Participation aux élections du 23 décembre 2018: L’Opposition fait volte-face

Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Quand il faut parler de la candidature unique de l’Opposition pour la présidentielle de décembre 2018, nul n’apparaît pour proposer le modus operandi. Malheureusement, en République Démocratique du Congo, n’est Opposant que celui qui a l’ « injure facile ». Et hier lundi 23 juillet à Notre Dame de Fatima au cours d’une réunion de l’Opposition congolaise, c’est ce que toute l’opinion nationale comme internationale a vécu lors d’un rassemblement. Il s’agit des responsables des partis tels que l’UDPS de Félix Tshilombo, représenté par son Secrétaire général Kabund ; l’UNC de Vital Kamerhe qui a délégué Baudouin Mayo ; Ensemble de Moïse Katumbi conduit par Sessanga, Lumbi et consorts ; le MLC de Jean-Pierre Bemba avec en tête Eve Bazaïba et la Dynamique de l’opposition que dirige Martin Fayulu. Alors que l’on croyait qu’ils allaient apporter une critique constructive au récent discours du Chef de l’Etat Joseph Kabila devant le Congrès, cette opposition vient une fois de plus de décevoir le peuple et de prouver qu’elle n’est pas prête à aller aux élections.

Après le discours-bilan du chef de l’Etat adressé à la population congolaise à travers l’Assemblée nationale et le Sénat réunis en Congrès, nombreuses sont les partis et regroupements politiques, voire même les personnalités qui se sont exprimé quant à ce. C’est dans cette logique qu’il faut aussi classer la déclaration d’hier de ce que l’on peut qualifier d’opposition congolaise. En effet, dans leur déclaration commune en réponse au discours sur l’état de la nation prononcé jeudi 19 juillet par le Président de la République Joseph Kabila Kabange, l’opposition exige de Kinshasa le nettoyage du fichier électoral et la publication de ses résultats ; d’écarter la machine à voter ; la mise en œuvre effective des mesures de décrispation ainsi que la mobilisation du peuple, sans oublier le remplacement du délégué de l’UDPS à la CENI.

A la lecture de ces conditionnalités, nombreux sont les Congolais qui n’ont pas compris comment toute l’opposition peut endosser les conditions émises par l’UDPS ? Des conditions, pour la plupart, auxquelles la CENI avait déjà réservé une fin de non-recevoir, parce qu’ayant répondu soit par l’audit de l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF), soit par les lois qui président à l’organisation des élections en Rdc.

Les charges de l’opposition 

A écouter le communiqué rendu public à cet effet, nombreux sont les observateurs qui ne comprennent pas pourquoi l’opposition qualifie d’imaginaire un discours qui était attendu de toute la nation, et qui avait l’avantage d’apaiser la tension, inutilement montée par la même opposition. En plus, l’opposition feigne d’ignorer que l’état de la nation a toujours été un discours-bilan, expliquant ce qui a été fait et dans quel contexte, ainsi que les perspectives d’avenir.

Dans cette même opposition où le Rassemblement des Forces politiques et sociales acquises au changement (Rassop/Limete) s’est dit dernièrement prêt à boycotter les élections de décembre 2018 avec une liste d’exigences, la grand-messe d’hier a accouché d’un avis contraire. Delly Sessanga, alors porte-parole d’Ensemble, plateforme politique qui a refusé de signer le dernier communiqué final du Rassemblement, rassure qu’ils ne vont pas boycotter les élections.

« Nous allons participer à ces élections, mais nous exigeons qu’elles soient libres, transparentes et démocratiques. Nous allons l’obtenir par tous les moyens que nous donnent la Constitution et les lois de la République. Il n’y aura pas d’échec avec le peuple », lit-on dans cette déclaration de l’Opposition.

Cette exigence n’a pas lieu d’être, surtout que c’était même le sens de l’intervention du président de la République, qui ne cesse de rassurer les uns et les autres de sa détermination, mieux sa volonté à offrir aux Congolais les meilleures élections, socles d’une paix durable et de la reconstruction du pays.

N’en déplaise à l’opposition, Joseph Kabila demeure Chef de l’Etat jusqu’à l’installation de son remplaçant qui sera élu à l’issue des élections du 23 décembre 2018. Tout ce qui peut être dit maintenant, n’a aucune valeur juridique, surtout que le président de la République ne s’en tient qu’au respect de la Constitution. C’est pour cela qu’il a même reçu le soutien de toute l’Afrique et une majeure partie de l’Occident, même des organisations internationales qui encouragent sa volonté à conduire le pays jusqu’aux élections.

Le dernier soutien en date, est de la CIRGL qui, réunie à Brazzaville,  reconnait la volonté et les efforts consentis par Joseph Kabila, en vue de l’organisation de bonnes élections en RD Congo. A ce jour, aucun Congolais ne peut se douter de cette volonté de Joseph Kabila, réaffirmée le 19 juillet devant le parlement réunis en congrès, afin d’offrir aux Congolais de bonnes élections en décembre 2018, synonyme d’une alternance politique démocratique. Il a, par ailleurs, appelé tous ceux qui sont éligibles à rejoindre le train dont le go a déjà été donné par la CENI.

Quant aux actions communes, l’Opposition promet de communiquer incessamment, afin d’imposer le respect de la Constitution et de l’avènement de l’alternance démocratique en RDC. Qu’à cela ne tienne, l’Opposition n’a qu’un échec terrible qui l’attend au futur même dans ses actions promises. Comme le CLC, l’Opposition affaiblie n’a plus rien à dire devant une Majorité qui ne fait que s’accroitre et surprendre.

A ce jour, l’opposition doit se mettre en tête que le processus électoral est irréversible. Le train est en marche et quiconque traine les pas n’a pas d’autre choix que de le rejoindre. C’est le moment pour l’opposition de prouver que le peuple est de son côté, en posant des actions allant dans le sens de soutenir les élections et  de corriger certains incidents du parcours. Comme elle est très alerte dans la critique, elle se doit de démontrer à la face du monde que c’est elle qui est porteuse du programme idéal pour la RDC. Elle ne gagnera rien en s’enfermant dans un radicalisme aveugle.

(Bernetel Makambo)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse