Pour raison d’insolvabilité

par -
0 658
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Des parents ont séché hier la cérémonie de remise des bulletins scolaires

Le 2 juillet de chaque année marque la fin officielle de l’année scolaire. Et, pour ce faire, les écoles procèdent à la proclamation générale des résultats des examens de tous les élèves.

Les obligations financières des parents envers l’établissement ne sont pas toujours bien remplies jusqu’à ce jour. Or, selon une injonction du ministère de l’Enseignement primaire et secondaire et Initiation à la Nouvelle Citoyenneté, l’école a permis que les élèves insolvables puissent passer des examens de fin d’année pourvu que leurs parents s’en acquittent après.

Mais, malgré cette mesure de grâce, hier le 2 juillet, jour de la proclamation, beaucoup de parents ont séché la cérémonie de proclamation des résultats et de remise des bulletins et des billets de vacances. Ce, par manque d’avoir accompli leur devoir vis-à-vis de l’école durant toute l’année scolaire (financièrement parlant).

  1. Richard Mansala Masungu, Directeur de l’école primaire de Notre-Dame de Bon Secours (NODABS) à Masanga-Mbila dans la commune de Mont-Ngafula, explique. « Chaque 2 juillet, c’est toujours la même chose. Vous remarquez avec moi qu’ils ne sont pas nombreux les parents pour venir récupérer le bulletin scolaire de leurs enfants. J’étais là depuis 8h00, et jusque maintenant où je vous parle à 12h30, à peine une vingtaine de parents. Vont-ils dire que c’est un jour ouvrable et ils sont tous au travail ? À cette question, je me permets de répondre que tous ces responsables doivent nécessairement déléguer des personnes qui peuvent récupérer les bulletins ainsi que les billets de vacance de leurs enfants. Mais, le grand problème se trouve au niveau de leur insolvabilité. Les élèves a qui nous avons permis de passer les examens, aujourd’hui, les parents ont fui, ils n’ont pas voulu venir récupérer les billets de vacance et les bulletins scolaires, parce qu’ils ont des dettes à payer ».

Ce qui est curieux est que les parents vont certainement inscrire leurs enfants dans d’autres écoles sans bulletin. Alors que de notre temps, a souligné le Directeur, « il était impossible d’inscrire un élève sans bulletin. Les parents se donnent le plaisir de changer d’écoles à leurs enfants chaque trimestre. Par exemple, le premier trimestre il est à NODABS, et le deuxième une autre école et le troisième une autre école encore et ils se font de bulletin pour leurs enfants. Fort heureusement, l’Etat congolais a pris des dispositions d’adopter un modèle unique de bulletins scolaires sur toute l’étendue de la République. Souhaitons que les personnes travaillant à l’imprimerie ne vont pas trafiquer ce modèle aux parents tricheurs. Quitte aux parents de venir payer les frais scolaire ».

« Par ailleurs, quand nous disons que la nation congolaise va de mal en pis. Cela ne concerne pas que les enseignants car tous nous sommes pour beaucoup », a souligné l’orateur.

(Clémence Kilondo/Stagiaire)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse