Port de Matadi: Le Gouvernement fustige les nombreuses perceptions opérées par les multiples services

par -
0 494
Au micro, Modeste Bahati Lukwebo, ministre de l’Economie nationale
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Faisant le point sur l’évolution des recettes publiques, le ministre des Finances a évoqué le problème relatif aux nombreuses perceptions opérées par les multiples services fonctionnant aux postes frontaliers, surtout au Port de Matadi. Cette situation entraîne des conséquences sur le niveau des recettes mobilisées et la structure des prix intérieurs. Et ce, lorsqu’on sait que le Président Joseph Kabila avait déjà, à l’occasion de l’évaluation des 28 mesures d’urgence, a fait remarquer que partout ou il est passé, il s’observe des tracasseries à l’égard des paisibles populations, de même que le non respect du nombre des agents qui doivent prester aux postes frontaliers, malgré le décret fixant à quatre le nombre des services autorisés à y opérer.

Comme chaque lundi, le Premier ministre Matata Ponyo a présidé, à l’Hôtel du Gouvernement, la quarante-sixième réunion de l’exercice 2016 consacrée au suivi de la situation économique, financière et sociale du pays. Et ce, pour non seulement faire l’évaluation des recommandations de la réunion du lundi 31 octobre 2016, mais aussi faire la synthèse de la situation économique et financière internationale et nationale au 04 novembre 2016, avant d’aborder certains dossiers spécifiques.

Faisant la synthèse de la situation économique et financière internationale et nationale au 04 novembre 2016, le Gouvernement constate qu’au niveau africain, la Conférence des Nations-Unies sur le Commerce et le Développement (CNUCED) attire l’attention des pays subsahariens sur les risques liés au niveau de leur dette souveraine, qui est susceptible d’enfreindre l’atteinte des Objectifs de Développement Durable (ODD). Pour cause, la chute des cours des matières premières depuis 2014 a fortement contribué à rétrécir leur capacité de remboursement.

Le communiqué rendu public à cet effet renseigne qu’au 03 novembre 2016, pour la deuxième semaine consécutive, le prix du cuivre a enregistré une hausse. En effet, de 4.717,00 USD la tonne métrique une semaine avant, le cours est passé à 4.870,00 USD, soit une hausse de 1,76%. Il en est de même pour l’or dont le prix de l’once a rebondi, après cinq semaines de baisse, passant de 1.266,38 USD à 1.305,74 USD, enregistrant une hausse de 2,2%. Pour ce qui est du cobalt, son prix demeure à 28.432,67 USD.

Sur le marché du pétrole, la tendance baissière convergente sur les deux marchés observée une semaine plus tôt s’est poursuivie, voire renforcée. Au 03 novembre, les barils du brut se sont vendus à 46,29 USD et 44,11 USD respectivement à Londres et New-York, contre 50,39 USD et 48,67 USD, induisant des de 5,63% et 9,36%. Au 03 novembre, les prix des tous les produits céréaliers cotés sont en baisse, comme suit : a) 9,55 USD/tonne (-3,19%) pour le riz; b)  127,94 USD/tonne (-1,90%) pour le maïs, et c) 412,00 USD/tonne (-1,02%) pour le blé.

Le volume des réserves internationales n’a pas évolué

Le même communiqué indique qu’au plan national, le taux de croissance pour 2016 reste projeté à 4,3% sur base des réalisations de production à fin juin. Entre temps, au niveau de la Commission d’Etudes Statistiques et comptes nationaux, les travaux de collecte des données sont en cours pour finaliser l’estimation dudit taux sur base des réalisations à fin septembre. Au cours de la semaine dernière, il y a lieu de noter une forte décélération du rythme de la formation des prix intérieurs, et une légère appréciation du taux de change sur le marché parallèle.

En synthèse, les principaux indicateurs macroéconomiques suivis se sont comportés comme suit : Le taux d’inflation hebdomadaire est à 0,130% (-0,332 point). En cumul, l’inflation a atteint 4,989%. Les projections du taux d’inflation en annualisé se situent à 5,922% pour un objectif de 4,2%. De son côté, le franc congolais s’est apprécié de 0,6% sur le marché parallèle, contre une dépréciation de 1,1% à l’officiel. Ainsi, au 03 novembre 2016, le taux de change sur ces deux marchés était de 1.202,33 CDF/USD et 1.127,81 CDF/USD, contre 1.209,17 CDF/USD et 1.115,40 CDF/USD une semaine avant. De leur part, les réserves internationales sont actuellement à 925,40 millions USD, et couvrent 4,09 semaines d’importations des biens et services. Et le taux directeur de la Banque centrale du Congo est à 7%, induisant une marge de positivité de 1,802 point. Disons que le solde mensuel du compte général du Trésor, au 28 octobre, est déficitaire de 83,600 milliards CDF, provenant des recettes de 210,640 milliards CDF et des dépenses de 294,240 milliards CDF, dont 160,616 CDF pour la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat.

Dossiers spécifiques

Au sujet de la situation de la paie, disons que celle du mois d’octobre 2016 est quasiment terminée sur l’étendue de la République. Concernant celle de novembre 2016, la Direction de la paie a déjà finalisé les mises à jour, et s’attèle à la production des listings.

Au sujet de la problématique de la multiplicité des services aux postes frontaliers, soulignons que faisant le point sur l’évolution des recettes publiques, le ministre des Finances a évoqué le problème relatif aux nombreuses perceptions opérées par les multiples services fonctionnant aux postes frontaliers, surtout au Port de Matadi. Cette situation entraîne des conséquences sur le niveau des recettes mobilisées et la structure des prix intérieurs. Après échanges, les membres de la Troïka stratégique ont recommandé d’approfondir la question en vue de recentrer les différentes réformes en cours pour la modernisation de l’économie nationale.

A ce sujet, il sied de préciser que le Président Joseph Kabila a, à l’occasion de la 4ème réunion du Comité de pilotage et de suivi des 28 mesures urgentes économiques prises par le Gouvernement, en vue d’évaluer les actions réalisées, celles en cours d’exécution et celles qui restent à réaliser., avait fait remarquer que partout où il est passé, il s’observe des tracasseries à l’égard des paisibles populations, de même que le non respect du nombre des agents qui doivent prester aux postes frontaliers, malgré le décret fixant à quatre le nombre des services autorisés à y opérer. Une situation qui doit finir.

 

(Jean-Marie Nkambua)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse