Point de vue: L’âme noire résiste au changement

par -
0 465
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

En certains endroits de la ville, des banderoles et des panneaux montés dans le cadre d’une campagne, véhiculent des messages encourageant les femmes victimes de viol à dénoncer. Cependant, nulle part de message de teneur similaire pour garantir soutien juridique à la veuve et aux orphelins. En son temps, feu l’illustre Léopold Sedar Senghor déplorait : « La raison est hellène, l’émotion est nègre ».                 Quand bien même le mariage civil consacrerait la reconnaissance de la famille, face au droit coutumier, le cadre juridique fonctionnel se fait balbutiant, inopérant quand il s’agit de préserver de leurs oppresseurs la veuve et les orphelins.

Dans son ouvrage intitulé : « La remise en question », un des pionniers de la diplomatie congolaise à la décolonisation, Mabika Kalanda avait vu juste : « les noirs ne sont pas respectueux des textes », a-t-il constaté, car la culture de l’oralité s’est révélée caractéristique de l’histoire des noirs.               A l’heure du changement climatique, les écolos et les bonnes consciences de partout crient haro sur la préservation des forêts. L’exploitation des grumes étant souvent synonyme de déforestation. La libéralisation de la tronçonneuse détruit les forêts, dérange l’écosystème, démunit les populations autochtones en les débarrassant d’un patrimoine. Quand bien même les rubriques constitutives du budget national ne retiendraient aucune part significative de l’exploitation forestière, beaucoup de forêts sont ruinées de la sorte. Pendant ce temps, des sociétés d’abattage prétendent que des équipes à l’œuvre munies de tronçonneuses, exploitent avec un minimum de dommages.

 Les acteurs sociaux doivent jouer franc-jeu

La formatrice en leadership Christine Mwamba a éclairé la lanterne des femmes travailleuses de Transco, mardi dernier, au cours d’une conférence à l’occasion de la journée dédiée à la femme. L’oratrice, en effet, invite les acteurs sociaux à agir dans le sens des textes légaux, lesquels incluent déjà le principe de la parité. Dans le contexte de la RD Congo, l’article 14 de la Constitution inclut le principe de la parité.  

« Il est temps que l’Etat et tous les acteurs socioéconomiques s’impliquent à appliquer réellement la parité dans toute sa forme et dans tout son fond dans la gestion de la cité et dans tous les domaines : social, culturel, économique », a relevé la formatrice en leadership.

Elle a démontré, dans le même ordre d’idée, l’intérêt d’impliquer la femme dans la résolution des conflits.  « L’expérience atteste que les femmes appartenant à des groupes rivaux dans un conflit trouvent plus aisément un terrain d’entente lors des médiations », a-t-elle relevé. Ce rôle de gestionnaire de conflits, la femme l’a tenu également dans la société traditionnelle africaine, où elle était aux affaires par le truchement des conseils qu’elle prodiguait discrètement à son époux. La femme jouait donc un rôle indéniable dans la consolidation de la structure sociale et de la paix.

« L’avenir ne nous est pas donné ; il nous a été donné de le construire », a déclaré l’historien père Léon de Saint Moulin. En effet, l’Union africaine a manqué le pari, en partie parce que l’âme noire résiste au changement. En son temps, le président de la Commission africaine, Alpha Omar Konaré a regretté en ces termes : « l’Union africaine est victime de résistance de ses membres. Car les Etats ne veulent pas céder une partie de leur souveraineté. Qui plus est, dans ces conditions, si vous leur réclamez des arriérés de cotisations, ils ne donnent pas », a-t-il déploré. Face à la montée des groupes armés, l’Union africaine n’étant pas agissante, le continent devient un espace militairement le plus médiatisé au monde. Et partant, incapable de faire entendre une seule voix qui résulterait d’une politique de défense commune. Pour l’heure, des tueries et des déplacements massifs avec pour effet immédiat : la précarité de l’habitat, le surnombre de sites d’accueil de réfugiés, le débordement des marchés, le déferlement du secteur informel et celui des activités de survie. Cela fragilise la famille en tant que cellule de base de la nation, renforce la prépondérance des propriétaires de parcelles, des agents des services publics et des hommes d’églises dont notamment ceux qui offrent un cadre d’accueil.

(Payne )

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse