Participation de la Rdc au Sommet du FOCAC 2018: Jean-Charles Okoto joue et gagne

par -
0 661
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

*Kinshasa empoche un don non remboursable de 50 millions Usd

Si en 2015 lors du FOCAC à Johannesburg, la République démocratique du Congo n’avait pas bénéficié grand-chose, compte tenu du temps de préparation relativement court, pour le Sommet du FOCAC Beijing 2018, il a fallu à la RDC, représentée par son ambassadeur en Chine, Jean-Charles Okoto, six mois entiers de préparations intenses afin de présenter un dossier bien ficelé. En atteste un don non remboursable de 50 millions Usd que la RDC a pu empocher, en attendant la répartition de la grande enveloppe de 60 milliards USD promise à l’ensemble de pays africains par la Chine, a expliqué Charles Okoto dans un entretien avec l’un de nos journalistes sur place à Beijing.

La République démocratique du Congo aura été sans doute le double gagnant du dernier Sommet du Forum sur la coopération sino-africaine (FOCAC) qui s’est tenu en Chine, à Beijing, les 3 et 4 septembre 2018, peut-on comprendre des explications de son ambassadeur en poste en Chine. Selon ce  haut diplomate au parcours élogieux, « la participation de la RDC à ce Sommet a été d’un apport non négligeable, nombreuses de nos propositions forces ont été prises en compte et coulées dans le plan d’action et la déclaration final du Sommet ». Même chose pour les amendements apportés par le Vice-Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Léonard Shé Okitundu, a encore ajouté l’ambassadeur de la RDC.

Plusieurs fois avant le Sommet, Jean-Charles Okoto s’est rendu à Kinshasa où il a multiplié des réunions avec six ministères directement impliqués dans ce projet. L’ANAPI, branche gouvernementale en charge de la promotion des investissements en RDC, était également associée à ces réunions techniques. Résultat : la RDC empoche 50 millions USD en prime de ce qu’elle obtiendra de 60 milliards USD promis par la Chine dans le cadre du renforcement de sa coopération avec l’Afrique.

Okoto félicité par ses pairs

Après avoir fait preuve de son dynamisme, toujours au four et moulin, plaidant et négociant à la fois les intérêts de la RDC auprès de la Chine, la balle se trouve désormais dans le camp du gouvernement qui devra, conseille Charles Okoto, mettre en place des dispositifs nécessaires et capables de capitaliser ce qui a été décidé lors du FOCAC 2018.

Aussi, grâce à sa diplomatie, son terrain de prédilection, l’expertise de l’ambassadeur de la RDC n’a pas seulement profité à son pays. Bien au contraire. L’homme était également au centre de préparation du dossier des pays de l’Afrique centrale pendant les travaux en commission dont il a d’ailleurs assuré la présidence avec brio. Là encore plusieurs de leurs recommandations ont été reprises dans les deux documents qui ont sanctionné la fin du Sommet. Comme partout où il est passé, l’ambassadeur Okoto a reçu de nombreux messages de félicitation de la part de ses pairs africains. Dévoué à la cause africaine, l’ambassadeur de la RDC a également apporté de son expertise aux réunions de hauts fonctionnaires. En tout, c’est l’Afrique qui gagne, s’est réjoui Charles Okoto, visiblement très discret par rapport à l’implication au plan région. L’homme s’est voulu humble, fondu dans son canapé.

Xi Jinping promet son appui au Grand Inga

Au point d’honneur du Sommet du FOCAC 2018, c’est le soutien promis du président chinois Xi Jinping, à la réalisation du projet du barrage hydroélectrique du Grand Inga. Lors de ces assises, le numéro un chinois s’est montré particulièrement engagé aux efforts du développement de la RDC, ce grand pays situé au cœur de l’Afrique et dont dépend dans une large mesure le développement de tout le continent. L’intérêt du président Chinois s’est manifesté au tête-à-tête qu’il a eu à Beijing avec le Premier ministre de la RDC, Bruno Tshibala, représentant du président Joseph Kabila. Bien sûr, la construction de cette infrastructure énergétique apportera de l’eau non seulement au moulin congolaise, mais aussi d’une partie des pays de la Région. Ce barrage devra, au finish, produire 39.000 mégawatts d’électricités, selon les chiffres du ministère congolais de l’Energie, une énorme production qui bénéficiera à l’industrialisation de l’Afrique, l’un projet phare inscrits de tous les agendas de développement de l’Afrique.

JMNK/Cyprien Kapuku

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse