Pollution sonore

par -
0 843
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’exécutif provincial de Kinshasa dans l’incapacité de juguler ce phénomène et d’appliquer la loi 

Kinshasa se métamorphose de plus en plus en embrassant les pratiques nocives à la santé humaine par les tintamarres et autres bruits sonores. La pollution de la Ville province Kinshasa devient de plus en plus nocive dans la mesure où l’autorité provinciale qui est sensée veiller à l’applicabilité des mesures et autres arrêtés signés dans ce sens pour préserver la santé se distingue par son silence coupable.

Par ci par là se sont les débits de boissons qui naissent dans les différents quartiers comme de champignons, à telle enseigne qu’on ne peut traverser une ruelle sans un débit de boisson avec une musique assourdissante, au grand dam de malades qui vivent dans les environs. Au nombre des débits de boissons, s’ajoutent les églises dites « de réveil », avec un temps très réduit de la prédication en faveur de moment plus long réservé à la musique assortie des grands baffles qui résonnent les oreilles des paisibles citoyens. Non seulement les églises se joignent à la concurrence de faire entendre la musique avec les débits de boissons, on note également les lieux funéraires qui s’ajoutent à cette longue liste de l’environnement qui polluent les humains avec la sonorisation assourdissant.

Tout compte fait, les fêtes s’organisent par-ci par-là sans tenir compte du fait qu’il y a de paisibles citoyens qui se reposent. Ce constat étant très amère et nocif à la santé mentale, les responsables de tous ces méfaits disposent des oreilles complétement bouchées pour ne pas dire, les oreilles au plomb d’acier.

Malheureusement, l’environnement demeure toujours en danger, il est menacé dans toutes ses dimensions (air, eau, terre et voir l’homme lui-même qui est au centre de cette problématique. A cet effet, les nombreuses populations sont privées sérieusement de leur droit fondamental à un environnement sain pour plus d’une raison entre autres : la mauvaise gouvernance politique dans les différents pays africains, l’ignorance de la majorité des citoyens de leur droit à un environnement sain et des lois qui le protège, le déni de justice en charge des opérateurs judiciaires dans la poursuite et la répression des infractions en violation des lois de protection de l’environnement.

Kinshasa, la capitale de la République Démocratique du Congo est l’une des villes africaines où la pollution sonore a pris de la hauteur, où dans certaines communes les élèves et étudiants sont livrés aux bruits assourdissants de voisins ayant les débits de boissons, l’église en face, l’exposition de la dépouille mortelle et les fêtes qui s’organisent sur le dos de l’administration communale incapable de juguler et ou appliquer la loi en la matière. Le moins que l’on puisse dire, ce que lorsqu’on s’oppose à ces genres des bruits, rapidement celui qui se plaint est indexé au même rang que les sorciers, surtout en ce qui concerne les églises. Ces dernières pensent qu’en s’opposant aux tintamarres, on s’oppose directement à Dieu. Pourtant, le Père Tout Puissant étant Dieu d’ordre et de paix, on s’image comment celui qui est à l’origine de la tranquillité puisse autoriser que l’on bouche les oreilles de son peuple ?

En ce qui concerne les voisins ayant les débits de boissons, s’y opposer signifie  s’attirer la foudre des habitants du quartier qui pensent qu’une telle personne est animée de mauvaise foi et est contre le succès des uns qui trouvent le salut dans la vente de l’alcool avec à l’occasion une musique assortie de la normalité.

La responsabilité de l’autorité

Que fait l’autorité urbaine face à cette menace qui désarticule l’intelligence de ceux-là même qui sont censés être les cadres de demain ? N’avons-nous pas raison de dire que si l’enseignement en République Démocratique du Congo est au rabais, c’est entre autre à cause de la pollution sonore qui ne favorise pas l’élite à bien assimiler la matière, puisqu’entourée de l’environnement pollué ?

C’est ici le lieu d’affirmer que chaque être humain a  droit à un environnement sain. Certes, il existe plusieurs acteurs-clés impliqués en République Démocratique du Congo dans la protection de l’environnement à savoir le Parlement qui vote des lois et le budget de protection de l’environnement, le Gouvernement qui prend des mesures administratives d’application et exécute le budget de protection de l’environnement, les OPJ et les magistrats appliquent les lois votées de protection de l’environnement pour réprimer leurs violations et réhabiliter les victimes dans leurs droits, les avocats assistent les victimes afin de défendre leurs droits bafoués par les auteurs, les associations de la société civile de protection de l’environnement dénoncent et accompagnent les victimes en justice pour y être assistées par les avocats et les bourgmestres, les chefs des services de l’environnement et autres services étatiques compétents jouent également un rôle important dans la protection de l’environnement. Mais de tous ces acteurs, les Officiers de Police Judiciaire et les magistrats jouent un rôle capital dans la protection de l’environnement en application des lois en vigueur.

C’est à juste titre qu’on en appelle à l’autorité provinciale, notamment le Gouverneur de la Ville province de faire appliquer les mesures relatives à la protection de la population contre le bruit diurne et nocturne, en vue d’éviter les préjudices que cette dernière subit devant un environnement des inconscients qui jouent de la musique à n’importe quelle heure.

(Pius Romain Rolland )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse