Palu: Muzito à nouveau suspendu

Ça bouge dans plusieurs partis et regroupements politiques tant du Front Commun pour le Congo (FCC) que de l’opposition. Si l’on assiste déjà à des dépôts de candidatures à la présidentielle et aux législatives, nombreux sont ceux-là qui ont du mal à se faire choisir candidat de leurs plateformes respectives. Il y a en qui, sachant qu’ils n’auront aucune chance si l’on s’en tient aux structures de leurs partis politiques, préfèrent faire cavalier seul, ou débaucher ceux qui restent encore des militants. Le parti Lumumbiste Unifié (PALU) n’échappe pas à cette réalité extravagante.

A travers sa décision n° PL/SGCP/AG/019/07/2018 du 29 juillet 2018, l’ex-Premier ministre Adolphe Muzito est à nouveau suspendu du Parti Lumumbiste Unifié (PALU), pour une durée indéterminée. Dans cette décision de suspension rendue publique hier lundi 30 juillet 2018 dans la soirée, le PALU reproche entre autres à Muzito « l’indiscipline et la trahison ».

« Le Permanent vient de rendre publique la décision du patriarche Gizenga. Il est reproché à Muzito ses différentes sorties médiatiques, sa déclaration de candidature à la présidentielle, les différents contacts qu’il prend sans la hiérarchie, le débauchage au sein du parti. Il présente aussi des candidats dans d’autres partis politiques », a indiqué Martin Kilabi, Conseiller en communication du PALU, à un média en ligne.

Bien avant cette lourde décision, la Direction politique du parti en général, et le Secrétaire général du parti, en particulier, constatent avec désolation qu’en cette période pré-électorale, certains cadres du parti s’illustrent par des attitudes négatives consistant soit à s’autoproclamer candidats du parti à des mandats étatiques, soit à proférer sur les ondes nationales et internationales des déclarations téméraires et vexatoires vis-à-vis des instances dirigeantes du parti, soit encore à prendre indument des contacts politiques avec des tiers. Cela dans le but de constituer des plateformes politiques de soutien de leurs candidatures et de dresser des listes électorales concurrentes de celles du parti dans certaines circonscriptions électorales.

Au regard de tout ce qui précède, le Secrétaire général chef du parti précise à l’opinion tant interne qu’externe du parti que les déclarations et démarches de ces cadres égarés du parti n’engagent que leurs auteurs et nullement le Palu. « Le Secrétaire général chef du parti relève à l’attention de ces cadres que leurs attitudes, comportement et initiatives sont attentatoires au règlement intérieur du parti, à sa discipline et à sa ligne politique », précise le communiqué dont L’Avenir s’est procuré une copie.

Et le même texte de renchérir qu’il s’agit des actes d’indiscipline caractérisée, et même de trahison à certains égards. Voilà qui a poussé le Secrétaire général chef du parti à désavouer totalement les déclarations et les initiatives de ces cadres qui portent d’ailleurs gravement préjudice aux intérêts et à la bonne marche du parti. Il annonce, du reste, qu’une procédure disciplinaire est d’ores et déjà engagée contre ces cadres et des sanctions appropriées vont être très vite prises à leur encontre. A l’occasion, le Secrétaire général chef du parti rappelle à tous les membres du parti que seules la discipline stricte et la cohésion avec détermination peuvent conduire le parti à la victoire.

Soulignons qu’en 2015, Adolphe Muzito avait déjà été suspendu du PALU pour une durée de trois (3) ans. Adolphe Muzito qui s’est déclaré candidat président de la République, a reçu le week-end dernier, le soutien de trois plateformes électorales à sa candidature.

(JMNK)

PAS DE COMMENTAIRE

Laisser une Réponse