Pour atténuer la primauté du secteur minier

par -
0 819
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Gouvernement déterminé à poursuivre la diversification de l’économie

Une vue du Premier ministre lors de la réunion de la Troïka stratégique

De la quarante-troisième réunion de l’exercice 2015 consacrée au suivi de la situation économique, financière et sociale du pays, nous apprenons que grâce à une politique économique volontariste, à une politique budgétaire orthodoxe et à une politique monétaire prudente, l’économie congolaise poursuit la stabilité entamée il y a cinq ans, qui l’a du reste rendue résiliente dans le contexte économique international caractérisé par les baisses des cours des matières premières. Mais il faut poursuivre la diversification de l’économie nationale, en mettant un accent particulier sur le secteur agricole.

Comme chaque lundi de la semaine, le Premier ministre Matata Ponyo a présidé, de 07 heures 00’ à 08 heures 09’ à l’Hôtel du Gouvernement, la quarante-troisième réunion de l’exercice 2015 consacrée au suivi de la situation économique, financière et sociale du pays. C’était en présence du ministre d’Etat, ministre du Budget ; Le ministre des Finances, le Gouverneur de la Banque centrale du Congo et le Directeur de cabinet du Premier ministre, rapporteur.

Faisant la synthèse de la situation économique et financière internationale et nationale au 23 octobre 2015, la Troïka stratégique a observé qu’au plan international, la Banque africaine de développement (BAD) a conjointement organisé avec le gouvernement sénégalais, du 21 au 23 octobre à Dakar, une conférence sur le thème : « Transformer l’agriculture africaine pour doper la croissance et le développement ». Pour ce faire, une délégation congolaise, conduite par le Premier ministre, y a pris part.

Cette conférence a abouti à l’adoption d’un programme d’actions et la mise en place de partenariats élargis pour transformer l’agriculture africaine en industrie agroalimentaire. Ainsi, il a été recommandé aux gouvernements, d’accorder la priorité à l’agriculture, renouveler l’engagement au secteur privé, et de mettre en place des mécanismes de financement innovant en faveur de l’agriculture africaine.

Soulignons qu’après deux semaines consécutives de hausse observée sur le marché des matières premières, au 22 octobre, les cours ont encore entamé une pente descendante. En effet, le prix à la tonne métrique du cuivre était à 5.185,00 USD contre 5.277,00 USD une semaine avant, perdant ainsi 1,74% de sa valeur. Le prix de l’once d’or est passé de 1.183,35 USD à 1.166,45 USD, soit une baisse de 1,43 %. Seul le cobalt a maintenu son prix à la tonne métrique, qui est resté à 30.002,08 USD.

Les prix des produits pétroliers ont, au 23 octobre 2015, poursuivi leurs baisses. Ainsi, les cours du baril se sont situés à 47,99 USD et 44,60 USD, contre 50,48 USD et 47,26 USD, respectivement à Londres et à New York, soit des baisses de 4,93% et 5,62% sur les deux marchés. S’agissant des produits céréaliers, au 22 octobre 2015, exception faite pour le maïs, ils étaient tous en baisse, comme suit : a) maïs : 139,06/tonne (+0,73%) ; b) riz : 12,14 UD/tonne (-1,18%) ; b) blé : 490,75 USD/tonne (-2,34%).

Le taux directeur de la BCC demeure à 2%

Au niveau national, les indicateurs macroéconomiques durant la semaine sous examen, se sont comportés comme suit, attestant du raffermissement de la stabilité de l’économie : Le taux d’inflation hebdomadaire est à 0,015 (-0,003). En cumul annuel, le taux d’inflation a atteint 0,595%. Les projections du taux d’inflation en annualisé se situent à 0,721% pour un objectif de 3,5% ; Le marché de change, au 23 octobre 2015, a enregistré une variation nulle sur le marché interbancaire, et une légère dépréciation de 0,05% au parallèle. Les taux de change sur ces deux marchés étaient respectivement à 931,25 CDF/USD, et 927,42 CDF/USD ; Les réserves internationales, au 22 octobre 2015, se sont situées à 1.488,12 millions USD, couvrant 6,14 semaines d’importations des biens et services ; Le taux directeur de la Banque centrale du Congo demeure à 2%, avec une marge positive de 1,3 point.

Pour ce qui est des finances publiques, au 23 octobre 2015, le solde du compte général du Trésor a affiché un déficit de 96,836 milliards CDF, provenant des recettes de 208,456 milliards CDF (66% de réalisation) et des dépenses de 305,292 milliards CDF (83% d’exécution). En cumul annuel, le compte général du Trésor est déficitaire de 34,429 milliards CDF.

Au sujet des dossiers spécifiques, il faut noter que la paie du mois d’octobre, lancée effectivement le jeudi 15, se poursuit essentiellement à l’intérieur. Il faut aussi dire que grâce à une politique économique volontariste, à une politique budgétaire orthodoxe et à une politique monétaire prudente, l’économie congolaise poursuit la stabilité entamée il y a cinq ans, qui l’a du reste rendue résiliente dans le contexte économique international caractérisé par les baisses des cours des matières premières.

Il est à noter que cette situation est exceptionnelle, comparée à celle de nombreux pays de la sous-région, confrontés à une forte dépréciation monétaire. Aussi, la Troïka stratégique s’est fixée comme objectif de poursuivre la diversification de l’économie nationale, en mettant un accent particulier sur le secteur agricole, dont les projets pilotes sont déjà opérationnels, et contribuent à la croissance, en atténuant la primauté du secteur minier.

Jean-Marie Nkambua

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse