Pour une vraie sécurisation des concessionnaires: Le ministre Lumeya lance l’évaluation du secteur foncier

par -
0 296
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Plusieurs objectifs sont au menu des assises qui réunissent depuis hier jeudi  1er mars à Kinshasa tous les acteurs du secteur foncier, pour faire une évaluation sans complaisante de la gestion de ce secteur capital pour le développement du pays. C’est notamment, faire parler tous les acteurs du secteur foncier à savoir : les directeurs chef des services centraux, les CTI et les CDC aux fins de déceler certaines erreurs ou anomalies et les corriger s’il y a lieu ; lutter contre le désordre foncier et hémorragie de spoliations des patrimoines fonciers (privés et publics) ; satisfaire tant soit peu les besoins réels de la population dans le domaine foncier…

Intervenant à ces assises, le ministre des Affaires foncières Lumeya-Dhu-Maleghi, pense que l’importance de la rencontre s’explique du fait qu’à mi-parcours ou au bout du trajet, tout voyageur conscient, s’arrête et jette le regard par derrière pour avoir une idée sur la distance parcourue et le temps consommé. « La finalité de ces assises est la mise en valeur rationnelle des terres pour le développement du pays », dit-il. Pour lui, la gestion rationnelle des terres est une responsabilité qui implique tous les acteurs de son secteur, du simple agent de l’administration foncière au ministre.

Ainsi, les acteurs du secteur foncier s’attèlent à faire l’autopsie sur la mission confiée au ministère, celle d’appliquer la politique de l’Etat en matière d’affectation et de distribution des terres, ainsi que leur mise en valeur. Les matières d’évaluation portent sur l’administration qui requiert notamment la qualité, l’effectif requis au regard du cadre organique des emplois des services. A cette étape, les participants travaillent pour s’assurer de la viabilité des circonscriptions foncières créées après le découpage administratif des circonscriptions foncières. Les titres immobiliers avec notamment les procédures d’émission, la problématique des biens sans maître, etc., les cadastres, les contentieux fonciers et immobiliers qui reprend notamment les origines des conflits, les délais d’examen des recours, l’exécution des décisions judiciaires et les contraintes éventuelles, sont également passés en revue.

Soulignons que cette évaluation a lieu dans un contexte où la mauvaise gestion des terres participe largement à l’insécurité juridique et judiciaire des concessionnaires et constitue un frein majeur à l’afflux des capitaux d’investissements du secteur foncier pour le décollage économique du pays. Par conséquent, les investisseurs s’abstiennent de placer leur argent dans un pays où l’application de la Loi foncière est jugée insécurisante.

Au regard de cette réalité et dans le but de répondre aux attentes de la population et aux investisseurs intéressés du secteur, une action urgente à mener est plus qu’une obligation nationale de commencer dès à présent à réfléchir sur les stratégies susceptibles de guider les activités par l’évaluation de la gestion du secteur foncier sur l’ensemble du territoire national, en commençant principalement par la ville province de Kinshasa.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse