Pour diminuer les tensions sur le marché des changes

par -
0 535
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La BCC à la rescousse des banques commerciales

Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, Gouverneur de la Banque Centrale du Congo (BCC)

A en croire le communiqué du Comité de Politique Monétaire qui a tenu sa réunion le vendredi 08 avril 2016, sous la présidence de Déogratias Mutombo Mwana Nyembo, Gouverneur de la Banque Centrale du Congo (BCC), sur le marché des changes, il a été noté la poursuite des tensions sur les deux segments du marché. A fin mars 2016, les taux indicatif et parallèle se situent respectivement à 941,58 CDF le dollar américain et 958,44 CDF. Cette situation résulte non seulement de l’effet de l’offre de monnaie mais aussi des problèmes de la balance des paiements, dans un contexte de la baisse des recettes d’exportation et de besoins croissants d’importation.

C’est en principe ce matin que la Banque centrale du Congo (BCC) va par adjudication, vendre la devise aux banques commerciales intéressées, afin de réduire les tensions sur le marché des changes et réduire ainsi le trop de Francs congolais sur le marché. Un marché qui, depuis un certain temps, crée de l’incertitude qu’il ne rassure. Sinon, sur le marché des changes, il a été noté la poursuite des tensions sur les deux segments du marché. A fin mars 2016, les taux indicatif et parallèle se situent respectivement à 941,58 CDF le dollar américain et 958,44 CDF. Cette situation résulte non seulement de l’effet de l’offre de monnaie mais aussi des problèmes de la balance des paiements, dans un contexte de la baisse des recettes d’exportation et de besoins croissants d’importation. Quant aux réserves internationales, elles se sont établies à 1.278,54 millions de USD, niveau correspondant à 5,65 semaines d’importations des biens et services sur ressources propres.

Sur le marché monétaire, note le même communiqué signé par Deogratias Mutombo, l’encours des opérations au guichet des facilités permanentes a baissé à 4,99 milliards de CDF venant de 39,8 milliards un mois plus tôt. Cependant, le volume des opérations des prêts à l’interbancaire a atteint 204,9 milliards de CDF contre 186,0 milliards en février dernier. Les transactions à l’interbancaire se sont dénouées au taux moyen pondéré de 1,7 % tandis que sur le guichet de facilités permanentes, le taux appliqué est resté à 4,5 %. S’agissant de l’offre de la monnaie, les agrégats monétaires sont restés sous contrôle grâce à une gestion prudente des instruments de la politique monétaire.

Tenant compte de ces analyses et après examen et discussion de différents aspects de la conjoncture, le Comité a décidé de maintenir inchangé le dispositif actuel de la politique monétaire de la Banque Centrale du Congo. Ainsi, le taux directeur est maintenu à 2 %, les coefficients de la réserve obligatoire sont fixés respectivement à 10 % et 9 % pour les dépôts en devises à vue et à terme ainsi qu’à 2 % et 0 % pour les dépôts en monnaie nationale à vue et à terme. Quant à la régulation de la liquidité, elle se poursuivra via le Bon BCC. Abordant la question relative aux banques en difficultés, le CPM a noté que la BCC suit de près cette question et procédera au renforcement des mesures prudentielles pour préserver la stabilité et la fiabilité du secteur financier.

La BCC prévoit une croissance de 6,6% en 2016

Disons en passant que la croissance du PIB réel sera moins vigoureuse en 2016 qu’en 2015. Les estimations faites sur base des réalisations de production à fin 2015 confirment la décélération de la croissance, l’établissant à 6,6 % en 2016 contre à 6,9 % en 2015. Cette évolution est due à la modération du rythme de production dans le secteur des mines, dans un environnement de plus en plus incertain marqué par la poursuite de la baisse des cours des matières premières.

Toutefois, il a été noté un redressement du solde global d’opinions des chefs d’entreprises au mois de mars après trois mois de détérioration consécutifs, passant, d’un mois à l’autre, de -4,7 % à +0,8 %. Le marché des biens et services est demeuré sous contrôle. En rythme mensuel, le taux d’inflation s’est situé 0,163 % au mois de mars contre 0,095 % un mois plus tôt, portant le cumul annuel à 0,337 % et le taux en glissement annuel à 1,012 % contre un objectif de 3,4 %.

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse