Pour rassurer les Congolais: La CENCO exige la publication par la CENI des listes provisoires

par -
0 226
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

A l’issue de leur Assemblée Plénière tenue à Kinshasa du 25 au 29 juin 2018, le Cardinal, les Archevêques et Evêques, membres de la Conférence Episcopale Nationale du Congo (CENCO), mus par la sollicitude  à l’égard du Peuple congolais ils ont la charge pastorale, ont adressé un message intitulé : «Le Fils de l’homme est venu sauver ce qui était perdu »  (Mt 18, 11) et dans lequel ils se disent très préoccupés par les incertitudes qui planent sur la Rdc. Dans cette déclaration rendue publique par l’Abbé Donatien Nshole, Secrétaire général de la CENCO, les évêques font un constat général sur le processus électoral, sur les élections que le peuple veut, avant de terminer par les recommandations.

C’est ainsi que la CENCO recommande au Président de la République d’assumer ses responsabilités devant la Nation et de prêter l’oreille aux aspirations du Peuple congolais en veillant au respect de la Constitution et de l’Accord de la Saint-Sylvestre. Au peuple congolais, de continuer à exiger des élections crédibles dans le respect du calendrier électoral publié. « Ne cédons ni à la peur ni à la résignation et encore moins à la violence. Résistons à l’achat de conscience et aux manipulations politiciennes », exhorte la CENCO, qui demande par ailleurs aux jeunes de ne pas se laisser manipuler par ceux qui les incitent à la violence ou les enrôlent dans des groupes armés ou des milices. « L’avenir de la RD Congo vous appartient, préparez-vous de manière responsable dès maintenant à assumer vos responsabilités pour construire un Congo plus beau qu’avant », rappelle-t-elle.

Au Gouvernement central, de tout mettre en œuvre pour  parachever les mesures de décrispation du climat politique. Il s’agit notamment des cas des figures emblématiques, des prisonniers d’opinion et des exilés politiques, afin de garantir l’inclusivité et l’égalité de chance pour tous. Il est temps de faire lever les dispositions des Gouverneurs et Bourgmestres qui entravent la liberté de manifestations publiques. « Nous vous demandons d’assurer le décaissement des fonds au rythme des besoins de la CENI, afin de respecter le calendrier électoral. Il vous incombe de sécuriser effectivement la population et le territoire national, particulièrement les frontières afin d’avoir les élections apaisées sur toute l’étendue du pays », insiste-t-elle.

A la CENI, de publier le plus tôt possible les listes provisoires qui pourront rassurer que les six millions sept cent mille (6,7 millions) enrôlés sans empreintes digitales ne sont pas des personnes fictives et d’apaiser la Nation sur la gestion de 1,2 millions de surplus de cartes d’électeurs non utilisées ; d’accéder à la demande d’une expertise nationale et internationale de la « machine à voter ». Car, les conclusions d’une telle expertise indépendante pourraient aider à trouver un consensus. Nous le rappelons, sans consensus à ce sujet, il serait prudent de s’en tenir à ce qui est prévu dans le calendrier électoral, à savoir l’impression et le déploiement des bulletins de votes, des procès-verbaux et des fiches de résultat (cf. nn. 38, 39 et 40).

Aux acteurs politiques, de s’engager de bonne foi dans le processus électoral et d’éviter tout extrémisme qui risque de plonger le pays dans une crise plus profonde encore ; de vous concentrer sur la formation des membres de vos partis ; de proposer des programmes politiques et des projets de société pertinents, en privilégiant les débats d’idées ; de préparer vos témoins pour les bureaux de vote ; et d’éviter de manipuler les jeunes ou de les inciter à la violence à de fins électoralistes. Et aux membres de la Communauté Internationale, de poursuivre l’accompagnement du processus électoral et de placer l’intérêt supérieur du Peuple congolais au centre des négociations diplomatiques.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse