Plus de peur que de mal dans le Sud-Kivu: Les FARDC délogent les Maï-Maï et récupèrent Uvira

par -
0 404
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Confusion dans le Sud-Kivu, plus précisément à Uvira. Depuis hier matin, les nouvelles en provenance de la ville frontalière de Bujumbura prêtent à confusion. Les réseaux sociaux alimentent dans un sens comme dans un autre, à telle enseigne qu’on a du mal à se faire une opinion. Pour une certaine opinion, les miliciens Maï-Maï Yakutumba ont fait éruption dans la matinée, dans la ville d’Uvira, dans la province du Sud-Kivu,  créant la panique et la psychose dans le chef de la population. Ainsi, les élèves ont quitté précipitamment leurs établissements scolaires, les commerçants en débandade ont fermé leurs boutiques, les vendeurs au marché couraient dans un sens comme dans un autre. C’était alors le sauve qui peut. Et ces malfrats seraient appuyés par une autre fraction des Maï-Maï postée dans les montagnes.

D’ailleurs, un message attribué à l’Evêque d’Uvira et répercuté dans les réseaux sociaux a alimenté la polémique. Dans ce message, le prélat s’adressait au Cardinal Monsengwo, à Mgr le Nonce Apostolique et aux Evêques de la Cenco, que la ville d’Uvira venait de tomber entre les mains de Maï-Maï. Et de préciser que ce qui les inquiétait, c’est de constater que la Monusco a érigé un barrage, empêchant aux gens d’évacuer sur Bukavu ou Bujumbura. « Je cherche à obtenir un couloir pour cela, mais ils sont injoignables, si quelqu’un peut l’obtenir… », signé Mgr Muyengo, Evêque d’Uvira. Toutefois, après une enquête, nombreux sont ceux qui ont affirmé que Mgr Muyengo n’a jamais rédigé un tel message, mais sans apporter plus de preuves.

Des nouvelles qui provenaient de cette partie de la République indiquaient que sur la route de Kasongo, au niveau de la barrière de Luika, semblerait que les FARDC seraient tombées en embuscade de Maï-Maï. Ces derniers les auraient massacrés, a-t-on appris.

Dans la journée, nos confrères de Radio Okapi nous renseignent par voix captée sur réseaux sociaux ce qui suit : « L’opération Sokola II, dans le Sud-Kivu parle de quatre assaillants tués, aucune perte du côté de l’armée régulière. Le Général Buange Safari reconnait que les assaillants contrôlent presque la localité de Makobola, du côté de Fizi, mais de nouveaux renforts de l’armée régulière seraient en cours dans la zone de combat. Ce commandant des FARDC reste optimiste et appelle la population à ne pas céder à la panique ni par la guerre psychologique entretenue par les réseaux sociaux. Mardi matin, les miliciens de Maï-Maï Yakutumba ont réussi à contourner la ligne de front de Kabondozi, ils ont débordé avant de s’accrocher aux FARDC basées à Kirambi Munene. Pour l’instant, le sort des FARDC pris en tenailles entre Kabondozi et Kirambi Munene n’est pas connu, pendant que les unités des Forces Navales de l’armée régulière malmènent les assaillants par le Lac Tanganyika. Ces deniers, dont les miliciens procèdent par le débordement par les montagnes qu’ils maitrisent bien dans la Région. Pour l’instant, le trafic entre Baraka et Uvira reste coupé sur la nationale n°5 et aucune activité n’a repris ce mardi dans les localités sous contrôle des miliciens à savoir Mboko, Nundo et Sandja », à en croire Fiston Ngoma Mayabala.

Evolution de la situation en faveur des FARDC

De l’évolution de la situation à Uvira, pendant que nous mettons sous presse, nous apprenons, des sources crédibles, la reprise de la ville d’Uvira par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo, FARDC par un affrontement sans précédent, mettant en déroute les assaillants de Maï-Maï, les poursuivant dans les montagnes, leur lieu de refuge. Le bilan n’est pas encore communiqué. Sinon, nous apprenons, des sources crédibles, que plusieurs assaillants ont été capturés, et certains ont succombés dans cet affrontement avec les forces loyalistes.

Les mêmes sources nous renseignent que dans les rangs des assaillants ont aurait aperçu les éléments de la rébellion burundaise et autres réfugiés qui avaient attaqué les positions des FARDC, dont 34 d’entre eux ont été tués. Si cette information s’avère exacte, il importe que les autorités militaires renforcent les lignes de défense dans cette partie, pilonner les colonnes et position des assaillants pour en finir une fois pour toute avec l’insécurité dans la partie orientale de la République.

C’est ainsi qu’il importe d’insister qu’aussi longtemps que l’insécurité sera criante dans certaines parties du pays, la République démocratique du Congo aura du mal à se développer. Le Gouvernement est obligé, ensemble avec certains de ses partenaires, de tout faire, de sorte de mettre un terme à l’activisme des mouvements rebelles qui pullulent l’Est de la République. Les richesses du pays ne doivent pas constituer une malédiction pour les populations qui n’ont rien pour attirer les mouvements rebelles, qui n’attendent que des opportunités leur soient offertes pour enclencher le développement de leurs milieux respectifs. Ces rebelles, une fois identifiés, doivent être éradiqués, afin de donner la chance à la population du Sud-Kivu.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse