Pour mettre un terme à la fraude: Matata Ponyo en visite d’inspection à Lufu

par -
0 1096
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Sauf changement de dernière minute, le Premier ministre, Matata Ponyo, effectue vendredi 21 août 2015, le déplacement de Lufu, territoire de Songololo, province du Kongo Central, important carrefour et grand centre commercial situé à la lisière frontalière entre la République Démocratique du Congo et la République sœur d’Angola.

Le chef du Gouvernement va se rendre compte de l’invasion commerciale à la frontière de Lufu. Au terme de cette visite, l’équipe gouvernementale prendra un train de mesures pour juguler cette cacophonie qui étrangle le fisc et la douane congolais.

En effet, on fait état de la contrebande à Lufu. Une pratique qui fait perdre des recettes énormes au Trésor public congolais. On en veut pour preuve, des milliers de camions-remorques qui entrent à ce poste frontalier en provenance de l’Angola avec des volumes importants de marchandises évaluées à des dizaines de milliers de dollars.

Une fois déchargées sur place, ces marchandises sont vendues en détail par des opérateurs économiques, se dérobant des frais de douane dus à l’Etat congolais. Par contre, les opérateurs économiques angolais payent les droits dus à l‘exportation à la douane de leur pays. Du coté de la RDC, ce sont les détaillants qui payent la douane après avoir acheté la marchandise provenant de l’Angola embarquée dans des camions remorques.

« La réglementation en vigueur en matière du commerce stipule notamment que toute importation de plus au moins 2500 USD doit être déclarée à la douane. On ne peut pas admettre qu’un camion remorque dans un marché frontalier », fait savoir un membre de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), dénonçant « des importations irrégulières qui mettent en mal les opérateurs économiques congolais ».

A Lufu, l’on peut également constater un disfonctionnement dans la circulation des devises au mépris de la réglementation en la matière. Cela est favorisé par l’absence d’une institution bancaire compétente, permettant ainsi aux opérateurs angolais de ramener des fonds encaissés sans les déclarer à la frontière. Par ces actes, la contrebande et l’invasion fiscale et douanière sont au rendez-vous.

Une fois sur place, Matata Ponyo ne manquera, sans nul doute, d’instruire les responsables de la DGDA, de l’OCC, de la Quarantaine et de la DGM, de tout mettre en œuvre pour éradiquer ces pratiques. Dès lors, l’on apprend, de sources sur place, que le Premier ministre va s’entretenir, outre avec les responsables de la province du Kongo central, mais aussi avec ceux des services commis aux frontières, de manière à s’impliquer totalement pour mettre fin à ce désordre savamment orchestré.

Il sied de préciser que Lufu est un marché frontalier entre la RDC et l’Angola où s’opèrent des échanges commerciaux entre les marchands de deux pays. Lors de « journées marché », 15 à 16.000 commerçants, trafiquants, intermédiaires et autres catégories de personnes fréquentent ce lieu commercial,  rapportent des sources rencontrées sur place.

Une mission salutaire

Une vue des camions à Lufu

Comme le Journal L’Avenir l’a relevé hier mercredi, en Rd Congo, il s’observe une fraude massive dans l’importation du ciment gris qui entre au pays sans pour autant payer les droits dus à l’Etat. Après une enquête du ministère de l’Economie nationale, il s’avère que les importateurs se livrent à la fraude intellectuelle, prétextant importer le ciment des chantiers exonérés. Et pourtant, ces importateurs en ajoutent en grande quantité qui est par la suite mise en vente à la population.

En plus, il a été constaté que certains importateurs usent du trafic d’influence, en trompant que le ciment est destiné aux travaux des cinq chantiers de la République. Après plusieurs réunions, il a été convenu de fixer un quota avec les sociétés intéressées. Ainsi, a-t-il été mis en place un contrat-programme dûment signé entre tout opérateur économique intéressé et le ministère  de l’Economie. Ce contrat-programme est une assurance que sur le marché, on a un produit sain et qu’il n’y ait pas de pénurie sur le marché. C’est donc une façon pour le ministère de contrôler et d’avoir la traçabilité.

Terminons par dire que la Troïka stratégique, lors de sa réunion de lundi dernier, est revenue sur les fraudes massives et les contrebandes organisées au poste frontalier de Lufu au Kongo Central, avec des effets pervers aussi bien sur les recettes publiques que sur les industries locales, qui pâtissent du fait de la concurrence déloyale des produits ainsi importés. Après avoir examiné toute la problématique y afférente, il est décidé qu’une mission du Gouvernement se rende sur le lieu en vue de prendre des mesures appropriées.

Sinon, pour le Gouvernement, le fait que les marchandises entrent sans être déclarées, est un manque à gagner énorme. De même, le fait que notre économie soit encore dolarisée et que la monnaie angolaise ait perdu de sa valeur, les ventes en dollars à Lufu constituent une marge bénéficiaire pour ce pays voisin et une bouée de sauvetage pour le Kwanza, la monnaie angolaise.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse