Pierre Lutumba : « La culture est un véritable facteur de progrès d’un pays (…)»

par -
0 585
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

La culture est un véritable facteur de progrès et de développement d’un pays, sans lequel aucun développement durable ne peut s’envisager, a déclaré le secrétaire général du ministère de la Culture et des arts, M. Pierre Lutumba Komba, à l’occasion d’un séminaire à Lubumbashi.

Ledit séminaire-atelier s’est inscrit dans le processus d’intégration de la culture dans le développement durable dont le but est de booster la culture pour qu’elle devienne un réel levier de développement économique de la République démocratique du Congo et être prête à la mondialisation.

Les structures culturelles fiables « dites associations » devront être gérées sous une forme juridique permettant leur compétitivité, celle des entreprises culturelles créatives. C’est pourquoi il faut opérer une mutation des associations culturelles en entreprises culturelles créatives. Ceci pour nourrir les acteurs culturels, en leur donnant l’occasion de relever leur niveau de vie.

Selon M. Pierre Lutumba qui s’est confié à l’Agence congolaise de presse, ACP, ce deuxième séminaire informe les artistes et autres professionnels que la culture ne devrait plus être considérée comme un simple moyen de divertissement et de plaisir, mais comme un puissant élément contribuant au développement économique, environnemental et social des Etats.

Ce deuxième séminaire-atelier sur la transformation des associations culturelles en industrie culturelle a connu la participation des associations des arts plastiques, du théâtre, des musiques moderne et traditionnelle, des écrivains, des photographes et des cinéastes.

En RDC, faut-il le rappeler, les organisations du secteur de la culture, dites associations culturelles, sont soumises au régime des associations sans but lucratif (ASBL), organisé par la loi 004-2001 du 20 juillet 2001.

Au terme de cette loi, les ASBL ne procurent pas à leurs membres de gain matériel. Le régime juridique tel que présenté, ne permet pas aux associations culturelles d’assurer le développement durable au sens de la résolution des Nations-Unie. Et pour cause, elles sont classées dans la catégorie d’organisations philanthropiques basées sur la charité.

 

(OM)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse