Portrait: Fabregas Mbuyulu dit le métis noir, petit poisson devenu grand

par -
0 543
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

« Petit poisson deviendra grand pourvu que Dieu lui prête vie », dit une sagesse. Fabrice Mbuyulu, connu sous son nom de scène de Fabregas est né à Kinshasa, le 13 août 1987.  Un enfant qui a vu passer dans son entourage au quartier Kunda dans la commune de Matete des grands sportifs de l’époque, n’a pas prêté fois à une discipline sportive, privilégiant l’art d’Orphée qui bouillonnait dans son ventre. Il commence sa carrière musicale en tant que choriste à l’église catholique St Alphonse de Matete avant d’abdiquer et  d’intégrer le groupe musical « La Vinora Esthétique » de Kimbukusu Dakumuda. Cette formation musicale on s’en souvient, avait pignon sur rue dans la commune de Lemba à l’époque. Son changement de registre musical et ses talents de danseur lui ouvrent grandement les portes de l’orchestre « F’Victeam » de Fally Ipupa. Ce groupe lui servira de tremplin avant d’aller toquer à aux portillons de Wenge Musica Maison Mère de Werrason. Aussitôt arrivé au sein de ce groupe et avec la dextérité ou mieux le savoir-faire qui est le sien, ce jeune chanteur n’a pas manqué d’attirer sur lui l’attention toute coordonnée du Roi de la forêt qui n’a pas hésité de le retenir sur la liste des musiciens en partance pour l’Europe. C’est ainsi que qu’avec le concours de Wenge Musica Maison Mère, Fabregas Mbuyulu, bien qu’inconnu du grand public, a joué au Zénith de Paris ainsi qu’au Stade de France.

Garçon sympa, en 2012, une brouille entre lui et Héritier Watanabe alors président de l’orchestre Wenge Musica Maison Mère, l’oblige à réfléchir plus de deux fois avant de prendre son destin entre ses deux mains. Fabregas Mbuyulu claque la porte du groupe cher à Werrason et se lance dans une carrière solo. Celle-ci est couronnée, en 2014, d’une première visée « Amour Amour » qui est suivi immédiatement d’un EP intitulé « Anapipo ». Cet opus a connu un grand succès notamment grâce à son tube « Mascara » ainsi qu’à sa danse « Ya Mado ».

Infatigable et auteur-compositeur émérite le Métis noir a sorti en 2016  un double album intitulé Je Pense (Poison et Antidotes) qui renferme 38 titres. Ce qui vient de battre son propre record de vente tant au pays qu’à l’international. L’œil vigilant de CNEP a bien suivi la commercialisation de l’opus « Je pense ». Ce qui vient de valoir à son auteur un double disque d’Or qui couronne ainsi son point du départ pour une longue chevauchée artistique.

(Kingunza Kikim Afri )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse