Des mesures draconiennes pour stopper la maffia financière la BIAC

par -
0 688
Une vue d' une agence Biac située sur le boulevard du 30 juin à Kinshasa. Ph.tiers
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Sur instruction du Chef de l’Etat, le Premier ministre, Chef du Gouvernement a présidé hier lundi la réunion extraordinaire de la Troïka stratégique, à laquelle ont pris part le ministre d’Etat, ministre du Budget, le ministre des Transports faisant office d’intérimaire du ministre de l’Economie, le Vice-ministre des Finances, le Gouverneur de la Banque Centrale du Congo et le Directeur de Cabinet adjoint du Premier ministre, en charge des questions économiques, comme rapporteur. Un seul point était à l’ordre du jour, à savoir l’évolution grave du solde débiteur de la Banque Internationale pour l’Afrique au Congo (BIAC), dans les livres de la Banque Centrale du Congo. En substance, au 17 juillet 2016, l’encours de refinancement de la BIAC se chiffre à 125 milliards de FC, réparti comme suit : 56 milliards de FC avec nantissement (couverts par les effets) ; 6 milliards de FC au titre de facilité permanente de 2015 régularisée ; 63 milliards de FC en contrepartie des chèques sans provision émis en faveur du Trésor, provenant pour l’essentiel des provinces et qui ont transité par d’autres banques. 70 % de cet encours a résulté des opérations passées par l’ancien comité de gestion de la BIAC et 30% par le comité de mise sous gestion administrative de cette banque constitué des cadres de la BCC.

A ce total s’ajoute un montant en suspens de 9,7 milliards de FC, toujours émis en faveur du Trésor par les contribuables titulaires des comptes à la BIAC. Après débats et délibérations, il ressort de cette concertation que la maffia financière s’est bel et bien installée à la BIAC au regard des opérations de création monétaire de 72,7 milliards de FC passées sans nantissement. Par ailleurs des manquements sont à relever dans le chef des cadres de la BIAC et des membres du comité de gestion provisoire.

De ce qui précède, les membres de la Troïka stratégique ont convenu la prise des mesures draconiennes pour arrêter cette maffia financière qui s’est installée au sein de la BIAC avec les connexions à la BCC. La Troïka a insisté sur la nécessité urgente de l’application des mesures arrêtées afin d’éviter la dépréciation continue de la monnaie nationale par rapport aux devises étrangères. En effet, il s’est avéré que la création monétaire ex nihilo faite à travers la BIAC impacte négativement le cadre macro-économique.

Pour la poursuite de la production

Tout juste après cette Troïka spéciale, la Troïka stratégique normale s’est tenue et à l’issue de laquelle, Modeste Bahati, ministre de l’Economie a expliqué que d’abord en ce qui concerne le taux de change, il a connu une variation quasi-nulle au marché interbancaire, le dollar Us s’est échangé à 990 FC et au marché parallèle à 1065 FC. Pour ce qui est de notre taux de croissance, selon les experts, il a été revu et se situe à 5,3%. Ce qui reste quand même au-dessus de la moyenne africaine qui est de 2,5 et 3%.

« Il est évident que nous ne pouvons pas nous enorgueillir, parce que l’objectif est d’atteindre les deux chiffres. C’est ici l’occasion de lancer un appel à tous les opérateurs du secteur minier pour qu’ils reprennent le travail. Il n’y  a pas de raisons pour qu’ils continuent à suspendre la production et les exportations, d’autant plus qu’au niveau où est côté aujourd’hui le cuivre, à 4918 dollars Us, il y a moyen de faire de bonnes affaires », dit-il, avant de lancer un appel à tous les opérateurs miniers de reprendre, de manière à ce qu’ils puissent nous rassurer. Il a ajouté qu’il y a risque de croire que la plupart ont déjà récupéré le capital investi et sont plus pressés pour produire. Or, nous nous avons besoin de la production, des revenus et  de sauvegarder les emplois.

Soulignons en ce qui concerne les finances publiques, qu’à la clôture du mois de juin, elles ont présenté un solde déficitaire de 72 milliards de francs congolais. Et le plan de trésorerie de la Banque centrale du Congo (BCC) présente solde de 2.33.000 FC. S’agissant de la paie, elle se poursuit normalement et la vice-ministre a fait un rapport. Il reste donc les coins les plus éloignés. Ce qui est important à souligner, une prime a quand même été déboursée au profit des syndicalistes qui avaient participé à l’opération propre pour dénicher les cas de détournement de fraude dans la paie.

Pour terminer, il a rappelé que le  ministre de l’Agriculture, pêche et élevage a été invité pour présenter le dossier relatif à la reprise et à la relance des cultures pérennes (le café, le thé, le caco et le palmier à huile). Un dossier a été présenté et qui a été approuvé par la Troïka. Il va falloir que les moyens soient remis au ministre pour relancer ce secteur qui sera couplé avec les parcs agro-industriels dans d’autres coins de la République.

(JMNK)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse