Pléthore de plus de 20 mille agents: La SCTP (ex-Onatra) asphyxiée

par -
0 126
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

L’Office National des Transports, ex-Onatra transformé en Société Commerciale des Transportset Ports, risque son implosion si l’Etat congolais n’intervient pas. Ce géant des entreprises du patrimoine national est asphyxié au regard du nombre de son personnel à comparer à l’enveloppe salariale des agents réellement actifs.

Il faut dire avant tout, que c’est l’une des entreprises instables dans sa gestion, tout comme en dirigeants depuis des lustres. Pour les uns, il faille privatiser SCTP, pour les autres la déclarer tout simplement en faillite.  De Daniel Bikundu, en passant par Tito Umba, Jean-Baudouin Kimbembe, aujourd’hui c’est Daniel Mukoko Samba, ministre honoraire du Budget, au Gouvernement Matata, qui assure la direction de cette grande entreprise. Grâce à ce professeur d’Economie, la société respire un peu ; on n’attend plus de mouvements de grève, ni d’appels à manifestation syndicale.

Dès sa nomination à la tête de cet éléphant qui se voulait mourir, le Professeur Daniel Mukoko Samba hérite des mouvements de grève à la Société Commerciale des Transports et Ports, en plus des arriérés des salaires de plus de huit mois à Kinshasa ; de trois mois à Matadi et Boma.

En bon manager, Daniel Mukoko Samba a commencé par le paiement en début du mois de septembre des frais scolaires à l’ensemble du personnel sur tous les réseaux de l’Onatra. Il faut dire que ces arriérés ce sont étalés entre novembre 2016 et juin-juillet 2017, a-t-il indiqué sur une station de la Radio de Kinshasa captée hier mercredi.

Sa mission, dit-il, est de rétablir rapidement la paie régulière des agents de la Société Commerciale des Transports et Ports et plus accumuler les arriérés de salaire. A ce jour, l’ex-Onatra compte 20. 916 agents qui sont payés par cette entreprise. Sur les 20.916 agents, 7783 agents sont réellement ceux qui travaillent régulièrement, qui sont dans les ateliers et bureaux ; tandis que 13.135 sont les pensionnés. Deux catégories de pensionnés se présentent dans cette entreprise. Une catégorie de ceux ayant perçu leurs décompte final, mais qui continuent à toucher la rente à la société commerciale des Transports et Ports, plutôt d’être payés à l’INSS se compte au nombre de 12.157 personnes ; 978 pensionnés débout, retraités qui restent à la maison, qui n’ont pas encore perçu leur décompte final, qui touchent l’indemnité d’attente, ou salaire d’attente. Cette catégorie touche régulièrement son salaire comme s’il est en fonction, pourtant passif.

Ce qui asphyxie l’Onatra, c’est cette catégorie des pensionnés qui continuent à toucher leur rente à la société au lieu de le faire par l’Institut National de Sécurité Sociale. Ces pensionnés, a dit Mukoko Samba, accusent également des arriérés de l’ordre de 6.400.000 dollars de pensionnaires entiers ; et ceux qui attendent les décomptes finals s’élèvent à 21.000.000 de dollars.

Donc, pour réellement régler les problèmes de cette société, en vue de son redressement, il est anormal qu’une pléthore d’agents passifs continue à être payée, alors que les actifs sont deux fois moins que les passifs. D’où, la nécessité de renvoyer tous les pensionnés à l’INSS, les payer et se débarrasser des pensionnés qui attendent leurs décomptes finals de 21.000.000 de dollars.

En plus de la situation salariale, la Société Commerciale des Transports et Ports accuse la vétusté des matériels, avec un personnel vieillissant. En l’absence de la voie ferrée, des équipements flottants ; des wagons, il n’y a rien à espérer de l’éveil de cette Société, poumon économique et social des plusieurs ménages.

Pour y remédier, l’actuelle équipe dirigeante dirigée par le Professeur Daniel Mukoko Samba dispose d’un plan salvateur devant désengorger la Société Commerciale des Transports et Ports.

Cependant, l’opinion ne cesse de s’interroger sur le fait que la société se laisse spolier par les inciviques le long de la voie ferrée. Où en sommes-nous avec son patrimoine immobilier disséminés dans l’ancienne province Orientale, l’ancienne province de l’Equateur, le Kongo Central et Kinshasa ? Somme toute, une pilule amère est en même de guérir la Société Commerciale des Transports et Ports.

(Pius Romain Rolland)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse