   Matadi  Wamba   Kamba   Mutu  de  présenter les récipiendaires. Enfin,  le Procureur général de la République  est intervenu pour ses  réquisitions.

Cursus  des assermentés

Suivant l’ordre de préséance fixé dans le règlement cadre des Barreaux, le Bâtonnier national a présenté  les cinq confrères qui sont :

Maître Nyabirungu  Muene  Songa (69 ans)

Professeur  Emerite,  il est Licencié en droit  de l’Université  Nationale  du Zaïre (Unaza) en juillet  1969 et Docteur en 1980. Il est au Barreau de  Kinshasa depuis 1985. Avocat à la Cour Pénale  Internationale  (CPI) et professeur de  Droit, il compte plusieurs publications  à son actif. De même,  il a exercé plusieurs  fonctions  politiques   entre autres  comme député et sénateur. Les voyages forment, Maître  Nyabirungu  a parcouru  les Etats-Unis,  l’Europe  et l’Afrique.

Maître  Kangulumba  Mbambi  Vincent

Licencié en Droit en 1984 et  Docteur  en 1999. Il est professeur ordinaire   à l’Université  de  Kinshasa (Unikin)  et évolue au Barreau de  Kinshasa  Gombe  depuis  le 7 janvier 1987. Lui aussi a beaucoup  publié.  Il est député national depuis 2011.

Maître  Kaluba  Diwa  Dieudonné (50 ans)

Licencié en Droit en 1993 et docteur en 2010. Il est auteur de onze titres sans compter les communications scientifiques  et les travaux  universitaires. Conseiller à la CPI,  à la Haye, il a était expert au Pnud  et professeur full à l’Unikin.

Maître  Mukendi  Wa Fuana (49 ans)

Licencié en Droit en 1993, il n’a pas de publication  à l’instar des professeurs  d’université  dont d’ailleurs  c’est le métier. Il a cependant  produit quelques-unes  avec un intérêt  pratique selon son flair   : « Droit minier congolais »  et « Contentieux  électoral dans la pratique de la Cour Suprême de Justice ».  Il a beaucoup voyagé. C’est lors du Congrès  de l’Union  Internationale  des Avocats  que je l’ai découvert à l’étranger, a laissé entendre le  Bâtonnier  national.

Maître  Fataki  Augustin   (48 ans)

Il a obtenu sa licence  en Droit en 1996 à  l’Unikin. Il a fait son entrée  au Barreau  trois ans après, soit en 1999. Son créneau,  c’est le foncier  et l’immobilier, la loi foncière  et  l’inattaquabilité du certificat d’enregistrement.

Conseils prodigués  aux avocats inscrits  

Le Bâtonnier  national  a profité de l’occasion pour donner  quelques conseils  aux  assermentés. « La cassation, votre désormais activité principale   requiert de la rigueur intellectuelle et morale. Elle  n’est pas un troisième degré de juridiction, mais plutôt un procès fait par  un procès,  par une décision. Le juge dont on  attaque la décision aura  commis une contravention à telle loi précise …        On vous reconnaitra par votre signature identitaire…  car il existe une résolution  de l’Assemblée  générale du Barreau près la Cour suprême,   interdisant à un avocat de signer un acte qu’il n’a pas rédigé lui – même… sinon cela  constitue une trahison du serment …», a-t-il déclaré.

Jérôme  Kitoko  Kimpele  pour un renforcement des capacités du Barreau

Présidant  lui-même cette audience solennelle, le 1er président de la Cour Suprême de Justice  a voulu renforcer davantage la dynamique  de collaboration  qui a toujours existé  avec le Barreau  près la Cour Suprême de Justice…

« J’ose espérer que par cette cérémonie  couronnant la montée  au panthéon de vos cinq confrères, votre Barreau  entrera dans une nouvelle ère  de renforcement  de ses capacités à contribuer  à l’enrichissement  de la jurisprudence  de cette Cour  et celle de son rajeunissement, ce qui permettra, à coup sûr, d’évoluer sur de nouvelles bases plus solides  et confraternelles», a-t-il  conclu, dans son discours prononcé  au cours de cette audience solennelle.

(Franck  Ambangito)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse