Pour avoir pris part au complot de l’île de Gorée et de Genval: Les pionniers de l’UDPS dénoncent la Cenco

par -
0 607
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Ils invitent l’UDPS à quitter le Rassemblement

17 Janvier 2017, les pionniers de l’UDPS ont choisi cette date commémorative de l’assassinat de Patrice Emery Lumumba pour dénoncer la dérive totalitaire de la Cenco. A l’occasion, ils ont remercié les professionnels des médias qui les ont accompagnés tout le long de l’année 2016. Cet accompagnement est fruit de leur lutte, d’avoir dit tout ce qu’ils pensaient, tout ce qu’ils ont fait. « Les faits nous ont donné raison sur beaucoup de points », a-t-il indiqué.

Cependant, Corneille Mulumba a relevé le fait que beaucoup ont contesté leur statut, du fait qu’ils ne figurent pas dans les statuts du parti. En réponse, il a indiqué que les pionniers de l’UDPS ne constituent pas un groupe à part, et qu’il n’y a personne qui décerne le diplôme de qualité de pionniers de l’UDPS. « Ou bien vous étiez là avant 1990 ou vous n’y étiez pas. Si vous y étiez, vous êtes pionniers. Donc, simplement des personnes au sein du parti qui ont considéré que nous avons de responsabilité parce que, nous avons rappelé nos compatriotes à nous suivre pour changer de mode de vie de nos compatriotes. Beaucoup nous ont suivi, nous avons risqué nos vies, beaucoup nous ont quitté, beaucoup ont été torturés et de ce fait là, nous nous sentons la responsabilité particulière pour que l’UDPS reste telle ; nous nous sommes sentis être les gardiens du temps, les gardiens des valeurs de l’UDPS à savoir la tolérance, la démocratie, l’Etat de droit, le respect de Droit de l’Homme, etc. », a-t-il indiqué.

Du complot de l’île de Gorée à l’Accord de la Saint Sylvestre

Pour les pionniers de l’UDPS qui avaient dénoncé la rencontre de Genval, ils continuent à affirmer qu’il s’agissait d’un complot monté par les pays étrangers contre la République. A ce jour, précisent-t-ils, les faits les ont donné raison en ce que, le Conclave de Genval a donné lieu au Rassemblement à la tête Etienne Tshisekedi et l’UDPS. En réalité, ils dénoncent le fait que derrière le Rassemblement, se cachent les puissances étrangères. « Vous avez suivi en France au Quai d’Orsay, maintes réunions qui ont été organisées auxquelles les membres du Rassemblement ont participé, notamment Moïse Katumbi, le vrai patron du Rassemblement ; vous avez constaté  au lendemain des événements du 19 septembre, c’est le ministre Belge des Affaires étrangères Didier Reynders qui avait déclaré qu’il faut un nouveau dialogue qui devrait être facilité par Said Djinnit ; vous avez constaté que par un claquement de doigt, le Rassemblement a accepté de participé au dialogue sans poser les préalables », ont-ils révélé. Ceci étant, la stratégie du chaos dénoncée par les pionniers de l’UDPS en son temps est en application en ce moment, mentionnent-t-ils.

Pour ces patriotes de l’UDPS, ils considèrent que l’Accord du Centre Interdiocésain est une bombe à retardement en qu’il crée les conditions d’ingouvernabilité avec comme conséquence possible un coup d’Etat et guerre civile, la fragilisation des institutions qui risque de conduire à la balkanisation de la RDC.

En parcourant l’Accord, les pionniers de l’UDPS constatent qu’Etienne Tshisekedi est nommé Président du Comité national de suivi. « Vous perdez de vue que le Président Tshisekedi s’était autoproclamé Président de la République en ce qu’il avait prêté serment sur la Bible. Dans sa tête cela n’a pas changé. Nous allons nous retrouver avec l’un se réclamant de la légitimité populaire et l’autre avec l’appareil de l’Etat de la légalité constitutionnelle. Nous risquons un affrontement, un clash et qu’est-ce qui adviendra après ?» s’interrogent-ils. Pour le porte-parole des pionniers de l’UDPS Corneille Mulumba qui se réfère à la déclaration de l’ancien Secrétaire Général adjoint des Nations Unies qui disait « La situation en RDC est telle que, en cas de dérapage aucune force même pas la Monusco ne sera en mesure de maitriser la situation ». Ceci justifie cela dit-on, si la Monusco ne saura intervenir, donc ces sont les forces qui ont paralysés la Lybie, l’Irak et la Côte d’Ivoire qui risquent de créer un précédent en RDC, à cause du Rassemblement. « En Côte d’Ivoire alors qu’il y avait la Résolution du Conseil de sécurité des Nations Unies, ce sont les avions français qui volaient aux côtés de la Monuci et qui avaient bombardé la résidence de Laurent Gbagbo ; en Lybie, il y avait la Résolution des Nations Unies présentée en son temps par la France, en réalité ce sont les avions de l’Otan qui ont bombardé la résidence de Kadhafi jusqu’à sa mort », déplorent-ils. Pour eux, l’Accord du Centre interdiocésain crée les conditions d’ingouvernabilité et dérapage.

Sans majorité parlementaire, pas d’investiture

La question est sur toutes les lèvres, l’UDPS n’a jamais reconnu le Parlement de la République, ni les élus qu’y siègent. Si la Primature revenait au Rassemblement, de quel parlement va-t-il exiger son investiture, alors que le Rassemblement n’est pas majoritaire au sein de deux  chambres. L’inquiétude des pionniers se justifie par le simple fait que, le Rassemblement n’obtient pas l’investiture au Parlement vilipendé, va-t-il rappelé les gens dans la rue ? Même les élections avenir, il est impossible de les organiser en raison de la modicité du budget laissé par le prédécesseur de Samy Badibanga. Donc, le fait que la République n’a pas les moyens de la politique électorale, serait-il sage de rappeler une fois les gens dans la rue, ne cessent de s’inquiéter les pionniers de l’UDPS. « Pour que le Comité National de Suivi à la tête Monsieur Etienne Tshisekedi entre en fonction, il faut une loi organique qui doit être votée à l’Assemblée nationale, et à laquelle le Rassemblement n’a pas de majorité. Soit, il faudra obtenir que le Président Kabila donne des instructions à sa majorité pour que cela soit accepté. Et si le Comité de suivi n’obtient pas la loi, qu’est ce qui va se passer ?

L’Accord du Centre Interdiocésain, une imposition de l’Occident

A en croire les pionniers de l’UDPS, l’Accord du Centre interdiocésain est une imposition de l’extérieur, particulièrement de l’Occident et qu’ils exhortent le Chef de l’Etat Joseph Kabila à ne pas le mettre en application car, il s’oppose au Dialogue de la Cité de l’Union africaine. Celui-ci, a été sur demande de l’opposition congolaise qui voudrait qu’il soit facilité par le Nations Unies. Cependant, le Secrétaire Général des Nations Unies a confié à l’Union africaine de modérer ce dialogue par le truchement d’Edem Kodjo. « En réponse, nous avons récusé monsieur Kodjo en le taxant de Kabiliste. Nous récusons Kodjo, mais nous acceptons la Belgique, la France, les Etats Unis puissent commanditer le dialogue. Inconsciemment, nous faisons la honte de l’Afrique, notre voix pour aller chercher celle de ceux qui sont à l’origine de nos malheurs au Congo », révèlent-ils.

De ce qui précède, les pionniers de l’UDPS ont affirmé la participation de la Cenco au complot de l’île de Gorée, financé par les Soroze et l’ambassade de l’Allemagne ; la Cenco avait pris part au Conclave de Genval financé par les miniers belges et les visas de membres de l’opposition avaient été obtenus dans moins de 24 heures, en ce que à Genval, le Rassemblement a été encadré par le personnel de l’ambassade belge, dénoncent les pionniers de l’UDPS. « Vous avez suivi, que lorsque la Cenco fait le travail, son président va faire les rapports aux ambassadeurs occidentaux et plus récemment, la Cenco a eu une conférence vidéo avec le Conseil de sécurité des Nations Unies à huis clos », ont-ils déploré. Ils mettent les congolais en éveille en ce que cette attitude de la Cenco jumelée  du Rassemblement doit inquiéter les Congolais. L’attitude de la France n’est pas à ignorer dans ce coup, car c’est elle qui avait proposé la Résolution adoptée au Conseil de sécurité des Nations Unies qui a donné suite à la Cenco d’accélérer la machine pour satisfaire une seule famille d’Etienne Tshisekedi au détriment de la République toute entière. Si cet accord est appliqué, disent les pionniers de l’UDPS, il faut se préparer au déploiement des troupes étrangères sur le sol congolais. «  L’accord du Centre interdiocésain contient au faite des allumettes pour faire exploser la République Démocratique du Congo, permettre l’intervention des troupes étrangères pour profiter de la situation et installer des nouveaux hommes de paille à la tête de notre pays. Nous disons que la RDC, notre pays est un Etat fragile, avec une administration fragile et une justice fragile, une armée fragile, une police fragile », déclarent-ils. Pour eux, il y a un seul compromis, celui de la Cité de l’Union africaine et que le Rassemblement prenne part au Gouvernement Samy Badibanga remanié et le MLC et le Front pour le Respect de la Constitution prennent la tête du Comité National de Suivi.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse