Pour stopper la dépréciation du Franc congolais: La BCC vend 50 millions de dollars Us aux banques commerciales

par -
0 939
Franc congolais
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Depuis un certain temps, le Franc congolais, la monnaie nationale, ne cesse de se déprécier considérablement par rapport au dollar américain. Une situation qui n’a pas laissé le Gouvernement de la République indifférent, et assure que les efforts sont fournis pour contenir la tendance, de manière à ce que le taux de change reste dans les prévisions. En ce qui concerne le taux de change du Franc congolais par rapport au dollar des Etats-Unis d’Amérique, il faut relever qu’il a connu une dépréciation de plus de 0,7% sur le marché indicatif, et de plus de 1,5% au parallèle au 26 juin 2016. Ainsi, le taux de change officiel y était respectivement de pratiquement 976,1515 CDF/USD et de 1.250 CDF/USD (en moyenne) au parallèle.

C’est au regard de cette situation que la Banque centrale du Congo (BCC), à l’issue d’une opération d’adjudication des devises intervenue hier lundi 27 juin 2016, et conformément à son annonce à la fin de la semaine dernière, a vendu une première tranche de 50 millions de dollars américains aux banques commerciales pour la couverture des besoins pressants d’importation des biens de première nécessité. Selon l’Institut d’émission, cet effort visant l’amélioration de l’offre des devises sur le marché des changes, combiné aux restrictions de l’offre de la monnaie nationale, devra à terme stopper durablement en dépréciation du Franc congolais observée ces dernières semaines.

Comme il faut bien le rappeler, ces 50 millions de dollars Us vendus aux banques commerciales vont permettre de retirer le trop de Francs congolais sur le marché, et ainsi stopper la dépréciation. Et ce, par rapport au principe selon lequel, « ce qui est rare est cher ». Déjà hier dans la soirée, certaines sources annonçaient que le dollar commençait à baisser dans les principaux carrefours de la ville province de Kinshasa. Et ce, avec espoir que la devise vendue aux banques commerciales du pays permettra tant soit peu de calmer les ardeurs d’un dollar devenu de plus en plus roi en République démocratique du Congo. Ceci, à cause notamment de la baisse des devises issues des importations, suite à la baisse des cours des principales matières premières dont la Rd Congo est dépendantes. A cette raison, certains ajoutent l’absence d’un programme formel entre la Rd Congo et les Institutions de Bretton Woods. Ce qui, selon eux empêche Kinshasa d’obtenir les appuis de ses principaux bailleurs de fonds pour le financement de son économie.

Tous ces gens font référence à la crise financière internationale intervenue de 2009 à 2010 et qui avait été maîtrisée grâce notamment aux appuis du Fonds monétaire international (FMI), de la Banque mondiale et de la Banque africaine pour le développement (BAD). Et ce, sans oublier le fait que c’est en 2010 que la Rd Congo avait atteint le Point d’Achèvement de l’Initiative en faveur des Pays Pauvres très endettés (IPPTE), avec une réduction de l’essentiel de sa dette.

Retenons que le taux d’inflation hebdomadaire est à 0,092% (+0,049 point). En cumul, l’inflation a atteint 0,798%. Les projections du taux d’inflation en annualisé se situent à 1,738% pour un objectif de 4,2%. Les réserves internationales, au 15 juin 2016, étaient à 1.183,51 millions USD, couvrant 5,23 semaines d’importations des biens et services. Le taux directeur de la Banque centrale du Congo demeure à 2% au 17 juin 2016, avec une marge positive de 0,668 point. Les opérations financières de l’Etat, au 17 juin 2016, renseignent un déficit de 132,488 milliards CDF. Cette situation est consécutive aux recettes de 117,660 milliards CDF (43% de réalisation) et aux dépenses de 250,148 milliards CDF (73% d’exécution) impacté essentiellement par la paie pour une enveloppe de 154,545 milliards CDF.

Au-delà de tout ce qui précède, la Rd Congo a besoin, à en croire un ex-gouverneur de la Banque centrale du Congo (BCC), d’un modèle d’une économie de développement qui en quelques mots simples peut se résumer comme ceci : produire localement et consommer localement le plus possible. Ce modèle a l’avantage de faciliter la création d’emplois à tous les niveaux, dans tous les secteurs et dans toutes les 26 provinces de la République.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse