Perquisition, arrestations, bouclage…

par -
0 515
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Sécurité à Mont Ngafula : Se prendre en charge ou mourir

Un véritable cauchemar. Les mots ne sont pas assez forts pour qualifier la situation dans laquelle gît la population de Mont Ngafula, plus particulièrement dans le quartier Masanga Mbila. Des bandits à main armée dévalisent des habitations et violent fillettes, filles et femmes sans répit ces trois dernières nuits. Ce, sous l’œil et la barbe de la police et des autorités municipales qui, elles aussi viennent d’avouer leur impuissance.

Les habitants du quartier Masanga Mbila dans la commune urbano-rurale de Mont Ngafula sont en train de passer un quart d’heure cauchemardesque. Une journaliste dépêchée sur les lieux rapporte que des hommes armés, à l’arme blanche, jusqu’aux dents, pullulent depuis un temps dans le coin. Certains ont même appris à louer des habitations pour opérer en toute discrétion, sans prendre le risque  de se tirer sur une longue distance.

Tout a commencé le jeudi 14 avril dernier, aux alentours de 1 heure. Ces ‘’Kuluna’’ ont pillé l’EP 4, une École primaire bien connue à côté du terrain dit de la Présidence, sur l’avenue Mobayi Mbongo. La sentinelle a été frappée à mort. Une heure après, ils ont fait irruption dans une maison, machette à la main, volant et violant. Alertés, deux  éléments de la Police arrivent, hélas vers 4 heures. Trop tard !

Le vendredi,  la scène se répète. De 2 heures à 3 heures du matin, c’est Wasalusu, l’avenue suivante qui recevra ces visiteurs indésirables. Trois femmes dont deux petites filles sont violées. Comme la veille, la police vint en retard.

Exaspérés, les jeunes ont adressé à l’autorité une lettre, demandant l’autorisation de se prendre en charge. Approuvé. Accompagnés de la Police, ces braves jeunes ont organisé des veillées dès 22 heures. Mais étrange que cela puisse paraître, à 3 heures du matin, la police leur demandera de retourner chacun chez soi tant il fera bientôt jour. 10 minutes après, les Kuluna ont investi une famille. Ils se sont limités à voler. Complicité avec la police? Dieu seul sait. Mais d’ores et déjà, les jeunes et la Police se disent déterminés de veiller ensemble. Jusqu’à quand ? L’avenir en dira long.

Mais la chasse passe aussi par les animaux de compagnie. Dans une parcelle non loin de la Paroisse Saint Norbert, un chien a failli laisser la peau vers 1h40’ ce dimanche. D’où la demande persistante de la population afin que l’autorité s’implique. C’est d’ailleurs dans cette visée qu’un bouclage a été organisé le samedi de 5 à 11 heures. Objectif : récupérer d’éventuelles armes cachées dans des maisons. Des gens ont été interpellés ; d’autres relâchés après avoir filé quelques billets de banque aux policiers. Et si l’on trouve une machette, le propriétaire  devra payer entre 5000 et 1500 Fc, selon le cas, pour échapper à l’embarquement.

Pour le moment, il nous revient que la perquisition va se poursuivre dans tout Mont Ngafula. Et comme les habitants de Masanga Mbila pointent d’un doigt accusateur la police du coin, une plainte devra être déposée quant à ce. Les jeunes ont veillé jusqu’à 4h30 ce dimanche. Tout a été calme. Le commandant de la Police de Mont Ngafula avait même prévu une rencontre avec la population. Et jusqu’au moment où ceci est mis sous presse, celle-ci n’a pas eu lieu.

Quoi qu’il en soit, dire à une population de se prendre en charge pour ce genre de questions est une entreprise très risquée que personne ne saurait plus tard maîtriser. Pourvu que la paix revienne dans cette commune réputée d’intellectuels.

(MB)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse