Première audience officielle au Ministère des Relations avec le Parlement: L’Union Africaine reste attachée à l’Accord du 18 octobre 2016

par -
0 431
De gauche à droite, Mme Sharon Ndlovu, Son Excellence Ministre des Mirepa Bitakwira Bihona-Hayi Justin, Messieurs Robert Gerenge et Idryss Katenga. Ph/Cellule de Communication Mirepa.
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Dans son cabinet de travail situé au quartier présidentiel dans la Commune de la Gombe, le Ministre des Relations avec le Parlement, Justin Bitakwira a reçu en audience, hier jeudi 26 janvier 2017, une délégation de l’Union Africaine. Cette dernière a été conduite par M. Robert Gerenge, chef de la délégation et sa suite composée de M. Idryss Katenga, consultant congolais à l’Union africaine et Mme Sharon Ndlovu.

Pendant plus de 45 minutes, la délégation de l’Union africaine a présenté les préoccupations de cette grande organisation africaine auprès du ministre des Relations avec le Parlement, en ce qu’elle s’inquiète du déroulement des discussions au Centre interdiocésain. L’Union africaine, faut-il le rappeler, a appuyé et facilité le dialogue dit de la Cité de l’Union africaine, conduit par le Togolais Edem Kodjo. La délégation constate que l’Accord issu de ces assises tend à être annihilé par les discussions menées au Centre interdiocésain par les Evêques catholiques.

Au sortir de l’audience, la délégation a mandaté le Ministre de rendre compte de leur inquiétude par rapport à ce qui se déroule au Centre interdiocésain, en ce que l’Union africaine reste attachée à l’Accord de la Cité de l’UA.

Le Ministre a indiqué que cette visite de courtoisie de la délégation de l’Union africaine entre dans le cadre du suivi de l’évolution du processus électoral, de l’évolution de l’applicabilité de l’Accord de l’Union africaine. « C’était une visite de courtoisie qui fait partie de la diplomatie. Et la délégation est venue effectivement savoir sur le processus électoral ; le dialogue qui a lieu à la Cité de l’Union africaine ; les pourparlers qui se passent à la Cenco. Donc, on a fait un tour d’horizon et vous savez que le Dialogue de la Cité de  l’UA était soutenu, accompagné par l’Union africaine », a-t-il rappelé, tout en s’indignant du fait que certaines personnes par ingratitude politique, estiment que le Dialogue mené par l’Union africaine n’avait rien de consistant et que le nouveau Dialogue serait venu balayer ce qui s’était fait à la Cité de l’UA.

Pour le Ministre des Relations avec le Parlement, l’opinion tant nationale qu’internationale doit savoir que l’Union africaine a accompagné la République Démocratique du Congo dans les moments les plus difficiles de son histoire politique, mais aussi pour ces politiques, les élections se conjuguent déjà au passé. « Je leur ai expliqué que ce qui se passe à la Cenco est une simple course au pouvoir, même les élections deviennent accessoires et que lorsqu’on trompe l’opinion que les élections auront lieu d’ici décembre 2017, c’est se moquer du peuple congolais », a-t-il précisé. Et d’ajouter que les questions se posent à un certain moment qu’il est inadmissible que les 32 personnes qui se réunissent au Centre interdiocésain deviennent des juges de la République, décidées sur les questions hautement sensibles de la République.

LES VŒUX DES AFRICAINS A LA RDC

Cependant, pour l’Union africaine, par rapport à la situation qui prévaut en République Démocratique du Congo, le souhait de cette grande organisation africaine est que les élections soient organisées paisiblement, se tiennent dans un climat de respect mutuel, qu’il n’y ait pas de casse en prenant en compte la réalité politique congolaise. « Sinon, l’Union africaine accompagne moralement la République Démocratique du Congo parce que nous sommes membres de l’UA et comme il y a Donald Trump qui dit : l’Amérique d’abord, nous  aussi nous devons comprendre que l’Afrique d’abord. Moi, je pense qu’au lieu de compter sur les autres…Congrès américain ; Union européenne, nous devons d’abord compter sur l’avenir de l’Afrique ; nous devons nous assumer et nous faisons partie de cette nouvelle classe politique, une nouvelle génération », a dit le panafricaniste Justin Bitakwira.

L’Union africaine tient au respect de l’Accord qu’elle a facilité avec Edem Kodjo. Quant aux pourparlers de la Cenco, ce ne sont qu’un additif à cet Accord du 18 octobre 2016, et nul ne peut l’annihiler.  Car ayant l’assentiment et la bénédiction des grandes organisations régionales de l’Afrique, mais aussi la couverture de la Résolution 2277 du Conseil de sécurité des Nations Unies.

(Pius Romain Rolland )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse