Parlement: Le Congrès coïncide avec la clôture de la session extraordinaire

par -
0 139
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Le Chef de l’Etat Joseph Kabila Kabange s’est adressé à la Nation ce jeudi 19 juillet 2018 devant les deux Chambres du Parlement réunies en Congrès. Ce discours solennel du Président de la République démocratique du Congo sur l’état de la Nation a été le seul point à l’ordre du jour prévu par la décision conjointe convoquant l’Assemblée nationale et le Sénat en ce Congrès.

467 sur 500 membres qui composent l’Assemblée nationale, et 80 sur 108 membres qui composent le Sénat, ont pris part à ce congrès. Le quorum était largement atteint pour siéger, a indiqué le président du Congrès, Léon Kengo wa Dondo, à l’ouverture de la séance dans la salle des congrès du Palais du peuple remplie comme un œuf.

Pour la 11ème fois depuis la promulgation la Constitution de 2006, le Chef de l’Etat Joseph Kabila a rendu compte à son peuple sur l’état de la Nation. Ainsi, a-t-il fait part de l’amélioration de la paix et de la stabilité économique qui règne actuellement à travers le pays.

Il a entre autres parlé de la pacification et de la réunification du pays, de la réforme de l’Etat, de la restauration de l’autorité de l’Etat, du redressement national à travers la réforme dans différents secteurs de la vie nationale, de l’amélioration du cadre macroéconomique et du climat des affaires, de l’ouverture de la Rdc à l’économie mondiale, de la stabilité régionale, le renforcement du dispositif de la défense de la patrie et de la sécurité, de la réforme de la justice, etc.

Le Président de la République a dans son discours confirmé la tenue des quatre scrutins électoraux au mois de décembre prochain. « Notre engagement à respecter la Constitution demeure sans équivoque », a-t-il rassuré.

Ce, avant de s’attaquer aux sanctions étrangères, et de refuser tout financement extérieur et le chantage. « Les élections en République démocratique du Congo seront désormais une affaire nationale, et entièrement financées par l’Etat congolais », a-t-il déclaré avant d’appeler à la vigilance et au patriotisme de la classe politique  congolaise.

Pour Joseph Kabila, les prochaines élections devront être un moment de la célébration de la cohésion et de l’unité nationale.

Les Patriotes saluent le discours du Président Kabila

Réagissant à cette adresse du premier des Congolais, le président du parti des Patriotes résistants Maï-Maï (PRM), M. Ghyslain Buhendwa, a soutenu que ce discours du Chef de l’Etat sur l’état de la nation n’appelle même à des commentaires. « En notre qualité de patriote, nous avons trouvé que le discours du Chef de l’Etat est sans commentaires. En réalité, il a rejoint la position nationaliste que nous avons toujours prônée. Nous sommes avec lui. Et le discours qu’il vient de prononcer est un discours fort, un discours bilan. C’est un discours qui interpelle tout le peuple congolais à l’amour de son pays et à la protection de celui-ci. Et de ne jamais laisser recevoir des enseignements et des leçons venant d’ailleurs, alors que l’histoire du Congo doit être écrite par le Congolais lui-même », nous a confié le premier des Patriotes Maï-Maï.

Pour sa part, M. Thierry Monsenepwo, un des communicateurs influents de la Majorité présidentielle, a estimé que « C’est constitutionnel que ce discours du Chef de l’Etat tourne autour de l’état de la nation, ça signifie le fonctionnement des institutions, mais aussi, ce qui a été fait et les perspectives d’avenir. Et nous pouvons voir que comparativement à l’état où le Président de la République Joseph Kabila a trouvé la Rdc en 2001 jusqu’à aujourd’hui, il y a eu une amélioration nette dans tous les secteurs de la vie nationale. C’est le travail qui a été fait. Ça signifie qu’aujourd’hui, nous pouvons espérer que demain le Congo ira beaucoup mieux parce qu’il y a déjà des jalons d’un état moderne qui y ont été posés par la gestion du pays du Président Joseph Kabila Kabange ».

A la préoccupation de savoir pourquoi le Chef de l’Etat dans son discours n’a pas abordé la question de son avenir politique, Thierry Monsenepwo s’explique en ces termes : « C’est l’état de la nation. Le Président de la République est une institution qui fonctionne comme toutes les autres. La question de leur avenir ou de leur être dépend de la Constitution. Ça ne dépend pas des mots que le Président aura à prononcer ici. Donc, si vous voulez comprendre ou savoir ce qui se passe autour de la personne du Président de la République ou de l’institution Président de la République, référez-vous à la Constitution ».

Une idée des matières non traitées de la session extraordinaire

Il sied de noter que ce congrès est le deuxième convoqué au cours de la session extraordinaire de juin 2018, ouverte le mercredi 20 juin dernier et clôturée ce jeudi 19 juillet 2018. Le premier étant organisé le jeudi 21 juin dernier pour désigner le nouveau membre et juge de la Cour constitutionnelle, l’ancien sénateur Polycarpe Mungulu T’Apangane, en remplacement de son collègue Félix Vunduawe Te Pemako, promu 1er président du Conseil d’Etat.

Et que cette session extraordinaire était convoquée pour épuiser certaines matières restantes de la session ordinaire de mars 2018, clôturée le 15 juin dernier. L’ordre du jour de cette session extraordinaire comportait six principaux points. Notamment, l’examen et adoption de deux propositions de loi et de deux projets de loi.

Entre autres, la proposition de loi portant statut des anciens Présidents de la République élus ; le projet de loi portant statut particulier du personnel de l’enseignement supérieur et universitaire et de la recherche scientifique ; le projet de loi modifiant et complétant l’Ordonnance-loi n°011/2012 du 21 septembre 2012 instituant un nouveau tarif des droits et taxes à l’importation ; et la proposition de loi relative à la protection et à la responsabilité du défenseur des droits humains.

Quant aux deux derniers points, ils devraient concerner le rapport annuel de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) ; et le dossier relatif au remplacement de certains membres de la CENI.

De la clôture de la session extraordinaire de juin 2018

Cependant, au cours de cette session extraordinaire de juin 2018, les deux Chambres du Parlement n’ont délibéré que sur la proposition de loi portant statut des anciens Présidents de la République élus et anciens chefs de corps constitués. Et l’Assemblée nationale a statué mercredi dernier pour le vote final de cette nouvelle loi initiée par le sénateur Modeste Mutinga, en dépit de la persistance des divergences avec la chambre sœur du Sénat.

Cette délibération s’ajoute à la tenue des deux Congrès sus-indiqués (le 21 juin et le 19 juillet derniers), et la cérémonie de prestation de serment des membres de la Cour constitutionnelle qui a réuni les deux Chambres du Parlement, le mercredi 04 juillet dans la matinée, dans la salle des congrès du Palais du peuple. C’était devant le Président de la République Joseph Kabila Kabange et les chefs des corps constitués.

Signalons que la session extraordinaire de juin 2018 s’est clôturée ce jeudi 19 juillet 2018. Les cérémonies de clôture officielle ont été organisées au Sénat comme à l’Assemblée nationale, simultanément avec ce Congrès du discours du Président de la République sur l’état de la Nation.

C’est pourquoi, le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku Ndjalandjoko n’a pas prononcé d’allocution traditionnelle à cette occasion. Pour lui, c’est une coïncidence qui rend spéciale cette session extraordinaire de juin 2018.

Toutefois, le speaker de la Chambre basse du Parlement a dans son speech indiqué que toutes les matières importantes qui n’ont pas pu être examinées au cours de cette session extraordinaire, après concertation des bureaux de l’Assemblée nationale et du Sénat, seront traitées en priorité lors de la prochaine session ordinaire de septembre 2018.

Le premier des députés nationaux a enfin appelé ses collègues à la patience quant aux dispositions nécessaires à prendre par rapport aux vacances parlementaires.

(Lepetit Baende)

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse