Premiers éléments d’enquête sur les attaques du lundi 7 août 2017: Le BDK visait le renversement des institutions

31 assaillants, adeptes de Bundu Dia Kongo, présentés par la PNC/Ph. Pius Romain
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Neutralisés rapidement par la Police nationale, les criminels qui ont furtivement semé la panique à  Kinshasa et au Kongo Central, dans la matinée du lundi 7 août dernier, ont reconnu, au cours des auditions qui ont suivi l’interpellation de trente et un d’entre eux,  être tous des adeptes de Bundu Dia Kongo, du député national Zacharie Bandiangile, dit Ne Mwana Nsemi. Huit officiers de la PNC sont parmi les victimes. Ils ont été touchés en plein exercice de leur mission de maintien de l’ordre. Les terroristes ont également perdu douze de leurs collègues à  Kinshasa et deux  dans la ville de Muanda, rendant ainsi inefficaces des fétiches d’invulnérabilité, trouvés en leur possession. Si la responsabilité de Ne Mwana Nsemi dans ce lourd bilan humain n’est plus à  démontrer, il reste à démasquer ses nombreux complices. Le leader de la secte politico-mystico-religieux bénéficierait de nombreux soutiens dans son camp, l’opposition politique dont il déclare dépendre. Dès lors, il n’est pas surprenant d’avoir entendu  certaines voix de l’opposition se lever, prématurément, pour brouiller les pistes et discréditer les enquêtes en cours de la Police, en qualifiant l’arrestation des assaillants de coup monté. Mais l’arsenal militaire, trouvé en possession des assaillants, ainsi que les sites qu’ils avaient dans leur viseur, ne laissent aucun doute sur le caractère terroriste des attaques du lundi 7 août dernier. L’objectif consistait à attaquer et prendre le contrôle du  Centre d’Emission de la Station de Binza Pigeon, investir le siège de la RTNC et, enfin l’aéroport international de Ndjili. Comment un tel mouvement insurrectionnel serait-il réprimé dans un autre pays du monde ?

En présence du vice-Premier ministre, ministre de l’Intérieur, Sécurité nationale, Emmanuel Ramazani Shadary, accompagné de ses collègues ministres de la Défense Nationale, Anciens Combattants et Réinsertion, puis de la Communication et Médias, respectivement Crispin Atama Tabe et Lambert Mende Omalanga, ainsi que des autorités et officiers supérieurs de la Police Nationale Congolaise et de service de sécurité, ont assisté hier mercredi 9 août 2017, à la cérémonie de présentation officielle des assaillants ayant semé les troubles la journée du lundi 07 août. Le Commissariat Général de la Police Nationale Congolaise  a procédé à la rituelle présentation devant l’opinion tant nationale qu’internationale, des éléments se réclamant adeptes de la secte politico-religieuse-mystico de Bundu Dia Kongo, dont le leader et député national, Zacharie Badiangile, connu sous le nom de Ne MwanaNsemi. « Le lundi 07 août 2017, la situation a été relativement calme sur toute l’étendue de la République Démocratique du Congo. Aux environs de 09 heures 50’, d’une manière synchronisée et consécutivement aux tracts jetés quelques jours auparavant, appelant la population à se rebeller contre les institutions légalement établies ; les inciviques se réclamant appartenir à la secte politico-mystico-religieuse Bundu Dia Kongo, arborant des bandeaux rouges autour de la tête, porteurs d’armes blanches et à feu, ont surgi dans certains endroits de la Ville province Kinshasa », a indiqué le porte-parole de la PNC, le Colonel Pierrot Mwanamputu.

Au nombre des assaillants, 28 hommes, dont l’âge varie entre 70 ans et 20 ans ; trois dames, ayant la fonction de fétichistes et médium dudit groupe. D’autres personnes se sont jointes au groupe, venant de la province du Kongo Central, dans le même but de renverser les institutions de la République, notamment en provenance de Matadi et Boma. On y compte aussi des gens venus de Muanda, Sekebanza et Lukula.

A en croire le porte-parole de la Police Nationale Congolaise,  le Colonel Pierrot Mwanamputu, ces assaillants se sont formés en groupe pour attaquer les institutions de la République, en plus d’attenter a l’intégrité physique des Forces de l’Ordre qui, avec professionnalisme, ont réussi à les neutraliser et à rétablir l’ordre public dans moins de deux heures.

Au regard des éléments en possession de la Police Nationale Congolaise qui a agi avec professionnalisme, les assaillants  interceptés progressaient sur trois axes principaux, dont le premier axe, poursuivi par des assaillants interceptés au niveau de Ngaliema vers l’UPN,  avait pour objectif d’attaquer et de prendre le contrôle du Centre d’émission de Binza Pigeon ; le deuxième axe des assaillants, interpellés au niveau de Selembao et Bumbu, avait pour objectif d’investir le siège de la RTNC dans le but de faire une déclaration de prise de pouvoir ; ceux de Ndjili Sainte Thérèse et de Kimbaseke avaient pour objectif d’investir l’aéroport international de Ndjili, selon  les aveux, recueillis sur audition à la Police Nationale Congolaise.

Bilan humain

Après l’épisode de la bande à Ben Tshimanga qui a endeuillé la famille de Mme Chantal Mboyo, administrateur du Marché Central, les assaillants de la secte Bundu Dia Kongo ont frappé un coup dur contre les forces de l’Ordre. « Dans l’ensemble, pour la ville de Kinshasa et la Province du Kongo Central, épicentre dudit mouvement, il a été enregistré le bilan provisoire de 19 tués, 07 blessés et 31 interpellés,…», a indiqué le Colonel Pierrot Mwanamputu.

Dans le rang des forces de l’ordre, la Ville de Kinshasa a connu la perte en vies humaines de deux officiers. Il s’agit du Commissaire Supérieur Adjoint Divua Dinzila Dikanda Richard, Commandant Commissariat PNC/Selembao Nord. Cet officier grièvement blessé à coups des machettes à la tête par ces assaillants terroristes au niveau de la station d’essence de Selembao. Il a succombé le mardi 08 août 2017, à 03 heures du matin des suites de ses blessures à l’Hôpital du Cinquantenaire, où il a été admis en soins intensifs.

Un autre policier qui a été lynché, c’est le Commissaire Principal Ilunga Ngwambete Jean-Marie, Commandant second chargé des opérations à l’Escadron Mobile d’Intervention Funa. Lynché par les mêmes assaillants Bundu Dia Kongo, à la hauteur de la prison centrale de Makala, il a été admis aux soins intensifs à l’Hôpital Général de Référence de Kinshasa. Il a succombé des suites de ses blessures quelques heures plus tard, le lundi 07 août  courant.

Au rang des blessés graves, la Police Nationale Congolaise a enregistré de son côté, le Commissaire Adjoint Jeannot Kininga Kikanda, Commandant second en charge de l’administration au Sous Commissariat de Police de Lubudi, Commissariat de Selembao ; un Agent de Police Makambo Mpiluka, du Sous-Commissariat de Police Inga, admis aux soins intensifs à l’Hôpital Général de Référence du Camp Kokolo. « Un élément de la Prévôté Militaire blessé grièvement par coup de feu d’un fusil calibre 12 tiré à bout portant. Les deux officiers cités ci-dessus, ont été lynchés au moyen de l’arsenal entreposé au-devant de vous, composés des machettes, des gourdins, des tenailles, des marteaux etc. », a-t-il épinglé.

Du côté des assaillants par contre, 12 d’entre eux ont été tués, dont 31 interpellations. A Bumbu, la PNC a réussi à mettre la main sur  Matungulu Maurice ; à Selembao, la PNC a arrêté 5 assaillants, soit Bungiema Malungindi, Chef de Bande arrêté au niveau de l’arrêt Masuba. Ses quatre complices sont Mbambi Fiston, Nzuzi Guelord, Muanda Mbambi et Elumba Cédric.

Par ailleurs à Ndjili, la Police Nationale Congolaise a mis la main sur 10 assaillants, dont M. Nlandu Vangu, préparateur spirituel attitré, résident sur l’avenue Mbeno n°73, Quartier Boma, dans la Commune de Kimbanseke, siège communale de Bundu Dia Kongo. La PNC a saisi à l’occasion deux valises de fétiches contenant notamment : balais, noix de palme, sable, cailloux, provenant de sépulcres. « Ces fétiches font croire à ces assaillants, devenir psychologiquement et physiquement invulnérables, voire capables de posséder une force surnaturelle occulte d’affronter les forces de sécurité et de défense », a indiqué le Colonel Pierrot Mwana Mputu, porte-parole de la PNC. Les neuf autres sont notamment : Kuvituanga Mwala, Nsimba Nlongo, Lusikila KwaNzambi Evange, MundambawaZayakana, DiamesoKebadio, Nsimba Landu, Kunguluka Kuseka, MboManwana et Diamangana Guelord.

De g à d, C. Atama Tabe, E. Ramazani Shadary, L. Mende, les Généraux Amuli et Yav, contemplant les fétiches des adeptes BDK/Ph. Pius Romain Rolland

 

 

 

 

 

 

 

 

Dans la Commune de Matete, la Police Nationale Congolaise a arrêté  trois assaillants, notamment le meneur des troupes Mengi Nzolantima, Likoka Casimir Antoine et  Puebo Makwala.

Tandis qu’à Ngaliema au niveau de l’UPN, la PNC a arrêté 8 assaillants dont 4 en provenance de la Province du Kongo Central, dont le meneur des troupes, Ntunu Dibuidi. Il s’agit entre autre de Mme  Thérèse Nsumbu Luyindadio, fétichiste du groupe ; Mbanzulu Zakanda, Nzuzi Kivovidi Kiakanda, Makose Kala, Lubadika Yvette et Makambilwa wa Kenge Omari.

Enfin pour la Ville de Kinshasa, dans la Commune de Kimbanseke, la Police Nationale Congolaise ont arrêté 4 assaillants terroristes, à savoir Landu Mambu, meneur et chef de bande ; Nkambidio Diwambaka, Nkosi Dimbu et  Mme Bianga Badiankina Joséphine.

Quant au bilan en provenance du Kongo Central, le porte-parole de la PNC, le Colonel Pierrot Mwanamputu indique que du côté des forces de l’Ordre, dans la Ville portuaire de Matadi, deux policiers ont été grièvement blessés et admis aux soins à l’Hôpital de Police de Soyo. Cependant du côté des assaillants, deux d’entre eux ont été tués, 4 blessés admis aux soins à l’Hôpital Général de Kinkanda et 4 interpellés.

S’agissant de la Ville de Muanda du côté des forces de l’Ordre, le Sergent Major Yaniwe Landu de la Police Militaire a été sauvagement tué, tandis que deux assaillants tués et trois interpellés ; et enfin dans le territoire de Luozi, il y a eu trois interpellés par la Police Nationale Congolaise. « En conséquence, après que la Police Nationale Congolaise aura procédé à la clôture de leurs auditions, ces terroristes seront déférés avec des pièces à conviction devant les juridictions compétentes pour répondre des griefs à leurs charges », a conclu Mwanamputu Empung, Commissaire Supérieur et Porte-parole du Commissariat Général  de la PNC.

Uniformes, amulettes, machettes, marteaux, valises contenant les fétiches, statuettes, cannes, bottes, fusils, couteaux, képis, hanche, noix de cola, noix de palme, sable, gourdin, etc. utilisés par des adeptes de BDK. Ph/Pius Romain Rolland

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Après la présentation des assaillants ayant semé les troubles le 07 août courant, les autorités politiques, militaires et de services de sécurité ont procédé à la vérification des éléments fétichistes appartenant aux assaillants et adeptes du député national Zacharie Badiangile, dit Ne MwanaNsemi, toujours en cavale  après s’être échappé de la prison centrale de Makala, à la faveur des attaques de ses adaptes au Centre Pénitentiaire et de Rééducation de Kinshasa (CPRK).

A la population, la Police Nationale Congolaise sollicite une collaboration sincère dans le but de dénoncer et mettre hors d’état de nuire les inciviques qui créent l’insécurité au sein d’elle.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse