Présidentielle en Rdc: Le Cardinal Monsengwo candidat ?

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A quelques jours de la date du 25 juillet 2018 consécutive à la réouverture par la Commission électorale nationale indépendante (CENI) des Bureaux de Réception et Traitement des candidatures (BRTC) pour la réception des candidatures à la députation nationale et à la présidentielle, une structure politique dénommée Dynamique chrétienne pour l’unité et le développement (DCUD) a, dans une pétition signée vendredi dernier à Kinshasa, plébiscité le Cardinal Laurent Monsengwo Pasinya, candidat à la présidentielle de décembre 2018.

Pourquoi seulement aujourd’hui cette structure voudrait que le Cardinal, farouche opposant au pouvoir en place, devienne le principal challenger, au moment où il est attendu qu’il joue un rôle majeur dans la réunification de l’Opposition, afin de permettre à celle-ci de se choisir un candidat unique à la prochaine présidentielle et à se doter d’un programme commun. Car, nombreux sont les observateurs de la scène politique congolaise qui pensent que le Cardinal jouerait un bon rôle, en réunissant ce qui reste encore de cette opposition dans la perspective de mieux appréhender les échéances à venir.

Est-ce pour dire que l’on doit définitivement oublié la candidature unique de l’opposition, ou une façon d’éliminer l’opposition qui manquerait des candidatures valables pour la représenter à l’élection présidentielle de décembre prochain? L’opinion est en droit de se poser autant de questions, surtout que plusieurs candidats sont d’ores et déjà annoncés dans l’opposition.

Le Cardinal Laurent Monsengwo, membre du C9, ce comité restreint qui conseille le Pape François sur des questions spécifiques,  a vu le Vatican élever Mgr Fridolin Ambongo au rang de coadjuteur. Une certaine opinion qui a toujours accusé le Cardinal de faire de l’opposition au sein de l’Eglise catholique, trouve normal que le Cardinal accepte ce plébiscite, afin de se confronter cette fois-ci à ses propres fidèles, maintenant que sa retraite a été acceptée.

Sinon, l’auteur de la pétition, Mme Odette Babandoa Etoa, Secrétaire nationale de ce regroupement politique, estime que la RDC a besoin d’une personnalité intègre, compétente, qui rassemble et rassure les Congolais. « Nous nous engageons derrière un seul candidat, et nous croyons que le candidat qui peut faire le consensus de tous les leaders politiques et sociaux, c’est le cardinal Laurent Monsengwo Pasinya », a-t-elle affirmé.

Selon elle, la personnalité qui serait à la tête de la RDC devrait impulser une dynamique de sens de responsabilité, assainir les mœurs et remettre le pays sur les rails et l’orbite de son destin. « Le Cardinal Monsengwo n’est pas un acteur politique qui va chercher à arriver au pouvoir pour s’y cramponner. C’est un homme de Dieu. Que la période de son passage au pouvoir soit une période de transition pour asseoir la démocratie, reconnaitre la renaissance de l’Etat, le respect des textes qui va nous préparer à accéder aux élections d’une manière démocratique », a souhaité Mme Babandoa.

La DCUD appelle donc toutes les forces vives de la nation pour porter cette action à destination du Cardinal Monsengwo, afin qu’il daigne accepter ce choix porté sur lui. La DCDU est un regroupement politique qui se réclame fruit de prières des fidèles catholiques, protestants, salutistes, pentecôtistes et évangéliques, tous regroupés au sein des organisations officielles des laïcats.

Monsengwo ne va pas s’opposer à son Eglise

Dans sa vocation traditionnelle, l’Eglise a pour mission d’enseigner l’évangile et aux fidèles laïcs de s’approprier l’enseignement pour un engagement en politique, afin d’améliorer les conditions de vie de la population.  Entendue dans ce sens, l’Eglise ne peut jamais être juge et partie. Mieux, l’Eglise ne peut jamais avoir double casquette, d’autant plus qu’elle risque de ne pas bien accomplir une des tâches. D’ailleurs, ‘’qui trop embrasse, mal étreint’’, indique un adage populaire. Preuve que le contrat Eglise-Etat doit toujours exister dans l’intérêt des uns et des autres. Ici, l’Etat entendu comme pouvoir régulateur qui élabore un cadre légal et l’Eglise comme bénéficiaire de ce cadre pour s’implanter, faire quelques investissements au profit de la population.

Le pouvoir temporel étant très délicat, il est de l’intérêt des hommes de Dieu de se concentrer à ce qu’ils maitrisent mieux, nourrir spirituellement les enfants de Dieu  et les préparer ainsi à la félicité céleste. S’occuper de la gestion de la Cité risquerait de corrompre les religieux qui oseraient s’adonner à cet exercice sans compétence. Dans le monde entier, les exemples sont légion et l’on apprend que les hommes en soutane n’ont pas été que de bons gestionnaires. Même en Rdc, la population a du mal à retenir les quelques actions à impacts visibles de tous ceux des religieux qui ont occupé des fonctions politiques. Moralité : que chacun fasse ce pour quoi il a été appelé et tout raccordement frauduleux risque d’être très mal interprété et sanctionné par le peuple.

Pourquoi Babandoa zappe-t-elle ses pairs de l’Opposition pour jeter son dévolu sur un homme de l’église contesté par une partie des laïcs catholiques dont certains ont même quitté l’église ? L’exemple des jeunes du PPRD qui ont assiégé la Cathédrale Notre Dame du Congo est une preuve visible que Monsengwo, promoteur inavoué du CLC, serait un candidat que Babandoa et sa DCDU choisissent pour la bataille de décembre 2018. Les Congolais sont avertis.

Déjà avec cette pétition qui a requis bon nombre de signatures, les opposants de Limete et ceux d’ailleurs tremblent, car les dernières nouvelles font savoir qu’ils seraient à la recherche d’un médiateur pour les aider à s’entendre autour de la prétendue candidature unique à la présidentielle de 2018. Les cinq conditions imposées à Kinshasa et à la CENI avant de participer aux élections de la fin de l’année ont semé le doute au sein de l’Opposition, à l’exemple du G7 qui n’a pas signé le dernier communiqué final publié à l’issue d’une réunion du Rassemblement. C’est peut-être l’une des raisons qui a poussé Mme Babandoa à voir ailleurs, car les prétendus opposants radicaux déçoivent.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse