Pourquoi Trump fait si peur aux Congolais ?

par -
0 295

Depuis cette nuit mémorable du 8 novembre 2016, plusieurs familles aussi bien biologiques que professionnelles sont partagées au sujet de l’élection d’un personnage controversé qu’est Donald Trump. Si les Américains ont leurs raisons pour s’exprimer ainsi (ce qui est leur droit le plus légitime), les Africains en général et les Congolais en particulier ont certaines raisons d’avoir peur de la présence de ce milliardaire à la Maison blanche.

Après un mandat fructueux de 8 ans à la tête de la plus grande puissance mondiale, Barack Obama nourrissait l’espoir de voir le fruit de ses sacrifices perdurer. Les acquis de son combat, qui est également le combat des millions de noirs à travers l’histoire devaient être préservés par un démocrate s’inscrivant dans les mêmes valeurs, voire en les améliorant. Mais aujourd’hui, c’est mort dans l’âme, que le premier président noir va assister à la remise en cause de la plupart de ses décisions, sinon toutes par un Trump populiste, exprimant parfois tout haut, ce que l’Américain moyen et raciste raconte tout bas à savoir l’Amérique est une nation des blancs. Out les noirs, les musulmans, les mexicains et les immigrés.

Combien de Congolais n’ont-ils pas réussi à changer le cours de leur vie aujourd’hui en ayant gagné une carte verte pour vivre aux Usa ? Ceux qui avaient perdu ici à Kinshasa et en Afrique tout espoir de vivre, d’étudier et de prospérer ont eu une seconde chance en Amérique. Aujourd’hui, le pays de l’oncle Sam, à travers son programme de diversity visa, leur a donné la chance de travailler et retrouver le sourire de la vie. C’est cela aussi le bienfait de la mondialisation. Donner l’opportunité à ceux que la nature ou la politique a condamnés à l’extrême pauvreté. Les Etats-Unis ayant été toujours dès les origines, cette terre d’asile pour tous les hommes et femmes épris de liberté et de paix.

L’Amérique mérite d’être une vraie nation arc-en-ciel, composée de toutes les races et de tous les peuples autrefois soucieux de fonder ‘’les nouveaux mondes’’.

Si désormais toutes ces possibilités légales sont bouchées par la volonté d’un homme qui pense refaire l’histoire, réveiller la ségrégation et le mépris envers certaines minorités, vous le savez autant que moi, seul un petit groupe d’hommes et femmes issus de familles riches pourra se permettre d’aller vivre aux usa. N’oublions surtout pas que ces immigrés congolais envoient chaque mois de l’argent à leurs familles restées au pays. Chaque fois qu’il y a deuil dans une famille à Kinshasa, l’on recourt systématiquement à un frère, un cousin et même une tante qui vivrait aux Usa et qui peut prendre en charge une bonne partie des funérailles. Il en est de même pour des cas de maladies, études et autres besoins de base qui nous dépassent dans ce pays très très pauvre. Il n’est pas question d’aimer ou de détester Trump, mais il est question de voir les conséquences de ses décisions d’après ce qu’il a annoncé lors de la campagne. L’autarcie est-elle encore possible de nos jours ? En plein 21eme siècle, pouvons-nous avoir un discours du genre ‘’le Congo aux Congolais d’abord ? Non, un simple coup d’œil autour de nous démontre que les étrangers (toutes nationalités confondues) gagnent mieux leur vie ici que les Congolais. Certes il y a un recadrage à faire dans notre pays en matière d’emploi, mais il est prouvé aux Usa que les immigrés occupent des petits boulots que l’Américain boude d’exécuter. Mais la mondialisation l’a voulu ainsi et c’est difficile de vivre sans l’apport des étrangers. Regardez Angela Merkel et son ouverture sur le monde, observons la France, l’Italie, la Suisse et les autres pays. S’ils se mettent à chasser les étrangers ou les stigmatiser parce qu’ils sont musulmans, chrétiens, indous, pauvres, noirs et autres, le monde va s’arrêter de fonctionner.

Ces Congolais qui totalisent aux Usa 10-20 voire 30 ans ne méritent-ils pas d’avoir les papiers ? Ils ont durement travaillé dans ce pays en contribuant financièrement à la stabilité de la première puissance économique. Que deviendront-ils ? Si la Rdc éprouve déjà des difficultés à embaucher ceux qui sont là, formés dans ses propres universités, pourrait-elle faire face à une vague d’immigrés venant des Usa ? Qu’avons-nous fait pour nos frères et sœurs chassés du Congo-Brazzaville ? Voilà pourquoi le Congolais est inquiet de la montée de l’extrémisme dans le monde. Qui soutiendrait les thèses d’une certaine Marine Le Pen qui ne cache pas son mépris envers les noirs et les musulmans ? Et si ces derniers faisaient de même dans leurs pays envers les occidentaux ?

La problématique du climat

Dans la série de ses déclarations, Trump minimise, sinon rejette les menaces qui pèsent sur la planète terre à cause de la pollution créée par l’homme industriel. Comme on le voit, le réchauffement climatique fait l’objet de plusieurs concertations et la moindre hésitation des Usa, le plus grand pollueur du monde, ferait basculer l’humanité dans une ère d’autodestruction. Barack Obama par son implication et sa détermination a amené les grandes puissances à un compromis qui réduirait les risques de cette menace toujours permanente sur notre planète.

Avec la Chine, les Usa constituent les deux pôles de grande consommation énergétique. Ces deux pays doivent être au premier plan dans la bataille de la sauvegarde de la vie humaine avant de demander au continent africain de faire des sacrifices avec la protection de ses forêts. Il en de même d’autres compromis arrachés de haute lutte par le président sortant : l’entente avec le Cuba (après plus de 50 ans d’incompréhension), l’accord nucléaire avec l’Iran, l’accord avec le Mexique, l’ouverture du marché américain aux autres pays…

Obama n’a pas été parfait dans toutes ses décisions. Mais il serait regrettable de fouler aux pieds certains de ses acquis obtenus au prix de plusieurs sacrifices comme l’accord de Paris sur le climat. Dans la mesure où les Usa influent sensiblement sur le reste du monde, chaque fait et geste de Trump à la tête de ce big nation, aura infailliblement des conséquences sur les pays pauvres comme la Rdc et sa population vulnérable.

(Simon Kabamba)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse