Plamedie Bulungidi : « La femme se réserve et n’aime pas trop exposer ses pensées profondes »

par -
0 341

« C’est un cas rare. Souvent, la femme est censée ne pas faire cela simplement pour garder sa dignité en tant que telle. Notre mère à nous tous, la Sainte Vierge, n’a pas quitté son logis pour aller se planter dans la rue à la recherche d’un homme. Dieu lui a dit de rester là où elle se trouvait et que Lui, va agir en sa faveur. Le monde tout entier connait la suite qui a été réservée à cette recommandation divine ». Celle qui nous parle ainsi s’appelle Plamedie Bulungidi. Elle est étudiante en Communication sociale à l’Université Catholique du Congo. C’est une courageuse fille qui vit sa vie et voit venir devant elle l’avenir en rose. Elle nous parle sans froncer et sans papilloter. Une

Mais cela peut aussi arriver qu’une femme fasse des avances sur un homme et c’est un cas rare d’autant plus que les hommes ont une capacité que les femmes manquent.

Nous pensons souvent, en tant que femme, si je dois commencer à draguer un homme par rapport à la société dans laquelle nous vivons actuellement on risque de me qualifier de tous les noms allant même jusqu’à dire que celle qui fait cela est une sorcière. Elle est bonne pour être bannie de la société. La femme se réserve et n’aime pas trop exposer ses pensées profondes.

En Afrique, la femme représente le respect. Elle représente la sainteté et ne fait pas voir automatiquement ses sentiments auprès d’un homme. Lorsqu’on voit une femme le faire, on doit vite parier que c’est l’homme qui avait commencé d’abord à l’approcher. Cela est un principe sacré qui se passe avant que la femme ne dévoile son cœur à l’homme.

Par contre en Europe, la femme laisse ses sentiments guider sa vie. Personnellement, je ne trouve pas cette démarche importante parce que la femme doit être draguée par l’homme et non le contraire. Les relations où la femme fait les premières avances se terminent souvent en aventure. L’homme, dans ce cas, prendra la femme pour un instrument de plaisir, sans valeur. Il sait que même s’il se méconduit, la femme qui a été la première à lui faire la cour va courber l’échine lorsqu’il verra cet homme partir dans les bras d’une autre.

(Kingunza Kikim Afri)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse