Pour Mama Sidikou : « Le dialogue permettra à ce pays de ne pas replonger dans les affres des tourments»

par -
0 504
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Depuis qu’il a été élevé au rang de Représentant du Représentant spécial du Secrétaire général des Nations Unies en RDC, c’est pour la deuxième fois que Maman Sambo Sidikou tient une conférence de  presse, le  16 avril 2016 au Grand Hôtel Kinshasa, pour répondre à certaines questions de l’heure.   C’est ainsi qu’en ce qui concerne le respect du délai constitutionnel, il a expliqué que l’ONU met un accent particulier sur l’importance du fichier électoral, parce que s’il n’y a pas de fichier, il n’y a pas d’élections. S’il n’y a pas de fichier crédible, il n’y a pas de transparence, il n’y a pas de crédibilité.  « Et nous encourageons la CENI à travailler avec toutes les parties prenantes pour accélérer ce processus », affirme-t-il.

Selon lui, personne ne parlera mieux du Congo à la place des Congolais, quelles que soient les dispositions qu’on prendra ici et là, nous les soutiendrons. Mais il faut que ce dialogue se tienne, il faut que les gens se parlent pour ne pas accentuer l’instabilité et tout ce qui se passe dans l’Est en particulier, que le Général Baillaud et ses compagnons, et que les FARDC essaient de redresser.  « C’est vrai que nous nous en remettons à la Constitution, mais si les Congolais se parlent et qu’ils se décident de dépasser, ça c’est l’affaire des Congolais, et nous, nous appuyons », a-t-il dit, avant de donner l’exemple d’un pays pas lointain, la Centrafrique, où les gens se sont mis d’accord pour prolonger de quelque temps. Dans mon propre pays, entre deux tours, en fait il y a eu une élection un jour, ce n’était pas fini, on a prolongé encore.

La sécurité, c’est la responsabilité 1ère du Gouvernement

Il a été rapporté à Mama Sidikou que G7 aurait écrit à la MONUSCO, pour lui demander des mesures pour assurer la sécurité de Moïse Katumbi. Ils  estiment qu’il y a des menaces contre lui. Et de répondre que la sécurité a trait à l’espace politique, qui doit être donné à l’opposition ou tout acteur politique qui veut rencontrer ses militants, faire le tour du pays ou aller où bon lui semble dans ce pays qui est son pays.  Ça c’est la responsabilité première  du Gouvernement, sur la sécurité de chaque citoyen, y compris les hommes politiques.

« Je voudrais dire que vous avez parlé des chars, moi, ma compréhension de la chose, c’est que les chars y étaient pour autre chose, pas pour autre chose, pas pour Monsieur Katumbi. Est-ce qu’on a besoin de tellement de chars pour s’occuper d’un seul individu ?  Je crois qu’il faut que nous sachions aussi garder la raison par rapport à certaines choses. Je n’ai pas ces informations-là que ces chars ont été là-bas pour lui.  Nous continuons à parler au Gouvernement et aux autres acteurs politiques, pour que le climat soit le plus serein, le plus apaisé possible, que les libertés soient respectées. C’est tout ce que je puis affirmer là-dessus. Et comme je vous ai dit, j’ai parlé à Monsieur Katumbi sur les questions politiques de l’heure, très brièvement, nous nous reverrons.   Mais je crois que le facilitateur Kodjo va le voir  également, et toutes ces questions-là seront discutées. Je n’ai pas reçu de lettre de demande de protection. Elle est peut-être dans le courrier, j’espère que ce n’est pas par la poste qu’on l’a envoyée. Mais la poste en Afrique, que ce soit ici ou au Niger dans mon pays, ça peut prendre du temps. Mais bon, vous feriez peut-être mieux de nous dire.

Etant donné que les Congolais vont aller vers les élections comme cela est requis par leur Constitution, en tant que Représentant du Secrétaire général des Nations Unies, il a lancé un appel : «Messieurs de la classe politique, surpassez-vous ». La politique, dit-il,  c’est du “give and take”, la politique c’est des échanges, la politique surtout dans un pays comme celui-ci, c’est de penser aux populations les plus vulnérables. Aujourd’hui, nous parlons de l’Est. Imaginez un instant que les choses se compliquent. On ne parlera plus seulement de l’Est. Alors, je ne veux pas prêcher car c’est le rôle des gens d’église. Mais je rappelle simplement que la Résolution 2277 dont nous parlons tant, invite tous les acteurs au dialogue.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse