Paroisse Ste Trinité et autonomisation de la femme: Le CFPF clôture la 12ème promotion

par -
0 443
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Les rideaux sont tombés, samedi dernier, sur la 12ème promotion du Centre de formation et de promotion de la femme, CFPF. La manifestation à cet effet, a eu lieu en la salle paroissiale Ste Trinité de  Matete. Invités et proches des lauréates sont venus nombreux pour les encourager, après sept (7) mois d’engagement et de dévouement. Les  abbés  Robert Kimungu et Odon Manisa respectivement curé et vicaire de la paroisse ont rehaussé de leur présence la cérémonie de clôture. Le curé a donné le ton par une brève prière.

Dans son  discours de bienvenue, la responsable du centre, Ndeko Réjette de WINTER a notamment mis un accent sur les motivations des organisateurs et les difficultés de parcours. « Le but c’est que les filles puissent avoir des activités pour se prendre en charge », a-t-elle indiqué.

En 2005, le foyer social transformé en Centre de formation humaine chrétienne

En 2005, nous avons transformé le foyer social en Centre de formation humaine chrétienne, a relevé l’oratrice. Nous sommes arrivés en 2017, à la 12ème promotion. Toutes les onze précédentes sont encore présentes dans nos cœurs. Pour la première fois, nous avons démarré avec vingt (20) candidates, elles sont restées seize (16). Nous avons reçu un appui extérieur et, grâce à cela, une machine à coudre (à main, à pédale) et un ordinateur ont été mis à la disposition de chaque fille pour les cours. Plusieurs mamans, femmes mariées ont sollicité pour suivre cette formation …, a-t-elle relevé.

Parmi les membres de l’équipe de formateurs présentés au public (voir photo de g à dr ): Bantala Blandine, Kabanga Alphonsine, De Winter Réjette, Mbidi Marie-Thérèse Kabibi, Bukasa Eric. (Hors de la photo) : Mmes Tambwe Jeanne d’Arc (pour l’éducation à la vie ) et Rugali Bernadette.

Deux autres temps forts ont marqué la journée : le défilé de mode et une saynète, l’une et l’autre mettant en exergue les réalisations  en coupe couture (de la promotion courante) et les avantages qu’offre la formation au CFPF. 

Quid des objectifs

Il ressort ce qui suit d’un prospectus remis à la presse :  le Centre  remplace l’ex foyer social organisé jadis au niveau de la 13ème rue Limete/Industriel. Dans notre quartier, un besoin s’est fait sentir de transformer cette structure, afin d’encadrer plutôt de jeunes filles diplômées d’Etat qui n’avaient pas le désir ou la possibilité d’aborder dans l’immédiat des études supérieures. Il s’agit de leur procurer une formation qui a pour but d’ouvrir des perspectives, en vue d’une prise en charge ou d’une autonomisation de la femme.

Programme et contenu     

Les différents aspects de cette formation sont : la coupe et couture avec possibilité, après le session de formation, d’un stage de trois mois dans un atelier ; la dactylographie ; l’informatique ; les cours d’éducation générale : l’éducation chrétienne qui consiste dans l’initiation au temps fort de la liturgie ; l’éducation humaine : la jeune fille, femme de demain, doit saisir dans sa personnalité la place de son corps, de son cœur, de son esprit ainsi que la volonté, dans la perspective d’une vie responsable et harmonieuse. Il y a également l’éducation ménagère, toute femme étant maîtresse de maison. Ce cours comporte un exposé sur : l’hygiène alimentaire, le budget familial, l’entretien des vêtements et de l’habitation, l’art culinaire : la mise et le service de table.

L’autre session non moins attrayante est intitulée : Activités génératrices des revenus, AGR. Elle aide les participantes à comprendre les problèmes de la gestion d’un petit commerce. Grâce à elle, ces dernières pourront mieux discerner le choix des activités commerciales à entreprendre et les gérer avec plus d’efficacité.

Les lauréates ont reçu des brevets enrichis de syllabus. Auparavant, l’assistance a été conviée à observer une

minute de silence, en mémoire des collaborateurs  du CFPF disparus.  De ce nombre, M. Jean Schaekers (le sponsor de Bondeko /Ste Trinité) mort le 11octobre 2016 et les Mères Mulanga Marie-Thérèse  (responsable du centre Tokola elongo : pour dire Grandissons ensemble), disparue le 15 août 2016 et Octavie Kitambala Makila (co-animatrice du foyer social Ste Trinité) rappelée dans l’au-delà, le 14 mars de l’année en cours.

(Payne)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse