Pour réduire le coût des élections: C. Nangaa propose la « machine à voter »

par -
0 427
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le processus électoral en cours en République démocratique du Congo va certainement coûter très cher à la caisse de l’Etat. Alors que le pays a trop d’autres problèmes à résoudre pour améliorer la vie nationale. Et la Commission électorale nationale indépendante (CENI), en tant que conseillère du Gouvernement et du Parlement de la République en matière électorale, vient de proposer un système électoral très innovant : la machine à voter, une véritable révolution de la modernité, qui permettra également au pays de diminuer le coût des élections, évalué déjà à 2,8 milliards de dollars américains.

Il s’agit d’une procédure de vote semi-électronique envisagée par la CENI, qui est pratiquement le même que le vote traditionnel, à la seule différence ; le remplacement du bulletin de vote traditionnel pour un bulletin de vote unique, spécifique et vierge. La technologie de ce système consiste à l’insertion du bulletin de vote unique (trois types de bulletin en carton) dans l’ordinateur, qui conduit la confirmation du choix du candidat sur un écran tactile, puis, l’impression du bulletin de vote et la ventilation des suffrages.

Cette machine à voter est une intelligence exclusive de la CENI, qui présente d’énormes avantages par rapport à l’ancien système de vote utilisé en 2006 et en 2011. D’abord la rapidité et la crédibilité (informatisation fiable), mais le plus important c’est l’économie du coût des élections.

Surtout que les mêmes machines peuvent être utilisées pendant plusieurs années (jusqu’à 20 ans) et le système permettra de diminuer le nombre de bureaux de vote. Il y a aussi un autre avantage en termes de contentieux parce que ce système assure la traçabilité du vote. « Le vote reste le même, seulement on réduit le coût ainsi que l’émiettement des partis politiques, et on améliore la représentativité des électeurs et minimiser la disproportionnalité, etc », a dit le président de la Centrale électorale, Corneille Nangaa Yobeluo.

Le président de la CENI a donc partagé avec les responsables de différents organes de presse sur cette proposition de la CENI, la proportionnalité avec seuil d’éligibilité, pour nouveau système de vote. C’était au cours d’une séance de travail technique que la CENI a organisé hier mardi 05 septembre à Kinshasa, en faveur de ces journalistes chevronnés en vue de leur faire part de l’état d’avancement du processus électoral en cours, ainsi que les perspectives. Ce, dans le cadre de son obligation de redevabilité des actions menées dans la mise en œuvre d’un processus électoral apaisé et crédible en Rdc.

« Il faut arriver à un niveau que les financements ne soient pas un blocage pour les élections… Ce que nous faisons, c’est de donner une proposition qui permette à ce que le pays puisse aller de l’avant dans la démocratie », s’est expliqué M. Nanga devant les responsables des médias congolais.

Il a dit que la CENI va très bientôt proposer ce nouveau système de vote aux autorités du pays comme au Parlement. Et si jamais il est officiellement adopté, la centrale électorale mènera une forte sensibilisation de la population pour la compréhension du nouveau système de vote. Et ce produit de la CENI, sera une marque très protégée, a-t-il rassuré.

Bientôt le calendrier électoral

Signalons qu’auparavant, le président de la CENI a présenté à ses hôtes les concepts et principes de la réforme électorale en Rdc. Il a entre autres expliqué que, chaque pays doit concevoir son mode de scrutin idéal, qui lui convient le mieux. Ce, par rapport à ses réalités, à sa culture et à ses besoins. Voilà pourquoi, la CENI a-t-elle résolu de mettre sur pied ce nouveau système de vote semi-électronique. D’autant plus que, a dit Corneille Nangaa, la Rdc organisera le vote électronique que dans les années à venir.

Puisque pour le moment, cette solution exige des machines intégrées, connectées entre elles et équipées pour se communiquer. Mais pour le cas de la Rdc, les machines ne sont pas en réseautage car la connexion pose problème.

Il a aussi répondu à diverses préoccupations des journalistes autours des différentes questions brulantes et d’actualité concernant le fonctionnement de la CENI et l’évolution du processus électoral. Ainsi, a-t-il indiqué que la CENI ne disculpe pas le Gouvernement.

Mais, en tant qu’institution, elle essaie seulement d’être responsable. « Nous sommes un organe technique mais nous gérons les passions politiques. Mais ce qui nous protège, ce sont des procédures, ce sont des lois », a-t-il dit.

Par rapport à la publication du calendrier électoral, Corneille Nangaa a rassuré que la CENI s’y attèle et est très avancée dans son travail. « Ce qui est plus important aujourd’hui c’est de publier le calendrier électoral le plus rapidement possible… La CENI, le Gouvernement et le Conseil national de suivi de l’accord (CNSA) devraient se rencontrer pour rationnaliser… Le calendrier électoral sera bientôt publié. Nous sommes très avancés. Le calendrier sera publié en tenant compte de tous les aspects : techniques, opérationnels, financiers, etc. », a-t-il affirmé.

Quant à l’enrôlement des Congolais de l’étranger, le président de la CENI a confirmé que l’opération sera bel et bien organisée. Le temps de faire face à diverses contraintes d’ordre technique et financier.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse