Pour la troisième fois en 4 mois: Le litre du carburant en légère augmentation

par -
0 365
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La nouvelle a retenti dans les oreilles non seulement des kinois, mais de congolais et sur l’ensemble du territoire national. C’est la énième fois que le litre à la pompe augmente, cette fois-ci de 80 Fc. Une nouvelle qui, à en croire l’association des Chauffeurs congolais, cette augmentation n’a aucune incidence sur le prix de transports en commun.

Il faut dire que, c’est la seconde fois qu’à la pompe, les congolais se munissent d’un autre portefeuille, cette fois après celle augmentée de 35 Francs Congolais, la nouvelle tarification depuis jeudi 08 juin sur l’ensemble du territoire national est passée de 1.650 Fc à 1730 Francs Congolais ; tandis que le Gasoil est passé de 1640 à 1720 Fc, soit une hausse de 80 franc congolais par litre d’essence, de gasoil, et de pétrole , qui revient à 4, 85 %.

Il faut dire que cette hausse des prix à la pompe est convenue de commun accord entre d’une part les pétroliers revendeurs et d’autre part,  le Gouvernement de la République. Ceci denote d’une exigence du fait de la fluctuation et dépréciation de la monnaie locale sur le marché international, dans la mesure où les opérations et ou vente sur les recettes pétrolières s’effectuent en monnaie locale, alors que la monnaie de référence,  c’est à dire le dollar a engloutit le Franc congolais.  Selon l’arrêté signé par le ministre d’état en charge de l’économie, Joseph Kapita, cette révision à la hausse à la pompe ne devait pas concerné la ville de Kinshasa. Et pourtant ce le contraire qui a été observé. Il n’est pas exclu que dans les prochaines semaines l’on enregistre une nouvelle augmentation car les pétroliers ont les soucis de vendre leurs produits en tenant compte du taux courant des dollars qui est loin d’être stabilisé.

Troublés par cette tendance haussière du prix du carburant,  Du côté des conducteurs des transports en commun  qui, à leur tour grognent et veulent réajuster les tarifs des transports en commun.

Par ailleurs, avant de prendre cette décision qui risque d’impacter négativement sur le vécu quotidien des congolais, l’ACCO, se veut conciliant avec le Gouvernement de la République quant à la fixation de nouveau barème tarifaire.

Il sied de rappeler, qu’en 4 mois, le prix à la pompe a bougé presque trois fois, entre le 25 février ; le 10 mars et celui du jeudi 08 juin.

A en croire les pétroliers producteurs, la majoration de prix à la pompe devrait se faire par palier, question d’éviter la frustration au sein de la population qui, d’ailleurs ne sait plus à quel saint se voué par rapport à la marche économique et sociale du pays.

Espérons avec l’adoption par les deux chambres du parlement du projet de loi des finances de l’exercice 2017, avec les ajustements positifs qui ramènent le budget de l’Etat de 11.301.710.431.035 Fc à 11.524.534.946.501 Francs congolais, dégageant ainsi des ressources additionnelles de l’ordre de 222.824.515.465 Fc, l’ACCO ne pourra pas impacter son prix sur les services urbains entendu le transports en commun. Ceci étant, le Gouvernement Bruno Tshibala a pour l’une des missions, de se pencher le social de la population. C’est ne pas en majorant le prix à la pompe et fixé un nouveau barème tarifaire de transports qu’on allège la misère de la population.

(Sarah Bukasa/Rtg@world)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse