Pour mettre un terme à la crise: Le Groupe parlementaire UDPS exige la mise en place d’un Directoire

par -
0 280

L’Union pour la démocratique et le progrès social (UDPS) connait en ce moment une crise qui, si elle ne trouve pas solution, elle risque d’entamer gravement la réputation de ce parti historique et fille aînée de l’opposition congolaise. L’opinion voudrait savoir si le président intérimaire de l’UDPS avait qualité pour nommer un nouveau Secrétaire général ? Pourquoi le Président Félix Tshisekedi a-t-il cautionné cette nomination, sachant que les statuts du parti parlent d’un Directoire ? Que cache cette crise qui mine le parti pendant que les énergies doivent être conjuguées pour organiser les obsèques du lider maximo ?

En effet, tout est parti des élections du 30 décembre 2018 qui ont débouché sur la première alternance politique en Rdc avec l’élection du Président Félix Tshisekedi qui avait été investi le 24 janvier 2019, indique le député national Léon Mubikayi, lors d’un point de presse que le Regroupement UDPS a animé hier au Palais du peuple. « Au terme de l’article 96 de la Constitution, le mandat du Président de la République est incompatible avec toute responsabilité au sein d’un parti politique. C’est ainsi qu’avant même son investiture, fidèle à la Constitution et donnant l’exemple en ce qui concerne le respect de l’Etat de droit qui était son principal slogan de campagne, le Président Félix Tshisekedi avait cessé d’exercer ses fonctions comme Président de l’UDPS. Un mandat avait alors été établi en faveur du Secrétaire général pour assumer l’intérim du Président de l’UDPS étant donné que les conditions d’exercice de l’intérim prévu par l’article 26 des Statuts de l’UDPS n’étaient pas encore réunies », indique le texte qui a été publié à cet effet.

Et de renchérir que le Secrétaire général et le Président de la Commission électorale permanente (CEP) du parti étaient en place, mais la Convention démocratique (CDP) n’avait pas encore été installée pour désigner son président qui devait être membre du Directoire devant assurer l’intérim du Président de l’UDPS. Par la suite, le Président signera également une décision portant convocation de la CDP qui élira son président. Avec cette élection, le Directoire devait être mis en place et assurer l’intérim jusqu’à la tenue du Congrès du Parti. La CDP prendra elle-même une résolution pour rendre ce directoire opérationnel.

La crise est née du refus de la mise en place du Directoire par le Secrétaire général faisant fonction de président de l’UDPS et de la détermination à vouloir continuer à gérer seul le parti. S’en suivront les échauffourées honteuses au siège de l’UDPS où devait se tenir la première réunion du Directoire. Les députés de l’UDPS soutiennent qu’une telle crise qui tend à fragiliser le parti intervient moins de quatre mois après l’investiture du Président de la République et est en réalité orchestrée pour fragiliser le pouvoir de l’Autorité morale.

Le Groupe parlementaire estime que l’UDPS et son Président ont toujours prôné le respect des textes et celui-ci passe par le respect des textes, en l’occurrence les Statuts, par la mise en place immédiate d’un Directoire constitué du Président de la CDP, de celui de la CEP et du Secrétaire général qui vont collégialement gérer le parti jusqu’à l’organisation d’un congrès qui élira un nouveau président de l’UDPS.

En conséquence, les députés nationaux exigent à toutes les personnes concernées de se mettre d’accord, dans l’intérêt du parti pour organiser la toute première réunion du Directoire. La mise en place du Directoire devrait intervenir avant le rapatriement imminent en vue de son inhumation de la dépouille mortelle du Grand leader, Dr Etienne Tshisekedi. « Toute opposition à la mise en place du Directoire qui va ramener la paix et l’unité dans el parti avant l’inhumation du père de la démocratie congolaise sera considéré comme un acte de sabotage et de la plus haute trahison politique vis-à-vis d’Etienne Tshisekedi, de l’UDPS, de sa base et de son Autorité morale, le Président Félix Tshisekedi », insistent-ils. Quelles seront les réactions du président intérimaire et du Secrétaire général de l’UDPS contesté ? Les heures qui suivent risquent d’être très révélatrices.

JMNK

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse