Pour mettre fin au Kuluna: Le projet « Clubs des jeunes contre la violence » lancé à Kinshasa

par -
0 432
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les phénomènes Kuluna et shégués, autrement dit enfants de la rue ou gang, prennent de l’ampleur dans la Capitale congolaise. Il faut aider ceux qui y sont déjà à quitter, et ceux qui n’y sont pas à ne pas adhérer. Raison pour laquelle Promundo-US et Living Peace lnstitute (LPI), une nouvelle organisation non gouvernementale enregistrée en République Démocratique du Congo ont initié le projet Clubs des Jeune Contre la Violence à Kinshasa (CJCV), un projet de quatre ans dont le but est de prévenir et réagir contre la violence urbaine perpétrée par les gangs de rue, les Kulunas. Il sera exécuté dans les communes de Kintambo, Bumbu et Makala. Il sera mis en œuvre par les ong de défense des droits des jeunes et enfants. Pour l’ambassade de Suède en RDC qui finance le projet, la RDC exprime une volonté d’accéder au changement.

Ci-dessous, le Terme de Référence :

Les études ont démontré que les jeunes congolais vivent dans un environnement où les normes relatives au genre tolérant la violence, y compris la violence sexuelle, sont répandues. Les hommes sont généralement sceptiques quant à l’égalité de genre et les femmes ont intégré de nombreuses normes qui les maintiennent dans leur position subordonnée aux hommes. Selon les résultants de l’étude, 62% des femmes et 48% des hommes disent qu’un homme a droit au sexe même si une femme refuse. Les jeunes congolais qui grandissent dans cet environnement sont socialisés dans ces normes malsaines.

Selon les Nations Unies, Kinshasa est une ville dont la croissance démographique est la plus rapide en Afrique et dont la population pourrait atteindre 12,7 millions d’habitants d’ici 2020. Plus de la moitié de la population de Kinshasa a moins de 18 ans; des jeunes souvent sans éducation et confrontés aux difficultés de trouver du travail. Selon les données de l’UNICEF pour la période allant de 2008 à 2012, l’effectif net pour la fréquentation scolaire des adolescents masculins au niveau primaire en RDC était de 77,5%, pendant que la fréquentation scolaire au niveau secondaire tombe à 35. Bien qu’il n’existe pas de données officielles sur le pourcentage de jeunes fréquentant les écoles secondaires de Kinshasa, Je pourcentage de jeunes fréquentant les écoles primaires est relativement élevé.

Les forces de sécurité et les communautés craignent l’agression et l’insécurité crée par les jeunes et en particulier le phénomène Kuluna (enfants de rue) et Shegués (enfants de la rue). Les Kulunas sont des bandes composées en grande partie par des jeunes garçons et des garçons sans emploi, et ces derniers sont opérationnels à Kinshasa depuis 2000 avec une présence dans presque toutes les villes la République Démocratique du Congo. Souvent, issues des familles pauvres, ces jeunes hommes font partie de groupes connus surtout pour les vols et les violences. Armés de bouteilles, de machettes, de couteaux et d’armes à feu. Ces groupes peuvent blesser, voler ou même tuer leurs victimes, qui sont souvent des victimes «aléatoires», non affiliées à des groupes rivaux. Cependant, si aucune action n’est prise contre ces groupes et pour éviter que les autres jeunes ne les rejoignent, ils peuvent constituer une menace de sécurité durable à l’échelle du pays.

Le jeune âge de Kuluna, la plupart étant des adolescents ou des jeunes adultes, représente un point clé pour toute action à programmer.

Avec le financement de l’Ambassade de Suède en République Démocratique du Congo, Promundo-US et Living Peace lnstitute (LPI), une nouvelle organisation non gouvernementale enregistrée en République Démocratique du Congo ont initié le projet Clubs des Jeune Contre la Violence à Kinshasa (CJCV), un projet de quatre ans dont le but est de prévenir et réagir contre la violence urbaine perpétrée par les gangs de rue, les Kulunas.

Le projet ne vise pas à travailler directement avec les Kulunas, car cela présente un risque trop élevé et compromettrait les partenaires et le projet dans son ensemble. Par contre, le projet lutter contre la violence dans les rues en empêchant les jeunes (âgés de 10 à 19 ans) de se joindre aux gangs et aider ceux y sont déjà à quitter, y compris les «Kulunas», Le projet se réalise dans trois communes de Kinshasa [Kintambo, Bumbu et Makala) qui sont de plus en plus affectées par de telles bandes. À cette fin, le projet encouragera un développement positif de la jeunesse en créant des compétences vitales et des mécanismes d’adaptation positifs pour les jeunes garçons dans les écoles et les centres d’encadrement de la jeunesse pour les «enfants de la rue». Le projet appuiera les jeunes garçons qui grandissent sans un environnement en proie à la violence urbaine tout en les engageant en tant qu’agents de changement. Le projet sert de mesures de prévention primaire et secondaire et traitera les violences tant physiques que psychologiques.

Les activités clés du projet comprendront une éducation de groupe basée sur les réalités afin d’encourager la réflexion critique des jeunes sur le problème de la violence tout en renforçant leurs mécanismes d’adaptation pour l’éviter; la création de groupes de pairs positifs (clubs, de jeunes et centres scolaires et/ou des jeunes); et des campagnes communautaires menées par des jeunes. De telles activités s’inspirent der : jeunes. Ainsi, le lancement du projet sert non seulement à lancer un appel à l’engagement des différentes parties prenantes à soutenir ce projet pilote et son extension, mais aussi à partager les progrès déjà réalisés par le projet, y compris les résultant de la recherche formative.

Les participants

Le succès de ce projet nécessite l’implication et l’engagement de divers individus et des institutions aux niveaux national et international.

(Clarisse Ekoko Kapalay/Rtga world)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse