Pour l’honorable Michel Lokola Elemba «PALU doit faire avec J. Kabila pour gagner ensemble comme en 2006 et 2011»

par -
0 143
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les candidatures du Parti Lumumbiste Unifié (PALU) suscitent réactions en sens divers. A ce propos, L’Avenir a approché un haut cadre du parti, en l’occurrence Michel Lokola Elemba, député national, ministre honoraire du Budget, obtenu certains éclaircissements au sujet de la mauvaise conjoncture que traverse son parti, à la suite des ambitions électoralistes qui semblent aujourd’hui diviser ce grand parti qui a fait hier, la fierté de la classe politique congolaise de par sa constance et le caractère visionnaire de son chef Antoine Gizenga. Dans son franc parlé, l’honorable Michel Lokola Elemba a éclairé l’opinion quant aux ambitions parfois démesurées et affairistes qui fragilisent le PALU. Cependant, son choix à soutenir la candidature du Front Commun pour le Congo se justifie par le fait que le PALU seul, sans l’accompagnement, ni l’appui du Chef de l’Etat Joseph Kabila, ne peut prétendre gagner la magistrature suprême.

A la question de savoir s’il ne trahit pas le Palu, en soutenant le candidat du FCC, il répond par la négative. «  Il ne s’agit pas d’une trahison quelconque. Il faut savoir que je me trouve dans la situation telle que d’un côté, j’ai un chef du parti Antoine Gizenga, et un ami Adolphe Muzito, tous candidats et de l’autre côté, un membre de famille élargie en la personne d’Emmanuel Ramazani Shadary, aussi candidat à l’élection présidentielle. Je ne peux, dans ce cas qu’apporter mon soutien politique à chacun d’eux, raison pour laquelle je me suis trouvé, ce matin parmi les députés Anamongo », dit-il, avant d’ajouter que le Parti Lumumbiste Unifié ne connait pas des problèmes sérieux du fonctionnement de nature à compromettre son avenir. C’est en fait l’absence totale du leadership imputable à l’état de santé d’Antoine Gizenga. Ce dernier n’a pas passé la main à temps, au moment où le poids de l’âge limite ses aptitudes physiques nécessaires à l’exercice d’un  leadership actif par ce temps qui court.

Dans son histoire, le PALU a connu beaucoup de départs de ses cadres, mais le parti a résisté jusqu’à émerger grâce à son leader Antoine Gizenga. La particularité de la situation de crise d’aujourd’hui réside dans le fait que tout cela arrive au moment où, physiquement, il n’est plus à mesure d’y faire face.  Cependant, il insiste sur le fait que « la seule présence d’une hirondelle n’annonce pas le printemps ».

Quid du Congrès

A cette préoccupation, Michel Lokola Elemba affirme que sincèrement,  le PALU n’a pas de tradition en cette matière. La direction forte et clairvoyante du parti dans l’intérêt des militants et du peuple congolais suffisait pour tenir débout, jusqu’aujourd’hui l’édifice Palu. C’est pour vous dire que ce parti, comme tous les autres partis en Rdc sont dirigés de manière autocratique nécessaire dans un environnement politique de lutte pour l’avènement de la démocratie.

« En attendant, je vois qu’un bureau politique qui a l’exercice effectif de ses prérogatives peut palier à certains problèmes de fonctionnement et limiter les dérives possibles », martèle-t-il, tout en soulignant que maintenant que l’environnement politique connait un changement notable en matière démocratique qui consacre l’alternance politique, il faut que notre parti se lance déjà vers l’organisation d’un parti politique moderne, c’est-à-dire démocratique en son sein et doté des moyens en lui permettant d’engager des hautes discussions dans tous les secteurs de la vie nationale.

A la question de savoir quelle chance il accorderait à Antoine Gizenga ou à Adolphe Muzito, ce député national ne voit pas le PALU, même dans les conditions souhaitées d’un parti uni et alignant de manière consensuelle ou démocratique, un seul candidat gagner aujourd’hui l’élection présidentielle sans le soutien du Chef de l’Etat Joseph Kabila et de sa famille politique.

Il le dit parce que le PALU qui a toujours été un parti de la Majorité présidentielle depuis 2006 jusqu’aujourd’hui, ne peut prétendre aller avec les partis de l’opposition. Il ne voit pas le MLC, l’UDPS et l’UNC par exemple dérouler un tapis rouge pour un candidat du PALU. Il n’y a que la Majorité présidentielle qui pourrait le faire.

C’est pourquoi, ll a trouvé sage et conséquent les contacts du Patriarche Antoine Gizenga avec le Chef de l’Etat Joseph Kabila à ce sujet. Comme ces contacts n’ont pas abouti comme le souhaitaient Antoine Gizenga et les militants du PALU, pourquoi ne pas tenter de rééditer la situation de 2006 et 2011, c’est-à-dire gagner avec le camp présidentiel et participer, à divers niveaux, à la gestion du pays, que d’afficher une témérité qui conduira le Parti à l’opposition. De cette façon, le parti pourra s’organiser dans les 5 ans pour mieux porter les ambitions présidentielles en 2022 par exemple. Ceci étant, du fait que le PALU et Adolphe Muzito ont pour bastion le Grand Bandundu, il y aura une cassure de la province et un électorat partagé.

PRR/Cp

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse