Parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo: Lancement de la récolte du maïs et du manioc

par -
0 1011
Want create site? With Free visual composer you can do it easy.

Treize mois ont suffi pour produire le manioc qui sera consommé par la population congolaise. Mais bien-avant, le Gouvernement a lancé la récolte du maïs, dont la farine est vendue dans plusieurs magasins estampillés aux couleurs du parc agro-industriel de Bukanga-Lonzo. Le parc a aussi de quoi se réjouir, d’autant plus qu’elle vient d’installer la sous-station électrique. Ceci, pour permettre notamment l’installation de la minoterie, sans oublier que le même courant sera utilisé par toute la population environnante. Au moment où le pays connaît un problème à travers son commerce extérieur, la baisse des revenus de l’exportation où la Rd Congo dépense 300 à 400 millions de dollars Us par mois pour importer les choses qu’il aurait pu produire, Bukanga Lonzo demeure une réponse en ce qui concerne l’économie des devises.

C’est pour obéir à la parole de Dieu qui dit : « Dieu les bénit, et Dieu leur dit : Soyez féconds, multipliez-vous, remplissez la terre, et l’assujettissez (…) », que le Président de la République a eu l’ingénieuse idée de lancer le parc agro-industriel de Bukanga Lonzo qui sera dupliqué dans d’autres provinces du pays. En effet, après une première récolte essentiellement de maïs, le Gouvernement de la République a lancé il y a quelques jours la deuxième récolte du maïs dont la farine est très prisée par la population kinoise. A l’occasion, le Gouvernement a aussi lancé la récolte du manioc de très bonne qualité. Tout ceci, avant de visiter les tuyaux d’irrigation et la sous-station électrique pour permettre notamment au parc d’installer une minoterie et de partager le même courant électrique à la population environnante.

Véritable révolution de la modernité au profit de la réduction de la pauvreté

« Comme cela est connu de tous, le parc agro-industriel de Bukanga Lonzo est un parc agro-industriel agricole non seulement du secteur primaire, mais aussi qui a une dimension industrielle, à travers la transformation des produits. Partant de là, il y a une sorte d’infrastructures qui sont en construction pour accompagner les différentes cultures qui auront lieu sur le site de Bukanga Lonzo », a indiqué Germain Kambinga, ministre de l’Industrie, avant de préciser que nous avons pu voir le traitement du maïs, comment est-ce qu’il se fera ? Nous avons pu voir comment le maïs récolté va être séché, ensuite transformé en farine de maïs. Ici par exemple, nous avons un concasseur industriel, parce que Bukanga Lonzo étant un grand site, il y a une carrière qui permet la production du matériel de production qui va accompagner la production du parc.

En réalité, dit-il, tout se passe très bien. Au rythme auquel les choses vont, nous pouvons espérer que très rapidement, les résultats encore plus visibles seront à la portée des populations congolaises. « Vous avez vu que s’agissant de la question d’irrigation, le problème est entrain d’être résolu. Vous avez vu l’extraordinaire avancée dans le domaine de l’installation électrique grâce à une station qui est un véritable investissement. Il s’agit quand même d’une sous-station qui va permettre, en plus de Bukanga Lonzo, de partir dans le Kwango, d’atteindre Kenge, soit 50 Km à partir de Maluku », explique-t-il, tout en soulignant que les uns et les autres doivent être rassurés qu’un travail de fourmi est entrain de se faire au niveau de Bukanga Lonzo au service des intérêts de la République. Il est vrai que dans notre pays nous avons perdu l’habitude de structurer ce type de projet, c’est dorénavant une nouvelle habitude que nous devons prendre autour du Congo dans le cadre de ces investissements structurants et le projet de Bukanga Lonzo est un exemple phare.

« La révolution de la modernité prônée par le Chef de l’Etat est une réalité, parce qu’ici il y avait la brousse, maintenant il y a la production du manioc de très bonne qualité. 20 tonnes par hectare de production au profit des ménagères. Parce que ce sont des personnes locales qui travaillaient avec des méthodes traditionnelles, qui travaillent maintenant avec des méthodes modernes, avec des semences de qualité et à la vente de ces produits, elles auront un revenu plus important que ce qu’ils disposaient auparavant. Voilà la véritable révolution de la modernité au profit de la réduction de la pauvreté », s’exclame le Chef du Gouvernement, qui soutient que l’évacuation sur le marché, c’est prochainement, parce que nous sommes encore dans la période de récolte.

Emile Mota, ministre de l’Agriculture, pêche et élevage, il s’est dit très heureux parce qu’il était dans ce site il n’y a pas longtemps, soit 6 mois pour faire le semi, soit pour mettre la première graine de maïs, avant que le Premier ministre ne vienne lancer la récolte. « Parce que Bukanga Lonzo donne de l’espoir à mon ministère et à la population de Kinshasa qui doit être consommatrice de la production. Nous avons un déficit de plus ou moins 300.000 tonnes en terme d’importation du maïs et si Bukanga Lonzo peut petit-à-petit avec ses 80 hectares, avec le rendement qu’ils ont aujourd’hui, ils peuvent facilement réduire ce déficit et nous allons diminuer nos importations », promet-t-il.

Le parc est une réponse en ce qui concerne l’économie des devises

« Nous sommes dans le parc Bukanga Lonzo où un projet manioc est mis en exécution. Un projet qui s’occupe de la production du manioc avec les petits producteurs. Et là nous avons dans le parc 541 petits producteurs et nous avons mis à la première phase 203 hectares de manioc et il reste encore quelques producteurs à appuyer », s’est ainsi expliqué un Ingénieur agronome, avant d’insister que l’objectif, c’est de permettre à chaque ménage de bénéficier de 5 hectares de manioc. Ici nous sommes déjà dans un champ qui est prêt et la récolte commencera la semaine prochaine et nous avons un grand client en face de nous, c’est le parc. En fait, le système est fait de telle sorte qu’il y a la segmentation dans les interventions au niveau de la chaine. Nous nous occupons seulement de la production avec les ménages, le parc va s’occuper de la transformation et de la distribution des produits.

« Ce que nous avons vu aujourd’hui est extraordinaire. Je pense qu’en ce moment où le pays connaît un problème à travers son commerce extérieur, la baisse des revenus de l’exportation, il n’est pas indiqué que nous utilisions les quelques devises qui restent pour importer des denrées alimentaires que nous pouvons par ailleurs produire sur place, ce que la nature peut nous donner de façon tout à fait généreuse », a dit le vice-gouverneur de la Banque centrale du Congo, qui a souligné qu’il est important que nous puissions avoir conscience qu’en s’organisant un peu, nous pouvons apporter des solutions aux problèmes qui minent notre existence. Le développement d’un pays comme le nôtre doit être basé sur l’agro-centrisme, c’est-à-dire, mettre l’agriculture comme centre du développement. 70% de la population vit dans les milieux ruraux et quand on pense croissance inclusive, il faut penser développer l’agriculture.

Pour lui, l’impact du parc sur les réserves sera considérable, parce qu’aujourd’hui nous consacrons près de 300 à 400 millions de dollars par mois pour importer les choses que nous aurions pu produire localement. Imaginez que l’on multiplie Bukanga Lonzo dans tout le pays, il y a une réponse en ce qui concerne l’économie des devises.

Selon la Patronne de Bukanga Lonzo, Mm » Ida Naserwa, elle est très honorée par la présence du Chef du Gouvernement et quelques uns de ses ministres. « Nous ne pouvons pas encore dire que nous avons accompli la mission, parce que le parc est un projet gigantesque. Vous avez pu voir vous-mêmes les quelques œuvres qui sont déjà réalisées, notamment la sous-station d’électricité qui est en place, ce qui va déclencher la culture des légumes, mais vous avez aussi assisté à la récolte du maïs piloté par le Chef du Gouvernement lui-même et le champ de manioc qui est une espèce d’accompagnement des petits fermiers », a expliqué la Dg du parc, avant de dire qu’elle est très satisfaite des résultats actuels ; mais nous n’avons pas encore atteint l’objectif, nous n’avons pas encore fini ce que nous devons faire à Bukanga Lonzo. Mais en résumé, nous sommes satisfaits de cet accomplissement.

(Jean-Marie Nkambua)

 

Did you find apk for android? You can find new Free Android Games and apps.

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse