Près de 70 femmes sensibilisées pour la planification familiale: Cette question demeure préoccupante à Kinshasa

par -
0 600
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La question de la planification familiale a été et continue de rester toujours préoccupante en République démocratique du Congo en générale et à Kinshasa en particulier. Elle est une situation très intéressante dans l’ensemble de la majorité des organismes nationaux tant internationaux en de raison de la tenue des plusieurs ateliers en vue de sensibiliser sur les avantages de cette pratique. La sensibilisation à la planification familiale a pour but de conscientiser toutes les femmes de la RDC à la maitrise dans ce domaine aussi délicat qui constitue le moteur de l’équilibre de toute famille qui se veut être précisé dans le domaine de détermination des naissances.

La fréquence des naissances indésirables, un fléau

Les naissances indésirables sont des plus en plus fréquentes dans la ville-province de Kinshasa. Le constat établit souligne qu’il s’agit de l’inconscience doublé de manque des connaissances de plusieurs femmes et adolescentes vivants à Kinshasa en ce que, les méthodes de la planification familiale constituent le socle du fondement familial.

Les études renseignent aujourd’hui que dans chaque commune de Kinshasa l’on retrouve au moins sur chaque avenue plus ou moins 3 filles mères. Ceci explique cela, la question de la planification familiale doit encore être mise à la portée de tous de sorte que les autres filles en profitent voir même être enseigné dans les foyers des adultes. Il est évident que la planification familiale est l’une des branches ou facteur de développement d’un pays à un autre, dans la mesure où, plus il y a des naissances voulues en temps voulu, plus les parents n’assument leurs responsabilités, en contrario, c’est le phénomène « chegué » et « koulouna » communément appelés enfants de la rue, et banditisme urbain pourrait disparaitre au fur et à mesure.

La CNPS saisit l’occasion de sensibiliser les femmes

Dans la même perspective en ce qui concerne l’autonomisation et la participation de la femme congolaise à la santé de la reproduction, l’ONG la Corporation Nationale des Professionnels en Santé Communautaire(CNPSC), a sensibilisé près de 70 femmes sur les méthodes de la planification familiale, et sur les notions liées à cette pratique le samedi dernier à la zone de santé de Kingasani 2, renseigne l’agence presse associée.

En effet, la CNPSC a constaté que plusieurs de foyers se retrouvant dans la zone de santé de Kisangani 2 souffrent des conséquences dues à des naissances indésirables. Sur ce, les naissances indésirables est l’un des éléments les plus fréquents du déséquilibre dans les foyers. Et constitue en effet, une menace de crise au sein de la famille. D’où sensibiliser la femme sur les méthodes de planification familiale c’est garantir une bonne vie et un bel avenir à tout un couple.

Cependant, la descente du CNPSC a permis aux habitants de Kingasani 2 de comprendre c’est que la planification familiale et comment planifier les naissances avec responsabilité. C’est alors que, Mme Mbula Marie-Rose, chef d’une équipe de sensibilisation de la CNPSC explique le bien-fondé de cette campagne, e, ce terme’ «  on a eu des cas où l’homme ne se sent pas directement responsable, estime que la femme qui préfère recevoir des grossesses. Il incrimine la femme et cela crée un problème et cela crée un problème d’harmonie dans le ménage. Quand la femme va tout le temps à ma maternité, il y a un cout par rapport à ça »

Soulignons que cette campagne n’a laissé aucune indifférence de la part des participants. Un bénéficiaire affirme être édifié avec son mari sur plusieurs méthodes contraceptiques apprises. « Nous avons l’impression de connaitre ca bien avant mais nous étions souvent dans l’erreur puisqu’avant les explications reçues nous l’avons bien compris, et nous sommes au courants de toutes les méthodes, et aussi qu’il y a moyens d’espacer les naissances et d’accoucher quand on veut » a-t-elle dit

Mon peuple périt dit-on faute de connaissances, et éduquer une femme c’est éduquer toute une nation, dit-on. Donc les femmes de Kinshasa doivent être bien instruites et maitriser la matière de la planification familiale. Car c’est à elle que revient la charge de la maternité, et de donner vie. C’est à elle que revient la charge de la morale, d’où elle doit maitriser toutes les connaissances liées à cette matière pour garantir un avenir meilleur à son foyer. A bon entendeur, salut.

(Charlie MUEPU /Stagiaire)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse