Pour garder le cap de l’élimination de la fièvre jaune en RDC: Les axes de la prévention sont à privilégier

par -
0 345
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Cela fait exactement sept mois qu’on n’a pas entendu parler de la fièvre jaune en RDC et cela grâce aux campagnes de vaccination organisées  par le gouvernement congolais. C’est ce qui revient à ce jour,  pour  le ministre de la santé publique, Dr Oly Ilunga à déclarer officiellement la fin de cette épidémie en RDC. Cependant, le RDC  étant un foyer à risque  d’épidémie de fièvre jaune compte tenu de son environnement, les experts recommandent l’observance des axes de prévention contre toute éventuelle survenue d’épidémie.

La prévention  de la fièvre jaune est indispensable pour éviter la survenue de nouvelles épidémies et l’extension de la maladie à des zones non contaminées. D’après les experts, cette prévention repose sur des axes bien déterminés, dont notamment la vaccination, la lutte anti vectorielle, la surveillance à base communautaire, l’utilisation  de la moustiquaire imprégnée d’insecticide. Il  y a également des produits répulsifs qu’on doit appliquer sur la peau  et le port des habits longs et de couleur claire.

Concernant la vaccination, les produits administrés est le vaccin anti amaril. Dans les pays où la fièvre jaune est très répandue, en particulier les pays africains, l’organisation mondiale de la santé  recommande de l’inclure dans le calendrier vaccinal du nourrisson, c’est le cas notamment de la RDC. La politique vaccinale instaure un calendrier vaccinal, et celui-ci est d’application pour tout enfant de 0 à 11 mois. A 9 mois, l’enfant reçoit le vaccin contre la fièvre jaune, appelé anti amaril.  Ce vaccin se veut un moyen de protéger les enfants. Mais en cas d’épidémie, il est recommandé de vacciner même  les adultes. C’est le cas de ce qui a été fait dans la ville province de Kinshasa et ailleurs sur d’autres territoires congolaises, où la population cible a été vaccinée. Il se fait aussi que lorsqu’il y a déplacement du pays, ce vaccin est également recommandé pour les voyageurs parce que la fièvre jaune est une maladie tropicale

Par rapport à la surveillance à base communautaire, les experts voudraient que la communauté soit à même de reconnaitre les symptômes de la maladie afin d’orienter à temps la personne touchée  vers un centre de santé. Un aspect de contrôle est à privilégier, nous voyons plus le contrôle de maladie, donc, ce n’est plus l’apanage du personnel de santé, au contraire cela doit concerner tout le monde. Au niveau, il voudrait tout simplement que chacun ait en tête les signes de la fièvre jaune, c’est-à-dire si chacun connait ces symptômes et qu’il découvre dans son milieu, ceci peut être dans propre foyers ou en dehors de ce dernier, une personne manifestant des signes,  il est conseillé immédiatement de pouvoir  emmener  cette personne dans un centre le plus proche. Cela favorise la guérison rapide, et s’il est pris en charge à temps, la personne a la chance de guérir. Par contre, si la personne est amenée tard dans un centre de santé, elle risque de tomber dans une phase de complication, ce qui peut entrainer la mort.

Quid de la lutte contre les moustiques

La lutte anti vectorielle est également un volet  important. La lutte contre les moustiques permet de réduire la transmission  de la maladie. Cette lutte passe par l’utilisation de la moustiquaire imprégnée d’insecticide, et aussi par l’application de produit répulsif. Les experts recommandent également la gestion de l’environnement intérieur notamment par l’entretien des récipients  d’eau     à usage domestique. En fait, il faut bien couvrir ces récipients, afin d’empêcher le moustique aèdes de se reproduire. L’entretien de l’environnement extérieur par la destruction de gites d’eau, endroit favorable de la reproduction de moustique, est aussi requis.

(Mamie Ngondo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse