Préparatifs du dialogue: Edem Kodjo reçoit le Front des démocrates

par -
0 421
une vue l’ancien Premier ministre Edem Kodjo
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Pour éviter que d’autres Congolais ne disent qu’ils ont été oubliés par le dialogue, le Facilitateur désigné par l’Union Africaine, l’ancien Premier ministre Edem Kodjo n’a pas cessé de consulter la classe politique congolaise. C’est dans cet objectif qu’il a échangé hier avec le Front des démocrates conduit par Jean-Lucien Bussa. « Nous venons de rencontrer le Facilitateur pour parler avec lui de l’actualité politique de notre pays. Cette actualité est faite des questions essentielles liées à la problématique de l’alternance politique pacifique en Rd Congo », dit-il, avant d’ajouter que nous sommes venus lui dire notre attachement à la constitution, notre soutien à la Résolution 2277 et là-dessus nous avons insisté pour que cette résolution soit implémentée le plus rapidement possible.

Et de renchérir que nous avons aussi considéré que pour le Front des démocrates, il est important qu’au plus tard le 19 décembre, qu’un autre Président prenne le pouvoir au pays. Et pour que ceci soit possible, il faut accélérer le processus électoral. Il pense que la Résolution 2277  qui fait de l’élection présidentielle la priorité des priorités, est une fenêtre d’opportunités qui permet aujourd’hui d’agir dans cette direction.

« Nous avons également noté l’évolution au plan international par rapport à la désignation d’un Groupe de soutien, c’est que la Dynamique de l’opposition avait suggéré il y a quelques mois, notamment le panel. Aujourd’hui c’est une réalité qu’il y a un Groupe de soutien qui travaille  avec le Facilitateur pour atteindre les mêmes objectifs », explique-t-il. Il avoue qu’il est venu pour dire que le temps est arrivé pour ne pas perdre une autre année. Ça fait quand même une année que le dialogue convoqué par le Président de la République ne s’est pas tenu, mais il faut aller vite aujourd’hui pour que finalement le peuple congolais qui aspire à l’alternance politique vive une fois dans son histoire la passation civilisée du pouvoir entre le Président Joseph Kabila et le prochain Président de la République.  A l’en croire, le dialogue, sur le plan sémantique commence à poser problème, les Congolais n’en veulent pas ! Il est important que le Panel vienne nous aider à régler un certain nombre de problèmes, y compris celui lié à la sémantique.

Maman Sidikou calme à Jean-Lucien Bussa

Ce qui est curieux, c’est l’entendement du dialogue et de la Résolution 2277 que donne Jean-Lucien Bussa et qui est contraire à celle que donne Maman Sidikou Sambo, Représentant spécial de Ban ki-Moon en Rdc.  Lors d’un point de presse qu’il a animé hier jeudi, il a affirme qu’il y a un dialogue qui a été appelé par le Président de la République qui, est à sa connaissance, le Président légitime de ce pays. En plus, un Facilitateur a été nommé par l’organisation continentale, l’UA, au nom du principe de subsidiarité qui fait que l’UA passe avant nous autres des Nations Unies, quand il s’agit des affaires du continent. Un Facilitateur est à l’œuvre, soutenu par un groupe d’appui dont il a donné la composition.

« Je sais que le Facilitateur est rentré hier soir, il est encore à Kinshasa, et toute initiative viendra de ce côté-là et sera l’aboutissement des consultations qu’il mène en ce moment. Donc, je ne veux pas entrer dans les détails de par qui, etc. parce que c’est assez évident enfin à mon sens », dit-il. Et d’ajouter qu’il y a des gens qui voient une contradiction entre la 2277 et l’appel au dialogue. « Je regarde mes papiers, voici ce que dit le Conseil de sécurité : « Le Conseil de sécurité souligne l’importance d’un dialogue véritable pour que les élections présidentielle, législatives soient pacifiques, crédibles et conformes à la Constitution. Et de l’autre, le Conseil demande au gouvernement de faire une priorité de la tenue des élections présidentielle et législatives prévues en novembre 2016 conformément à la Constitution ». Il est clair que dans l’esprit du Conseil, ces deux exigences vont de pair car, la première, c’est-à-dire le dialogue doit mener à la deuxième, c’est-à-dire les élections. Mais souvenez-vous, je fais partie de ceux qui vous ont dit depuis longtemps ici, qu’en dernière analyse, ce sont les Congolais qui décideront de quand leurs élections vont avoir lieu et la forme et le format du dialogue, etc.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse