Pour obtenir un consensus très large: Aubin Minaku échange avec Thomas Perriello

par -
0 380
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La situation de l’heure, caractérisée par l’approche de la date du 19 décembre 2016, que d’aucuns qualifient de tous les dangers, sans oublier la mission de bons offices initiée depuis le 29  octobre 2016 par la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), mandatée par le Président de la République, M. Thomas Perriello, Envoyé spécial du président américain pour la région des Grands Lacs d’Afrique, se devait de rencontrer l’honorable Aubin Minaku, président de l’Assemblée nationale et Secrétaire général de la Majorité Présidentielle.

Le diplomate américain, celui-là même qui a eu maille à partir avec certains jeunes de la Majorité Présidentielle, n’a pas voulu rater cette occasion, pour voir dans la mesure du possible, ce que tout le monde peut faire, afin d’éviter le chaos.  Sentant cette menace prochaine, Thomas Perriello est de la race de ceux qui pensent qu’aussi longtemps qu’on existe, il faudra toujours se battre pour que les différentes parties prenantes trouvent un consensus.

Ainsi, au sortir de cette audience, il a sincèrement apprécié le temps que l’honorable Aubin Minaku Ndjalandjoko lui a accordé et ils ont échangé sur des sujets divers. « Nous étions heureux hier lundi dernier de lire le communiqué de la Présidence de la République, qui déclarait qu’il était très engagé à poursuivre le processus de la CENCO pour obtenir un consensus », dit-il, avant d’ajouter que nous continuons à encourager le Rassemblement à et la Majorité Présidentielle à continuer à négocier, parce que les enjeux sont énormes et nous continuons à croire qu’on peut toujours parvenir à un consensus.

Voilà que le comportement de Perriello vient tempérer les ardeurs de ceux qui pensent que les Etats-Unis d’Amérique sont derrière le chaos. C’est une preuve que lorsqu’il y a une bonne foi de part et d’autre, il est possible d’oublier les divergences et viser l’intérêt du pays. Cet intérêt, n’est peut qu’être la préservation de la paix chèrement acquise et la consolidation des acquis.

Rappelons qu’en recevant les prélats catholiques, Joseph Kabila les a encouragé du travail abattu et a décidé que ce travail se poursuivre, afin d’élargir l’accord à ceux des membres du Rassemblement des forces politiques et sociales qui ne l’avaient pas signé.

A scruter de près le communiqué publié par la Présidence de la République, Joseph Kabila attire l’attention de la CENCO sur la nécessité d’obtenir l’authentification des documents émanant des parties prenantes. Au même moment, J. Kabila a réitéré son attachement à l’accord politique de la Cité de l’Union Africaine, seul cadre qui définit de manière claire la séquence des élections, principal point d’achoppement entre la Majorité et l’Opposition. De même, il a appelé les principaux protagonistes intéressés dans la crise, qui appellent à la violence, de lancer des messages d’apaisement à la population et à la protection des biens privés que publics.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse