Pour un processus électoral apaisé: La CIME échange avec l’opposition pro-dialogue

par -
0 657
Photo de famille entre les membres de la CIME et les opposants pro-dialogue. Kinshasa, 28 juin 2016
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Il ressort de cette réunion, le fait qu’ils ont réaffirmé la conviction solide sur le fait que rien ne peut remplacer le dialogue politique et inclusif. Non seulement que rien ne peut le remplacer le dialogue, celui-ci doit se tenir maintenant car, il n’y a pas de délai à attendre, il n’y a pas de date butoir, préalable ni de circonstance préalable péremptoire à réaliser. Le dialogue est une vertu cardinale du peuple congolais pour sauver le pays.  

En prélude au colloque de l’opposition pro-dialogue qui débute ses travaux aujourd’hui à l’Hôtel Béatrice de la Gombe, la Commission d’Intégrité de la Médiation Electorale (CIME) a conféré pendant deux heures hier mardi 28 juin 2016, avec les acteurs politique membre de l’opposition constructive. Au menu de la rencontre riche en rebondissement, deux points ont été inscrits à l’ordre du jour, à savoir la problématique du dialogue et la question du processus électoral. La CIME, qui s’est inscrite dans la logique de préserver la paix en République démocratique du Congo a partagé avec ses opérateurs politiques au sujet de l’inclusivité dudit dialogue.

Cet échange a pour recette de trouver les pistes de solution quant à la préservation de la paix, de la cohésion nationale et de l’unité du territoire national. Autour du Révérend Delphin Elebe, président de la CIME, cette dernière ne ménage aucun effort d’accompagner son partenaire, la CENI en faveur des élections crédibles, apaisées et transparentes.

Au sortir de la rencontre, Maitre Azarias Ruberwa, vice-président honoraire de la République a livré le secret de la rencontre lorsqu’il dit que les présidents des partis politiques et les membres des partis politiques qui soutiennent le dialogue depuis le mois de juillet dernier, ont été invités  par la Cime pour échanger sur la situation politique de l’heure, notamment par rapport au dialogue et au processus électoral.

« Nous venons de passer deux heures  d’échanges qui ont été très riches. Au cours de ces deux heures, ils ont commencé par l’introduction et les questions qui ont été posées et en même temps nous avons exprimé notre vision par rapport à ces deux questions. Il ressort de cette réunion, le fait que nous avons réaffirmé notre conviction solide sur le fait que rien ne peut remplacer le dialogue politique et inclusif, non seulement rien ne peut le remplacer et le dialogue doit se tenir maintenant car, il n’y a pas de délai à attendre, il n’y a pas de date butoir, préalable ni de circonstances préalables, péremptoires à réaliser », a-t-il déclare.

S’agissant de l’opposition radicale, Maitre Azarias Ruberwa a tenu à dire qu’il n’y a pas commune mesure à traiter les opposants radicaux pour l’intérêt supérieur de la nation, si seulement si pas les inviter avec insistance et même par supplication du fait qu’ils ont une cause commune à défendre, la République démocratique du Congo.

Soulevant la question de la garantie à donner au peuple congolais à ce dialogue, il précise non seulement qu’il n’y en a pas particulièrement, mais c’est la foi que le peuple congolais a dans ce dialogue qui est une vertu qui les caractérise depuis la nuit de temps. « Le dialogue a sauvé Sun City lorsqu’il était cassé, c’est avec le dialogue qu’on a repris tout ce que nous avons comme institutions qui sont les résultats du dialogue. Nous croyons que nous allons sortir de cette crise, il y a le message d’espoir que nous communiquons des hommes de foi, et nous avons foi que cette crise qui s’annonce passera », a-t-il conclu.

La tenue du colloque réaffirmé

Deux poids lourds de l’opposition nationaliste et citoyenne ont réaffirmé la tenue effective du colloque pour ce mercredi. A en croire Justin Bitakwira, président national de l’Alliance pour la République et la Conscience Nationale, « Nous confirmons les assises d’aujourd’hui à Beatrice Hôtel. Elles s’ouvrent le matin et se clôture dans la soirée. C’est un colloque d’un jour et les points inscrits seront découverts en plein forum ».

Quant à Steve  Mbikayi, il ne cesse d’alerter l’opinion par rapport au danger qui guette la Rdc à travers les prophètes de malheur à partir de l’étranger. Pour lui, c’est le moment de s’unir pour mettre les divergences de côté. « Lorsqu’un voleur entre chez nous, que vous soyez de la Majorité, de l’opposition, on doit se concerter comment  y faire face. Alors on a fait appel à tout le monde, sans attendre pour démarrer le dialogue. Voilà pourquoi au colloque on va donner les voies et moyens pour que le colloque réussisse puisque nous approchons de la zone de turbulence pour éviter les troubles au pays ».

Par ailleurs, Francis Badibangi, président national de l’Union Socialiste Congolaise a confirmé les assises d’aujourd’hui, du fait que leur présence à la rencontre d’hier consistait à parler avec les pères des confessions religieuses pour raison de convergence politique. « Nous avons toujours dans ce pays éviter la politique de l’exclusion, de la récupération et nous avons estimé qu’il est temps que les fils et filles de ce pays se mettent ensemble pour dialoguer ; nous avons rappelé la place de nos pères, la place du spirituel qui est cette prépondérance justement qu’ils ont sur nous enfin que les uns et les autres puissent peser de leur poids au fin de maintenir l’équilibre et surtout la paix », a-t-il dit.

(Pius Romain Rolland)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse